Chat Bleu : juin 2022 – 3)

Mis en avant

Pour de belles vacances, des vins et des livres évidemment :
Les vins proposés par Nsenga  étaient siciliens :
en rouge : Nero d’Avola : belle puissance aromatique mais assez souple en bouche – on confirme,
en blanc, un vin de pays, Griglio Sicilia : sec, à note de pêche.

Les livres : des romans noirs ou proches de ce genre :
– Lieutenant Versiga, une vie de flic dans le Mississippi de Raphaël Malkin, éditions Marchialy, 2022. Cette maison d’éditions est spécialisée dans le document.
Ici, il s’agit du texte d’un journaliste français sur un policier et un cold case. Le corps d’une femme noire est retrouvé. Personne ne vient le réclamer. Un « serial killer », tueur d’une cinquantaine de femmes, arrêté des dizaines d’années plus tard, se raconte. Mais cette victime-là reste encore sans nom. Grâce à l’entêtement du policier et aux avancées de la technologie, celle qu’on a nommée Jane Doe retrouve enfin son identité.
Des passages incroyables sur la relation avec le criminel pour recueillir ses aveux, sur la façon d’être de cet homme face à ses souvenirs morbides. Une narration haletante de la famille du lieutenant piégée par l’ouragan Katrina.
A noter : une exposition en Ardèche, à la médiathèque de St Péray, du 4 juillet au 31 août, des travaux de Guillaume Guilpart, le graveur et typographe, cheville ouvrière de Marchialy.

–  Marseille 73 de Dominique Manotti, éditions Les Arènes, 2020, maintenant en poche, collection Points. Cette grande dame du noir, universitaire, historienne,  est venue plusieurs fois au Polar à la Plage.
–  Profitons-en pour dire que ce festival qui fêtait ses 20 ans cette année, devrait se poursuivre avec une équipe plus ou moins renouvelée -.
Ici, Dominique Manotti s’attelle à la présence de l’extrême-droite dans les années 1970 à Marseille. Des Algériens sont morts alors. La police a d’abord eu tendance à parler d’accidents ou de règlements de compte…
Coma Glasgow 3 de Victor Cohen-Hadria, éditions Le Vistemboir, 2022.
Les éditions Le Vistemboir, de Caen, montent, montent , montent, choisies aussi bien par Belinda Cannone également chez Gallimard, que par Hélène Waysbord éditée par Christian Bourgois ou Victor Cohen-Hadria qui a de nombreux livres chez Albin Michel. Le format carré de cette maison est reconnaissable. Son nom interpelle : « une chose rare », un « machin » (Jacques Perret)
Le personnage principal de Coma Glasgow 3 est photographe. Il passe de photos de stars aux reportages de guerre. Un peu  » lonesome cow-boy « , on le suit dans Paris, à Venise, en Afrique, et…à l’hôpital. Le réel et le fantastique se mêlent.

A suivre, avec un 4ème volet de propositions faîtes en juin.

Chat Bleu : juin 2022 – 1)

Mis en avant

Au début du mois, Le Chat Bleu a eu beaucoup de participants. Cela nous amène à en faire un autre, le 30 juin, pour proposer, au cas où …, des lectures de vacances.

Le Chat Bleu nous recevait cette fois-là avec des alcools forts : vodka, pur malt, gin à l’estragon et aux orties de la distillerie de la Seine, tenue par Manuel Bouvier, 3 ème génération de « bouilleurs de cru »

