Chat Bleu – janvier 2023 -2)

Mis en avant

Il a aussi été question de romans policiers :
– La disparition de Perek d’Hervé Le Tellier : un Poulpe de 1997.
Le Poulpe est une création de Jean-Bernard Pouy, une collection de polars à contraintes : on doit par exemple y trouver des personnages récurrents : Gabriel Lecouvreur, sa copine coiffeuse Cheryl. Le titre est forcément un jeu de mots. Le premier, de Pouy, s’intitulait La petite écuyère a cafté. Jean-Paul Jody a pu titrer 20 000 vieux sur les nerfs
J.B. Pouy a dit de ces livres : « Un Poulpe, tu fais ça en deux mois ou tu oublies ». N’empêche : c’est drôle et souvent réussi.
– Tout Tanguy Viel, mais plus précisément  Article 353 du code pénal, éditions de Minuit. Tanguy Viel a participé au scénario de L’innocent, film de 2022 de Louis Garrel. On n’est pas vraiment dans le polar mais pas loin.
– Hervé Le Corre : L’homme aux lèvres de saphir, roman policier historique, une merveille parue en 2004 chez Payot et Rivages. En 1870, à Paris, des meurtres…
et de « patrimonial » :
– Blaise Cendrars, l’auteur-voyageur, fasciné par Sarah Bernhardt, proche des Delaunay, de Fernand Léger avec Emmène-moi au bout du monde !…, éditions Denoël, 1956, et Aujourd’hui, une compilation d’articles parus entre 1914 et 1930. Un écrivain dans son temps.
– Françoise Héritier, le goût des autres,un bel hommage de Laure Adler à celle qui fut la première femme anthropologue au Collège de France. Ses sujets d’études se sont concentrés sur la domination masculine. Elle a aussi agi contre cette domination avec le « bus des femmes », créé pour aider les prostituées.

Prochain Chat Bleu prévu jeudi 9 février à 18h30. Le suivant, le 9 mars. 

C(ART)ollage

Mis en avant

C(ART)ollage
(suite et fin :  était annoncé… mais pas complet.
Il est maintenant prêt )

Voilà un des éléments de C(ART)ollage pour accompagner les voeux de Rue du Départ :

voeux pour
un 2023 plus heureux que vous ne pouvez l’imaginer à l’heure actuelle, mais VRAIMENT bien bien plus heureux … ! …

Un Brigitte Giraud : P U N° 165

Commencé le 11 juillet, bien avant que Brigitte Giraud n’obtienne le Goncourt avec son dernier opus –  Vivre vite qu’elle avait présenté en avant-première à Ecrivains en bord de mer -,  Un loup pour l’homme sorti en 2017 chez Flammarion, est la Pièce Unique N° 165. Ce livre parle d’un couple, d’une naissance (celle, écrite, de Brigitte Giraud, à Sidi-Bel-Abbès) mais surtout de la guerre d’Algérie vue de ce moment-là, de cette place-là, quand les gens ne savent rien, n’ont pas les moyens de savoir, quand on n’appelle pas ça une guerre. Un jeune homme veut soigner plutôt que tuer. Sa femme veut accoucher en Algérie, auprès de lui. Une histoire personnelle qui est plus que cela.

Quelques Poèmes Express nés de Un loup pour l’homme :
– Route à parcourir, décision à prendre, temps à avaler.
– Une zone de peau tremble sur la cuisse si les femmes se tendent.
– L’eau va faire boue tiède.
– Il a acquis les mains qui miment. Quand le mot revient, il n’a rien de bon.
– Il fait en sorte que les chairs oublient, que la peau se pose.
– Un discours rend visible ce qui ne l’est pas : l’armée et le marchand.
– Va voir un match. Invite-la à se déshabiller. Détache sa pudeur.

