Pièce unique n° 24

unknownLa pièce unique n° 24 a été composée à partir de Les raisins de la galère de Tahar Ben Jelloun, paru en 1996, trouvable en Folio. Ben Jelloun, poète, romancier, journaliste, se présente comme un “intellectuel de culture musulmane” et écrit surtout depuis quelques années des livres qu’il veut pédagogiques, visant à faire comprendre et accepter les différences culturelles et la cohabitation.  Le court roman Les raisins de la galère en fait partie, présentant une jeune femme d’origine maghrébine soutenue par son père, ambitieuse, libre. La critique va autant aux “frères” qui viennent lui dire ce qu’elle doit faire qu’à l’administration française
Son titre revu et corrigé est : a) gardenal, les lisières…
Et voilà quelques exemples de ses “poèmes express” :
– Un cou ne savait pas comment renoncer à une relation sérieuse avec une grande gueule.
– Un vent plein d’hélicos dépose un imberbe au bout des doigts.
– En attendant le plaisir, on dirait qu’on a eu de la chance : observer puis se défaire.
– Un drapeau noir. Je me love dedans. Il fait sombre, doux; c’est clos, étroit.
– Un gars piquait les bras de cette bande de ratés dès leur douzième année puis s’éclipsait.
– Aide-moi à vivre les murs,
Aide-moi à échouer à préparer l’avenir.

Le livre à double lecture a été envoyé à M.H. Vernay qui, à Pirouésie 2016, a coordonné pour la deuxième fois le “off” et a proposé, avec deux autres, des animations pour ceux qui craignaient le “sérieux”, le “professionnalisme” des ateliers oulipiens “in”. On peut supposer que ceux-ci se sentiront, dès l’an prochain, aptes à entrer dans le “in” tant la qualité était équivalente.
Par ailleurs, le texte de Ben Jelloun s’accorde avec les sujets de conversation que nous avons eus à Pirou, avec M.H. Vernay, du fait de sa profession et de son engagement social.

Les livres du Chat Bleu de septembre

Tout d’abord, un complément d’informations sur les dates :
– Le 6 octobre se fera en deux temps pour ceux qui le veulent : 18h à la Galerne pour l’interview de Marcus Malte, auteur de romans noirs venu déjà plusieurs fois au festival du Polar à la Plage. Puis, à 19h30, au Chat Bleu.
– le 3 novembre.
– le  8 décembre.

Les vins, le 6 septembre, étaient un Fitou rouge et un blanc d’agriculture biologique, une côte catalane, Magda, du domaine de Besombes : fraîcheur et minéralité. Ce dernier est achetable en “grains”, la monnaie locale trouvable au Crédit coopératif et dans les magasins qui la reconnaissent comme Le Chat Bleu. (Pour information : 20 € = 21 grains)
Les livres :
–  Eté oblige, des polars en poche, intéressants, efficaces, et prenants : Code 93 d’Olivier Norek, un policier qui travaille dans le 93 et en parle bien, Suave comme l’éternité de George Pélécanos (USA) : quartier noir, bandes et flics, Ceux qu’on aime de Steve Mosbycarl_sandburg_emeutes (GB), un thriller, Le policier qui rit de Sjöwall et Wahlöö (Suède), une réédition d’un livre des années 60 qui vaut plus pour l’ambiance et l’enquête que pour le dénouement, Mapuche de Caryl Ferey, auteur voyageur (qu’on espère revoir au Havre en juin 2017), cette fois dans l’Argentine encore abimée par les suites de la dictature.
– Les émeutes raciales de Chicago, 1919 de Carl Sandburg aux éditions Anamosa, 2016 : un texte écrit à l’époque, une explication sociologique des événements avec, en plus, un cahier documentaire : photos, liste des victimes, bibliographie et une longue préface de 2016. Complètement d’actualité si on se souvient qu’en juin, on comptait déjà aux États-Unis 122 morts afro-américains.
Manger fantôme– Manger fantôme de Ryoko Sekiguchi, éditions Argol. L’auteure japonaise, aussi traductrice, était à La Baule, à ÉCRIVAINS EN BORD DE MER. Ce petit livre, entre poésie et anthropologie culinaire, évoque la possibilité de manger la brume, la transparence, le lieu, le symbole… Le dernier chapitre, s’il ne nomme jamais Fukushima, ne parle que de ça.
– Quand un soldat de Thierry Illouz, (2003, Fayard). Invité par Marie Nimier à La Baule, cet avocat écrit du théâtre (qu’il peut aussi jouer, au théâtre de Rond-Point), des chansons (avec Marie Nimier), des romans. Quand un soldat commence avec un homme revenant de la guerre, en ramenant un autre, mort.  Puis on comprend son désir, ses difficultés, le tout dans une langue superbe.
Mais aussi :
Deux autres polars de Jussi Adler Olsen (Dk) ou de Ian Manook (France, lui aussi venu au Havre au Polar à la plage en 2015 et 2016… Il devrait revenir en 2017), D’acier de Sylvia Avallone, chez Liana Levi Piccolo, l’amitié entre deux adolescentes dans une Toscane loin du tourisme et du plaisir. De nouveau, Le quatrième mur de Sorj Chalandon qui a marqué beaucoup de lecteurs. Le saule de H. Selby (1998), une écriture musicale dans laquelle il faut entrer : le Bronx, sa violence. D’autres Japonais : Shuichi Yoshida aux éditions Philippe Picquier, avec deux livres Mauvais et Parade ou, plus reconnu ici : Haruki Murakami : Au sud de la frontière et à l’ouest du soleil. Un essai d’actualité, Comprendre et combattre la propagande terroriste de Ph.J. Salazar. Enfin, le journal de tournage du film Des dieux et des hommes de Jean-Marie Frin, dont il sera question aux Enfants Sages, le 14 septembre avec les éditions Le Vistemboir.