Pour accompagner ces découvertes,
– Pas Liev de Philippe Annocque, éditions Quidam 2015, paru dernièrement en livre-audio : Un homme arrive quelque part, on ne sait pas vraiment où, pour être précepteur, enfin peut-être… La 4ème de couverture nous dit « Une veine sensiblement expressionniste ». Nous aurions plutôt pensé, nous, à une parenté avec le surréalisme, le théâtre de l’absurde, Beckett. Il se passe  peu de choses et on ne peut jamais en être sûr. Une information est souvent plus tard remise en cause.
Nous avions déjà, de cet auteur, présenté un très joli livre sur sa mère : Les singes rouges, d’une tout autre veine.
Bluebird, Bluebird d’Attica Locke, traduit par Anne Rabinovitch, 2017, aux éditions Liana Levi, maintenant chez Folio policier.
Cette romancière et scénariste est née au Texas en 1974. Son personnage principal est ranger noir au Texas. L’histoire commence avec deux morts : un homme noir venu là en BMW et une femme blanche qui travaillait dans un café de red necks dans la même bourgade. Dans cet ordre-là, inhabituel.
Michel Abescat aime aussi et c’est une sacrée référence.
– Là où nous dansions de Judith Perrignon, 2021, éditions Rivages : Détroit, une ville décidément « littéra-génique ». (  voir aussi Detroit dit-elle  de Marianne Rubinstein chez Verticales, Il était une ville de Thomas Reverdy). Le roman de Judith Perrignon, très documenté, nous fait traverser des temps différents : les années du New Deal avec la venue de madame Roosevelt et la création du « Project », nouveau quartier noir, les débuts de la Motown et de The Supremes, et le moment de la déchéance économique de la ville.

Chat Bleu : mai 2022 – 3)

Last but not least,
encore quelques romans étrangers :
Le dévoué de Viet Thanh Nguyen, traduit par Clément Baude, éditions Belfond 2022 : la suite du Sympathisant, prix Pulitzer. De mère vietnamienne, et de père français, échappé d’un camp de rééducation, le personnage arrive à Paris en 1981. L’auteur né au Vietnam en 1971, parti vivre aux USA,  pose la question de l’identité, traite de la colonisation.
Le dernier mouvement de Robert Seethaler, traduction d’ Elisabeth Landes, éditions Sabine Wespieser, 2022 : Gustav Mahler, sur le pont d’un paquebot, rentre pour la dernière fois de New York où il a été chef du Metropolitan. Il est fiévreux, se souvient de toute sa carrière. On l’accompagne dans ses souvenirs, dans son attachement à la nature et bien sûr à la musique.
– On est revenus sur Un livre de martyrs américains, de Joyce Carol Oates, traduit par Claude Seban, livre d’autant plus important que les Américaines sont menacées de perdre ce droit des femmes à disposer de leur corps.

Des textes français :
– Arène de Negar Djavani, éditions Liana Levi, 2020 : Paris, quartiers Est, des mondes se côtoient. Un téléphone disparaît, un autre révèle des images. Et ils ont un impact sur des vies.
Changer : méthode d’Edouard Louis, éditions du Seuil, 2021 : toujours la même histoire, mais autrement. Et la rencontre avec Didier Eribon.
L’amour est très surestimé de Brigitte Giraud, 2007, éditions Stock : onze moments qui disent la fin d’un amour.
Plus patrimoniaux :
Le pressentiment d’Emmanuel Bove (1898-1945) : paru en 1935, réédité en 2009, collection Points. Un avocat quitte sa vie de bourgeois et personne ne le comprend, ni ceux de son milieu, ni les autres.
– Les mains du miracle de Joseph Kessel (1898-1979) : paru en 1960, réédité deux fois chez Folio  : l’histoire de Félix Kersten, le masseur qui soulageait les douleurs de Himmler.
Ceux de 14 de Maurice Genevoix ( 1890-1980) : quatre textes rassemblés, éditions Flammarion 2013.