Un loup pour l’homme « retravaillé », « augmenté », trois livres en un, a été offert à V. L. qui a dû se défaire d’une partie de sa bibliothèque, qui ne sait pas trop en ce moment où trouver ses livres dans leur nouvel écrin mais qui fait toujours de nouvelles provisions…
« Tsundoku un jour, tsundoku tpujours »

c(ART)ollage de Marie Thémenet :

Mis en avant

c(ART)ollage, c’est un ensemble de 16 collages qu’on peut voir comme :
cadreurs – « effriteurs » – « enfileurs » – « exfolieurs » – « exhorteurs » – « exileurs » – exportateurs –  extracteurs – faiseurs – inséminateurs – « métaboliseurs » – monteurs – producteurs – profiteurs – « sublimeurs »
de
rêves – fariboles – perles – mensonges – folies – fantasmes – songes – possibles – sublime – ludions – rêveries – verbe – plus – fadaises – signifiés – inattendu.
c(ART)ollage, c’est un luxe de possibilités de sens ou d’insensé.

C(ART)ollage est arrivé

Mis en avant

Qu’on se le dise !
Dans la collection Voyageur,
C(art)ollage
est là.

Marie Thémenet nous a concocté 16 cartes postales  à partir de collages.
Qu’on se le dise !
Elles sont étonnantes.

C(art)ollage
 est en tirage limité, signé par M. T.

A venir : c(ART)ollage

Mis en avant

A –  B –  C –

D

Déclencheurs de récits
Débuteurs de n(ARratT)ons
Décadenasseurs de textes
Décapsuleurs d’ imaginatiOn
Démarreurs d’écrits
Dépose-idées
DéverrouiLLeurs d’écriture

E

Etire-imAGinaire
ElEveurs d’originalité
Enclencheurs de motS
Enleveurs de possibles
Entraîneurs de phrases
Extracteurs de pensées
F – G- H –

I

Inspirateurs d’aventures
J – K – L –

N

Nourrisseurs de lectures
M –

O

Ouvre-fictions
P – Q -R –

S

Saute- péripéties
Sustenteurs de stylo / d’ordinateur

T

Tire-histoires
U – V – W  – X – Y – Z –

Notre prochaine publication

Mis en avant

Pour  décembre,
nous vous préparons ceci… :
Des collages. Des cartes postales. Une série limitée, numérotée …

Un Dostoïevski : P U N° 162

Le joueur (1865), écrit en à peu près quatre semaines, sous la menace d’une clause de contrat de son éditeur : sinon, « libre à lui, Stellovski, d’éditer pendant neuf ans comme il le voudrait tout ce que j’écrirai sans avoir à me verser de gratification. »
 Et Dostoïevski tient les délais . Le livre est nourri de sa vie : un amour, ses voyages en Europe, la place prépondérante du jeu.
Il est aussi nourri de pensées xénophobes qui s’accordent pleinement avec celles de certains Russes contemporains : jugement plus que négatif des Européens, sans qualité : le Français est un faisan, séducteur sans moralité, les Polonais sont faux, l’Allemand lourd …

Quelques Poèmes Express issus du Joueur :
– Querelle : le gros s’emporta : cicatrice.
– Un secret de famille : elle tient le rôle principal. Muet.
– Comprenez que je puisse délirer. Je veux d’autres temps.
– Comme un paon, mais empoté. Un peu mouton aussi.
– On souleva la massue, se 
décida pour un homme chauve.
– Pour en finir, les gens comme elle, glissent vite, les larmes aux yeux.
– Nous étions comme des ours, vides comme le néant, et le savent nos femmes.

La Pièce Unique N°162 est envoyée en clin d’oeil aux nouvelles éditions Dynastes où vient de paraître Le joueur, poème d’Emmanuel Régniez.

