Polar à la plage – 21ème !

Mis en avant

Du 12 au 16 juin, on retrouve le « Polar à la plage », des auteurs, des signatures sur la plage, une lecture musicale au Bistro (et non aux Vivants, ceux-ci ayant malheureusement fermé), des films au Muma, des conférences dans le bus.

Première rencontre : à la médiathèque Niemeyer, demain, pour un « tribunal des flagrants des livres ». Des avocats défendent les livres de la sélection. Rappelons que, cette année, comme l’an dernier, il y a deux prix : le prix des Ancres Noires et le prix des Robes Noires décerné par un jury de professionnels de la justice.
Allez, un scoop ! : en 2023, les Ancres et les Robes étaient d’accord sur LE prix : Hugues Pagan, unanimement, avait été choisi par les deux jurys. Cette année, ce sont deux auteurs  différents.

Un vin, des livres – juin 2024 – 1)

Mis en avant

Nous étions dans un nouveau lieu.
Peut-être nous y retrouverons-nous une autre fois, peut-être pas : c’était bien mais un peu plein de monde donc bruyant. On perd aussi, depuis quelque temps, le côté « vin » : OK, on en boit mais personne ne nous en parle…

Ce n’était ni le thème du jour ni de ces lectures mais voilà trois livres qui parlent plus ou moins de guerre…
– Sarajevo Blues de Semezdin Mehmedinovic, traduit du bosnien par Chloé Billon, éditions Le Bruit du Monde, 2024. Ce texte était paru initialement en 1995 mais jamais en France. C’est une sorte de journal de guerre, constitué de poèmes en prose ou de courts articles et cela rend compte du siège de Sarajevo. L’auteur, né en 1960, journaliste, écrivain, n’est parti aux Etats-Unis qu’ensuite, en 1996 et n’est revenu en Bosnie qu’en 2020. Bernard-Henri Lévy y apparaît, moqué, Radovan Karadzic  se voit consacrer dix pages qui le montrent poète raté, à rapprocher de Hitler recalé de la peinture. On VOIT la ville abimée. Mehmedinovic diagnostique : « Nous vivons dans une région malade de son excédent d’Histoire. » Et cela se vérifie encore aujourd’hui.
La zone verte d’Eugène Dabit (1898-1936), paru chez Gallimard en 1935, réédité par L’Echappée en 2023. On connaît surtout de cet auteur Hôtel du Nord… le film de Marcel Carné, avec Jouvet et Arletty, à partir de son livre du même nom. Dabit qui a reçu, en 1931, le prix du roman populiste, parle des pauvres gens. Ici, un homme sort de Paris à pied, la veille du 1er mai, pour aller cueillir du muguet qu’il vendra au retour. Il se retrouve dans la grande banlieue et y reste un temps. Il est partagé entre une idéalisation de la campagne et ce qui s’y vit. D’autres ne rêvent que de Paris. Il est question de chômage, de droit des ouvriers, de place des femmes, de guerre qui pointe son nez. P 200 : » Si la campagne est restée forte, silencieuse, immuable dans son aspect, comment ne pas songer avec une angoisse plus pressante que les hommes ont changé, eux… que les ambitions et les folies de quelques uns sont devenues plus menaçantes, que les foules sont plus près de la guerre et de la mort, souffrent encore davantage de la faim, du froid – l’hiver a été rude. »
– Retour de barbarie de Raymond Guérin (1905-1955) , éditions Finitude, 2022. Comme Dabit, Guérin est passé par plusieurs métiers avant d’écrire. Comme lui aussi, il a été publié chez Gallimard. Ce Retour de barbarie raconte la fin en 1944 de sa captivité – qui a duré plus de trois ans en Allemagne – et le retour en France occupée, d’abord à Paris où il retrouve son éditeur, Gallimard, Arland, et rencontre, entre autres, Camus, Queneau, puis dans la zone sud. Journal littéraire et, plus largement, de l’état du pays : le marché noir, les spectacles, les résistants de la dernière heure, les procès de collaborateurs…
La personne Raymond Guérin est un mélange étonnant de vanité et de complexe d’infériorité mais son texte a une vraie valeur littéraire et historique.

La suite, bientôt.