Le prochain Chat Bleu : le 9 juin

Chat Bleu : mai 2022- 1)

Soutenus par un vin rouge du Val de Loire, un Gamay ou un rosé Côte de Gascogne,
nous avons parlé de livres étrangers :

L’effondrement d’Hans Erich Nossack (1901-1977) aux éditions genevoises Héros-Limite, 2021. Traduit de l’allemand par J.P. Boyer et Silka Hass. Ce texte, paru pour la première fois en France en 1949, dans la revue des Temps modernes, fait partie de la « littérature des ruines ». Ecrit à chaud, après le bombardement de sa ville, Hambourg. Un des rares livres à documenter cela. Nossack était un homme de gauche et il évacue le problème de vaincus victimes / vainqueurs haïssables. Il rend compte de ce qu’il voit, ressent, comprend de la situation et des réactions des sinistrés.
P. 25 : « Un temps sans masques commença ; les déguisements habituels tombèrent d’eux-mêmes », P. 33 :  » L’abime était tout près de nous, oui, peut-être au-dessous de nous, et nous ne planions au-dessus que par quelque grâce.  » (…)  » C’était davantage un accroupissement anormal. » . Une forme de torpeur et des gestes surréalistes comme cette femme faisant ses carreaux dans un paysage en ruine ou ces gens assis à leur balcon. Une lecture parallèle à ce qui se passe aux portes de l’Europe.

La mort et la belle vie de Richard Hugo, en 10-18. Paru aux USA en 1991, traduit par Michel Lederer : le seul roman de cet auteur de poésie, mort en 1982. Un roman policier en deux parties, un peu-beaucoup déjanté dans l’une d’elles, qui se passe au Montana avec un enquêteur qu’on aurait aimé retrouver dans d’autres aventures, un Kurt Wallander américain.
P. 16-17 : « Si vous tenez à ce que ce soit un bon policier, ou du moins un policier expérimenté qui s’occupe de l’affaire, vous avez de la chance que je me trouve là. » (…) Par contre, si vous souhaitez un vrai flic, un dur, vous avez frappé à la mauvaise porte. (…) Le fait que j’aie étudié trois ans à l’Université de l’Etat de Washington pour obtenir un diplôme de création littéraire n’arrangeait rien »…

Ce lien entre nous de David Joy, paru aux USA en 2018, en France chez Sonatine en 2020, et maintenant en 10-18. Traduit par Fabrice Pointeau.
François Busnel dit de David Joy : « Jeune prodige et futur classique ».
Gallmeister aurait pu le prendre dans son catalogue.
Bref, c’est bien.
On est en Caroline du Nord dans un hameau. Les personnages sont des petits Blancs touchés par le système économique. P 60 : « un jour il avait eu une attaque. Et quelques jours plus tard, il en avait eu une autre. Elles étaient arrivées de nulle part et lui avaient pris tout ce qu’il avait ».
Le point de départ est un accident, une erreur. Suit une vengeance. Mais rien de manichéen dans les personnages ; le méchant n’est pas d’un seul tenant. La religiosité est là et on pense à Flannery O’Connor.

Chat Bleu : avril 2022- 2)

Et comme ce n’est pas parce qu’on lit qu’on ne s’intéresse pas au monde, on a parlé de
Les abeilles grises d’Andreï Kourkov, traduit par  Paul Lequesne, éditions Liana Levi, 2022. Kourkov est Ukrainien, russophone. Ce livre est un road-movie : on passe du Donbass à la Crimée avec deux amis d’enfance dont un apiculteur qui veut que ses abeilles vivent mieux. Sur le trajet, des rencontres. Entre poésie et philosophie, de l’absurde qui fait penser à Beckett. Sans parti pris.

Présentés par Françoise B. qui connaît l’auteur : deux livres de Raphael Jerusalmy : Evacuation juste sorti en poche, chez Babel : un temps de guerre entre Israéliens et Palestiniens mais sans date. On évacue complètement Tel Aviv. Trois personnes refusent de partir et parcourent la ville vidée. Parmi elles, un homme âgé avec Molloy sous le bras. Décidément, Beckett va bien avec tous les moments problématiques.
In Absentiason dernier livre qui vient de sortir chez Actes Sud. Pendant la guerre de 1939-1945, un écrivain communiste, résistant, est raflé. Il passe d’Auschwitz au Struthof en Alsace où un médecin a demandé qu’on lui envoie 90 juifs. Le personnage est protégé s’il fait ce qui lui est demandé…
Jerulsamy est un homme multiple. Fils de juifs marocains arrivés en France dans les années 60, il a étudié à Normal sup, a fait son alyah, est passé par un kibboutz, a fait partie de tsahal, vendu des livres anciens, vit à Tel-Aviv.