 

Des lettres de J de Lespinasse : P U N° 161

Mon ami je vous aime, lettres de Julie de Lespinasse  (1732-1776 ),  éditées en 1996 au Mercure de France avec une préface de Chantal Thomas. Des lettres d’amour à l’amant qui a d’autres préoccupations. Des lettres d’admiration pour ce monsieur de Guibert qui en éprouve déjà beaucoup pour lui-même. Les lettres d’une femme intelligente qui reçoit en son Salon les intellectuels du temps mais est fidèle jusqu’à sa fin, à cet homme à la mode qui se marie avec une autre.
( dernière lettre, 1776, alors qu’elle se meurt ) : « Si jamais je revenais à la vie, j’aimerais encore à l’employer à vous aimer ; mais il n’y a plus de temps »

Quelques Poèmes Express issus de ces lettres :
– Si j’étais jeune, je manquerais de coeur.
– Ne faîtes pas de folies mais n’oubliez pas de m’en parler.
– Dans les convulsions et la douleur, des femmes jouent de l’éventail.
– Gens riches et vieux, si vous saviez ce qu’est entendre.
– Pas de repos qui me repose. Me fatigue la longueur des nuits.

Ce court recueil est offert à une grande lectrice nouvellement arrivée au Chat Bleu, M-A.

Des dates et des retours sur la rencontre avec Arno Bertina :

Mis en avant

  • Après Le Havre, Des châteaux qui brûlent partent en tournée. Voici la troupe, la metteure en scène,  l’auteur et les dates :
    – Le 15/11/22 au Manège – Maubeuge
    – Le 22/11/22 à L’Equinoxe – Châteauroux
    – Le 25/11/22 au Bateau-feu Dunkerque
    – Du 29/11 au 02/12/22 à la Comédie de Saint-Etienne
    – Du 13 au 15/12/22 à la Filature – Mulhouse
    – Les 28 et 29/03/23 à la MCA Amiens
    – Du 31/03 au 23/04/23 à la Tempête – Paris (Vincennes)

    ———————————————————————————————-

  • « Comment commencer ? Tant de mots surgissent. Il faut que j’y mette un peu d’ordre, que je ne sois pas exaltée et/ou dithyrambique. J’ai encore en tête ce moment et cette rencontre avec Arno Bertina et je sais que cela va devenir un souvenir précieux. Comme tu le sais c’est Véronique qui m’a prêté le livre. Je vais l’acheter et il fera partie de ces quelques livres que je garderai indéfiniment. Quant à la rencontre, quel bonheur. Il nous a porté une attention qui m’a touchée, prenant du temps pour parler de son travail d’écrivain, j’y ai senti beaucoup de sincérité. J’ai perçu quelqu’un qui accepte de rencontrer l’Autre, une personne qui écoute réellement et est dans l’échange. Merci pour avoir organisé et permis ce moment, je n’hésite pas à le dire : de bonheur.« . M-C. J.
  • « Il parle super bien de ce qu’il fait et transmet l’envie de le lire. Effet promotionnel efficace (smiley) ; c’est toujours intéressant d’en savoir plus sur le processus. Il est clair et sincère. J’ai passé un fort bon moment en votre compagnie » C. P.
  •  » toujours enthousiastes et à tes côtés aussi souvent que tu nous feras connaître des hommes charmants, intelligents et jeunes ! Trêve de plaisanterie, la rencontre était riche et se poursuivait bien avec la pièce. » C. D.
  • « Belle leçon de générosité par un écrivain passeur d’histoires et de chagrins qui met ses mots au service des autres. Merci pour cette rencontre très riche. Comme d’hab (smiley). N. D.
  • « Cette rencontre imaginée et construite autour d’Arno Bertina a été pour moi une aventure. En amont, tu m’as alimentée dans ce domaine d’une littérature sociale, engagée, que je n’aurais jamais exploré de cette façon et peut-être même pas approché. Le rendez-vous prévu avec l’auteur m’a motivée pour y consacrer du temps. Le moment de partage et d’échanges a été simple et riche. Une belle rencontre. A poursuivre sans hésitation. Tellement nécessaire par les temps qui courent… De nouvelles relations se tissent pour moi dans un domaine pour lequel je cherchais des partenaires. » M-A. A.
  • « Un homme de conviction et pas de pouvoir, c’est rare. Un « acousticien » qui transmet le bruit du monde, pour qui le « je » n’est pas essentiel, c’est rare. Un écrivain « au service », aussi. » C. H-B.

Il y aura peut-être d’autres retours. Je poste déjà ceux-là.
Rappel : Prochain Chat Bleu prévu, jeudi 17 novembre – 18h