 

Un Leslie Kaplan : P U N° 204

Mis en avant

Le psychanalyste,
édité chez P O L en 1999,
paru ensuite en Folio
=
Pièce Unique N°204

Leslie Kaplan, née en 1943, vient de sortir son 23ème livre : L’assassin du dimanche, chez P O L .
On y retrouve des prénoms de personnages vivant dans Le psychanalyste : Louise, Eva. On y retrouve Kafka qui « dit qu’écrire, c’est sauter en dehors de la rangée des assassins (…) c’est mettre une distance avec ce monde habituel, la distance d’un saut. »

…et   » il y a aussi ses assassins à soi, intérieurs » disait Leslie Kaplan dans l’émission Affaires Culturelles en 2022.
Et forcément, dans Le psychanalyste, ce sont eux les plus importants, les « assassins intérieurs ».
Des chapitres se passent dans le cabinet du psy Simon Scop, lors de séances. On entend Louise, Eva, Edouard et d’autres. Simon Scop lance quelques  « Oui ? » après certaines phrases, au coeur de certains silences.
Dans d’autres chapitres, nous sommes dans des moments de vie des patients, ou de Simon Scop

Quelques Poèmes Express qui en sont issus
(il y en a beaucoup, le Folio fait un peu plus de 600 pages…) :
Le conférencier saute dans les mots et c’est comme s’il avait fait cela à son insu.
– Dresser une liste de tes cauchemars et te détester. C’est pas rentable.
– Un kangourou dormait. Quelques hommes discutaient sport. C’était à la fois très ordinaire et pas du tout normal.
– Le monde était petite maison pleine de poussière et gros silences.
– Freud aimait Freud, c’est sûr, cet homme si vieux et enfoncé dans l’analyse.
– Plus rien n’existait sauf les grandes grilles : grille et grande.
– Un jeune catatonique s’absente, me laisse et s’enferme dans sa peau.
– Atelier de théâtre : petite moustache, petit ventre se met à gueuler comme un gros bébé.
– Dans les flaques de bière et saleté de sentiments, tout se mélangeait.
– Transgressif, l’esprit-bretelles. Transgressif, le pas sexy.
– Un clochard, cinq montres au poignet, avait abandonné le temps.
– Je n’ai que ça dans la tête, mes pieds. Je suis bête comme mes pieds.
– On ne peut pas guérir du truc. Ou c’est la fin du truc.
– Il a répété le nom de l’auteur qui était descendu de ma bouche.
– La vie avait pris le métro; elle fixait les rails.

Les Vivants : mai 2024 – 3)

Mis en avant

Et des livres français :
– Alain Damasio : Vallée du silicium, Villa Albertine-Le Seuil, 2024, écrit à la suite d’une résidence à la Villa Albertine : sept essais, sept regards différents sur l’I A et une nouvelle de S F  dans laquelle il condense ce qu’il déplore dans ces essais. Damasio « qui se sait Gaulois » est allé à San Francisco, dans la Silicon Valley, à la rencontre des développeurs, des cadres chez les GAFA,  avec un a priori politique et économique. » iI a quelques moments d’optimisme mais le modèle économique et la gouvernance qui est derrière font que non, ça ne va pas. »
« Ses fictions ont pour thème la résistance. Il travaille vraiment la langue et,
 chez lui, on trouve science, fiction et une bonne dose de philosophie. » dit S.
– Jean-Paul Dubois : L’origine des larmes , éditions L’Olivier 2024 : dans la série des pères toxiques. Entre comédie burlesque et drame. Et de lui aussi, vous avez cité : Vous plaisantez mr Tanner ou encore L’Amérique m’inquiète.
Virginie Linhart : Une sale affaire chez Flammarion. Sur la place des enfants dans les familles de soixante huitards connus. Elle a travaillé sur son père puis sur sa mère, ce qui  a donné lieu à un procès.
– Louis Vendel : Solal ou la chute des corps, Le Seuil. Autobiographique. Il s’en veut de ne pas avoir aidé son ami bipolaire. Comme chez S. Tesson, une chute a lieu puis un voyage, en marchant.
– Akira Mizubayashi, Suite inoubliable chez Gallimard. Musique, virtuosité et amour sous les bombes dans le Japon de 1945.
– Pour réhabiliter les autrices du matrimoine, la collection Les Plumées, aux éditions Talents hauts, dont : Lucie Delarue-Mardrus  Ex-voto, roman du début du XXème siècle repris en 2023. Honfleur, une jeune fille dans un milieu pauvre. Dialogues en normand.
– Philippe Mouche : Bons baisers d’Europe, éditions Gaïa, 2023. Un migrant, Fergus Bond, va apprendre les 24 langues de l’U E et être nommé ambassadeur du multilinguisme. De l’humour, un prétexte pour parler de l’Europe.

Au 30 mai !