Pièce unique n° 23 : James Agee !

UnknownJames Agee, vous le connaissez pour Louons maintenant les grands hommes, avec les superbes photographies de Walker Evans, paru en 1941 aux USA et en 1993 chez Plon, dans la collection “Terre humaine” : une enquête en Alabama, auprès des fermiers touchés par les suites de la crise de 1929. Ce reportage avait été commandé par la revue Fortune mais pas publié tout de suite. Trop dur à avaler…
La même revue avait commandé à Agee un article sur Brooklyn en 1939 et cela avait donné un “Poème-reportage”, Brooklyn is… paru seulement en …1968… Aux mêmes idéaux, les mêmes effets. En France, Christian 978-2-267-02070-0Bourgois, collection “Titres”, l’a édité en 2010. Et c’est beau : une promenade, un panoramique sous forme de liste : des rues, des maisons, des gens, des animaux, des gestes, des mots. Et c’est fort : cela dit la pauvreté, le racisme…

Brooklyn existe est devenu, en version “Pièce unique” : Koons y el Brexit…
Il est offert à C. G. qui revient de New York. C’est une “passeuse”. Elle enseigne, y croit et aime les livres. C’est elle aussi qui nous a présentés à Nadia Bouzid, alors auteure de deux romans, dont nous avons publié trois nouvelles : Toujours moins.

Voilà quelques extraits de la Pièce Unique n° 23 :
– Dans les élégants immeubles scandinaves en bois, vagues et bouchés, les yeux des hommes.
– La façade du jeune couple : ou brillance chimique ou morbides heures.
– Bardeaux asphaltés
Magenta de religiosité
Beautés noyées.
– Un enfant commence un dessin abstrait, sa mère reproduisant des phallus.
– Rideaux sans fenêtre assez large pour laisser passer la conduite intérieure.
– Les Indiens, 16% des Juifs méritent d’être présentés.

Prochains rendez-vous : Chat Bleu et… :

le-chat-bleuNous pourrons nous retrouver au Chat Bleu  les jeudis :
– 8 septembre
– 6 octobre
– 3 novembre

Nous pourrons aussi nous rencontrer aux Enfants les-enfants-sagesSages le mercredi 14 septembre pour une soirée cinéma et littérature avec Marie Gaumy, documentariste et Emmanuelle Chevalier des éditions Le Vistemboir. Il y sera question entre autres d’audio-description et d’un journal de tournage de Jean Marie Frin, comédien.

A bientôt !