le dessin effacé de de Kooning, oeuvre de Rauschenberg

Superbe émission ce jour, 25 août, de 11h à 12h, de Jean de Loisy, sur France Culture
à propos d’un travail de Rauschenberg de 1953 :

un été au Havre :

Un été au Havre, c’est aussi de la musique :
le conservatoire Arthur Honegger a invité des musiciens : cette semaine (la dernière), c’est :

[LES RENDEZ-VOUS D’ARTHUR DE L’ETE]
🗓 Du 23 août au 28 août, en entrée libre
UTOPIA
Pierre GRIMOPONT (trompette)
Pierrick CHEVALIER (trompette)
Vincent PORTILLA (trompette, bugle)
Pascal RIEGEL (alto)
Christophe LION (trombone)
Antoine HERFROY (tuba)
SEXTUOR DE CUIVRES
📍 Mardi 18 h > La Fabrique Atrium
📍 Mercredi 18 h > LH Port Center
📍 Jeudi 18 h > Abbaye de Graville
📍 Vendredi 18 h > Salle Émergence
📍 Samedi 15 h > Le Tetris

📍 Dimanche 11 h > La maison de l’Été

La semaine dernière, c’était A Ricuccataun groupe vocal de cinq hommes interprètes de chants polyphoniques corses (et pas que). Superbe !
Seul bémol : la difficulté qu’a le public avec le silence : à peine, la dernière note chantée, éclatent les applaudissements. C’est sympa, ça part d’un bon sentiment.
MAIS
Le silence fait partie du morceau.
– le mot « morceau » n’est pas joli ; on peut le remplacer par « pièce » mais ça fait quand même toujours boucherie…- : essayons : le silence fait partie de la pièce.
Bref, Emmanuèle Dubost, du conservatoire de Massy, le disait à Pirouésie et, bon sang, ça se sent !

Un Lucie Taïeb : P U N° 156 :

Mis en avant

Freshkills est paru au Québec en 2019, puis à la Contre-allée et enfin chez Pocket. Lucie Taïeb est chercheuse en littérature, travaille la question de la mémoire. Mémoire de la dictature argentine, de la Shoah et, avec ce livre, de l’aboutissement de notre société de consommation : ses déchets. Fresh kills est le  nom d’une décharge à Staten Island, créée en 1948 pour trois ans, continuée jusqu’en 2001, après le 11 septembre. Freshkills est le nom qu’on donne au lieu maintenant que l’on veut en faire un parc, un lieu sain, agréable. Transformation du nom – minime certes, juste un écart enlevé –  mais efficace pour dissimuler l’histoire et la vraie composition du sol, pour faire croire à une « nature ».

Voilà quelques Poèmes Express issus de Freshkills :
Un beau jour. Le premier jour sur terre où le mot pensera.
– Le métro avance, ralentit, sort du réel et s’arrête.
– En haut du mont, la vue saute aux yeux, pas à l’esprit.
– Ce garçon déhanché torse nu, on a presque honte de le manger, presque.
– Elle égratigne, saigne la mort, sourire sur la face, mains sales.
– La main maintient la main d’oeuvre, la main à coudre, la main à cadence.
– Mosaïque, morceaux portant morsure, interstice, histoire de séparation.

Freshkills a été offert à Christian Girault, une des chevilles ouvrières de Pirouésie,  comédien, chanteur baroque. Cette année, il nous a entraînés dans Le bourgeois versifié, le Bourgeois gentilhomme « traduit » en alexandrins par l’oulipien Jacques Jouet. Un atelier de mise en voix qui s’achevait… en spectacle avec la chorale éphémère d’Emmanuelle Dubost. Et pour corser encore la chose, en présence de l’auteur…
Un moment joyeux en fait, et une tout autre manière de rencontrer des écrivants connus depuis des années en atelier d’écriture.

Un éditions Densité : P U N° 155

Mis en avant

Les éditions Densité avec leur collection « Discogonie », rencontrées à Rouen, au Salon du livre organisé par Normandie 2L sont une maison spécialisée dans la musique – 18 rue Etoupée 76000 Rouen -. Remarquable, la maquette : le code-barre fait partie du graphisme !

La Pièce Unique N° 155 a été faite à partir de l’étude de Rock Bottom de Robert Wyatt, écrite par Philippe Gonin, universitaire.

Quelques Poèmes Express venus de ce livre :
– Accorder une importance à la fin et y voir une absence de lagune.
– L’école vous bourre de fantômes et c’est passionnant.
– Aiguisons l’espace. Tout l’art consiste à jouer avec le centre.
– Sourire au Petit Chaperon Rouge engage Che le martial.

Cette Pièce Unique est envoyée à deux poètes Emmanuel Adely et Frédéric Dumond, grâce à Jany P.
Emmanuel Adely , rencontré au super festival Ecrivains en bord de mer il y a quelques années, est né à Paris en 1962. Depuis 1993, il a publié près d’une vingtaine de livres dans différentes maisons d’édition – des éditions de Minuit aux éditions du Seuil en passant par Stock, Losfeld, Argol, ou encore Inculte. Emmanuel Adely travaille dans son œuvre aux rapports et aux écarts qu’entretiennent l’expression orale et l’expression écrite, à la possibilité « d’écrire comme on parle et de lire comme on dit ».