Les Vivants : mai 2024 – 2)

Mis en avant

C’était notre dernière fois aux Vivants
et on est tristes, même si on sait que Sébastien va continuer, autrement.
Nous essaierons Aub’art le jeudi 30 mai, à 18h.-

Vous aviez beaucoup lu :
en textes étrangers :
–  Mon sous-marin jaune de J.K.Stefansson, traduit par Eric Boury, chez Bourgois : « si imaginatif et poétique », « Fantaisie et mélancolie » : assez autobiographique : la perte de la mère, l’incommunicabilité avec le père. La religion violente. L’Islande d’autrefois, encore repliée sur elle-même.Et puis le dialogue avec Paul McCartney, la rencontre avec les livres qui entraînent la résurrection.
– Le fils du père
de Victor des Arbol, Actes Sud, traduit par Claude Bleton et Emilie Fernandez : L’Espagne : trois générations d’hommes maudits, des années 30 à nos jours. En lien avec la guerre civile, puis avec ceux qui sont allés combattre en URSS aux côtés des Allemands. Des personnages abimés, cassés et donc violents avec leur femme, leurs fils qui, eux-mêmes….
– Peter May : Tempête sur Kinlochleven, éditions du Rouergue, traduit par Ariane Bataille : un polar classique dans une Ecosse très froide, sur fond de changement climatique. Ce qu’il annonce comme son dernier livre.
– Mary Lynn Bracht : Filles de la mer : un premier roman, traduit par Sarah Tardy, trouvable en Pocket : la Corée de 1943 et les » femmes de réconfort« .
– Higashino Keigo : Un café maison, Babel. Polar de 2010 qui reçut au Japon le prix Naoki.
– Viola Ardone : Le choix, 2022, traduit par Laura Brignon, chez Albin Michel : un petit village dans la Sicile des années 60.
– Bernard Schlink : La petite fille, éditions Gallimard 2023, traduit par Bernard Lortholary : dans l’ex-Allemagne de l’Est, la troisième génération.
– R.L. Stevenson : Voyage avec un âne dans les Cévennes paru pour la première fois en 1879. En GF, traduit par Léon Bocquet.
Colum McCann Diane Foley : American mother chez Belfond, traduit par Diane Foley : cette mère de journaliste décapité par Daech, très croyante, a voulu rencontrer l’assassin. Elle lui donne son pardon. L’auteur accompagne cette rencontre.
McCann était au Goût des autres 2024.
Les textes français : une 3ème partie à venir, bientôt …

Vous avez dit groupie ?

Mis en avant

Oui : groupie littéraire.
Et la semaine dernière, groupie comblée :
un soir avec Florian, un des deux créateurs des éditions du Typhon, au Havre, grâce à Sébastien qui, s’il ferme les Vivants, n’arrête pas d’être libraire.

La maison d’édition le Typhon est installée depuis 2018 à Marseille. Pas la porte à côté, mais elle reviendra en Normandie, dans le cadre d’une résidence d’éditeur à Hérouville St Clair, avec, en octobre 2024, une exposition du travail de l’illustrateur Tristan Bonnemain pour le livre Dans la nuit d’E T A Hoffmann.

Au catalogue de ces éditions, on trouve
– des auteurs connus et oubliés, « écrivains du passé qui parlent au présent » : comme les Allemands Ernst Wiechert (1887-1980), Wolfgang Koeppen, la Néerlandaise Dola de Jong (1911-2003) ou André Masson (1921-1988). En nouveauté : Tout est jazz de Lili Grün sur le Berlin des années 20
– des écrivains contemporains : dont Scott Smith : Un plan simple, Lucie Baratte : Chien noir. En nouveauté : le premier roman de Bibiana Candia : Azucre.

– des semi-poches, somptueux – les couvertures sont du graphiste Adrien Bargin – qui reprennent certains textes déjà parus chez eux comme : Irmgard Keun : Une vie étincelante ou l’auteur caribéen Edgar Mittelholzer : Eltonsbrody.

Une soirée très sympathique avec un éditeur investi, et un bon vin blanc …

 

 

Et un soir avec Arno Bertina à La Baraque, à Rouen, 59 rue du Pré de la Bataille, pour son film L’héritage de Jack London. Le film s’est fait avec l’association Désirdelire, à Sigonce, Haute-Provence. Il présente des personnes qui, de là où elles sont, dans leur métier, dans leur vie, agissent pour  » freiner la violence du monde, rendre la vie plus douce » . Avec l’apiculteur, éleveur de poules et plus grand  lecteur de Jack London de la région, l’éleveuse de chèvres qui fait vivre ses bêtes autrement que comme des machines à lait, le retraité qui avait rejoint les gilets jaunes, le journaliste Alex Robin qui a su voir la complexité des événements, le marionnettiste émigré qui aide maintenant les migrants, Arno rassemble des gens avec qui « le monde est plus habitable ». Au départ, un ami comédien devait les rencontrer, mais, après un passage de témoin par poule interposée, c’est Arno Bertina qui, devant la caméra, les écoute et leur pose des questions. Un joli moment d’humanité accompagné d’un bon chili

Si vous n’êtes pas avec nous, à l’Aub’art, pour Un vin, des livres, jeudi 30 mai,
il y a, lecture de Ceux qui trop supportent d’Arno Bertina par la Compagnie Les Mots ont la Parole, à La Baraque, 59 rue du Pré de la Bataille, Rouen.
Sinon, Ceux qui trop supportent est à lire !

Humour et arts plastiques -7)

Mis en avant

Allez voir le site de Studio Zimoun.

Il faut voir les pièces ou les vidéos. Les photos ne donneraient pas grand chose. C’est de l’art « monumental » avec plein
– de petites machines, toutes les mêmes, qui bougent et qui bruissent
ou
– de matériaux pauvres, tous les mêmes : cartons, sachets, bidons, bâtons de bois, eau, plaques chauffantes, tiges d’acier, balles de ping-pong qui raclent, soufflent, remuent légèrement.
C’est fait avec presque rien.
C’est gigantesque.
C’est technique.
C’est impressionnant.
C’est drôle.
ou peut-être de la dérision : de ce si pauvre, si petit, faire de méga-grandes installations dans les plus grands musées du monde.
On peut penser à Fischli et Weiss, leur The way things go (1987), à Roman Signer, ses explosions et actions, aussi Suisses que Zimoun et au moins aussi drôles que lui.

Humour et arts plastiques -5 bis)

Martin Parr visible jusqu’au 26 mai
à la galerie Clémentine de la Ferronnière
51 rue St Louis-en-l’ïle 75004 

Les Vivants – mai 2024 – 1)

Mis en avant

Tout d’abord, un petit plaisir :
Slate nous dit : « Les personnes qui lisent de la fiction ont un cerveau plus performant. »

Puis, pour assurer la suite : le prochain rendez-vous :
Le jeudi 30 mai, à 18h à l’Aub’art, rue Victor Hugo.

– Le journaliste et l’assassin de Janet Malcolm, sorti aux Etats-Unis en 1990, repris aux éditions du Sous-Sol, en 2024 dans une traduction de Lazare Bitoun, et préfacé par Emmanuel Carrère (« Je suis du bâtiment, depuis quinze ans j’écris des livres de non-fiction« ).
De la « littérature du réel »donc. Une histoire en trois temps et trois procès : celui d’un homme accusé d’avoir tué femme et enfants, innocenté, puis rejugé et, à ce moment et pendant quatre ans, accompagné par un journaliste qui écrira un livre sur lui et son histoire. Ce journaliste joue à l’ami mais sort un livre à charge. D’où le troisième procès : intenté par le prisonnier au journaliste, pour tromperie.
Janet Malcolm, elle, écrit un livre sur ce cas, sur « la relation entre un auteur de non-fiction et son sujet », sur la vérité et l’écriture, fût-elle d’un journaliste.
– Les choses que nous avons vues de Hanna Bervoets au Bruit du monde, 2022. Traduit par Noëlle Michel, ce texte était paru en Hollande en 2021. Une jeune femme parle de ses boulots, au téléphone, service clientèle puis, surtout, dans une entreprise de « modérateurs de contenus ». Très documenté, une bibliographie finale l’atteste, le livre raconte ce que voient ces personnes, ce qu’elles ont pour mission de censurer, de laisser passer, en quel temps, à quel rythme, en quoi cela les impacte.
– Au paradis je demeure d’Attica Locke, paru en 2019 aux USA, en 2022 chez Liana Levi. Maintenant en Folio Policier. Traduit par Anne Rabinovitch. On retrouve le personnage de ranger noir de Bluebird bluebird, aux prises avec le même genre de problème : le racisme. D’autant que, cette fois, nous sommes à Jefferson, capitale du Missouri qui fut un état esclavagiste « de première » et où vivent toujours autant de suprémacistes blancs et de trumpistes décomplexés.
Il a cette fois à retrouver un enfant blanc disparu…

La suite, bientôt !

Les Vivants et Le Typhon

Mis en avant

Ce soir, c’est la dernière fois de Un vin, des livres aux Vivants.
Nous n’arrêtons pas,
Sébastien n’arrête pas
mais ne sera plus dans une boutique.
Il continuera son travail de libraire engagé sur Internet, dans les festivals et sur les marchés. Une nouvelle page.
Mais,
avant de quitter la rue Paul Doumer,
il reçoit le 21 mai, à 18h, 

Les Editions du Typhon
maison marseillaise dont on a déjà parlé ici plusieurs fois, pour : Une vie étincelante d’Irmgard Keun, dans leur belle collection poche, et C’est bien écrit d’Andreï Siniavski, préfacé par Iegor Gran, son fils, écrivain chez P O L .
Maison marseillaise dont j’ai quelques volumes dans mes piles de « zundoku »… comme Ironopolis de Glen James Brown.

Le Typhon fait une tournée loin de ses terres.
Leur travail est et beau et intéressant.
Leurs propositions sont différentes et magnifiquement éditées.
( ici, deux exemples de leurs nouveautés)

Venez le 21 mai !!!!!