Le dernier Jon Kalman Stefansson : Ton absence n’est que ténèbres, toujours traduit par Eric Boury : certains adorent, d’autres moins, du fait des histoires mêlées et des époques qui se télescopent.
Ultramarins de Mariette Navarro, édition Quidam 2021 : une femme aux commandes d’un cargo. M : « ce livre ne ressemble à rien de connu, j’adore »
Reine du réel – Lettre à Griselidis de Nancy Huston, aux éditions Nil, 2022. Une très jolie édition sur cette femme étonnante, peintre, prostituée, écrivaine (1929-2005) dont les livres sont trouvables chez Verticales.
Fragmentation de Patricia Farazzi, éditions de l’Eclat, 2022 : 30 chapitres, 30 années du XXème siècle dans l’Amérique latine et ses dictatures.
Vivre avec nos morts petit traité de consolation de Delphine Horvilleur, 2021, éditions Grasset : être rabbin, c’est vivre avec la mort.
Ci-gît l’amer de Cynthia Fleury, Gallimard 2020 : guérir du ressentiment.
Le journal de mon jardin de Vita Sackville-West (1892-1962), édition Klincksiek, collection de natura rerum, illustré, 2017. Traduction de Patrick Reumaux : Sissinghurst, dans le Kent, est aujourd’hui le jardin anglais le plus visité.

Au jeudi 12 mai, 18h, si cela vous tente

Chat Bleu : avril 2022 -1)

Les livres étaient, cette fois, accompagnés d’un Côte du Rhône en vieilles vignes fort bon.
– Grande couronne  de Salomé Kiner, éditions Christian Bourgois, 2021.
Libération avait publié les premières pages de ce premier roman en septembre et elles fonctionnaient. Le ton est plein d’humour. Le personnage, une adolescente de banlieue, dans les années 90, raconte ses envies de marques, ce que cela l’amène à faire, ce que vivent aussi sa famille et ses amies. C’est percutant et drôle même quand ça pourrait être dur ou sordide.
– Dernière station avant l’autoroute d’Hugues Pagan, 1997, Rivages noir. Prix Mystère de la Critique 1998.  A l’occasion de la sortie de son dernier roman, La carré des indigents, on trouve réimprimés certains de ses textes précédents. Son personnage, flic de la nuit, est fatigué, sans illusions, quasi fini, limite cliché. Mais la langue est belle et décrit bien et le parcours de  ce « lonesome cowboy »,et l’état de la police, de ses locaux, matériels et agents.
– Un essai de Georges Didi-Huberman : Le témoin jusqu’au bout, éditions de Minuit, 2022, évoque le philologue juif Victor Klemperer (1881-1960), l’auteur de la L T I  – Langue du IIIème Reich, paru en 1947 et d’un Journal clandestin tenu de 1933 à 1945, publié en Allemagne en 1995. Ces  textes analysent  la langue, son évolution sous le totalitarisme.  Ce qu’elle dit, comment elle le dit et combien peu de gens se rendent compte de sa violence, de ses transformations et de leur impact.
Et on peut, sans problème, faire le parallèle avec d’autres langues, dans d’autres pays, à d’autres moments : la langue du management dans nos sociétés – voir Sandra Lucbert : Personne ne sort les fusils, Seuil, 2021 – ou celle d’un pays actuellement agresseur par exemple .

La suite de la soirée  bientôt.
Le prochain Chat Bleu est prévu le 12 mai.

Chat Bleu : mars 2022 – 2)

On a ensuite évoqué des grandes fresques, des sagas, des gros livres qui nous plongent dans d’autres lieux, d’autres milieux, d’autres époques. Quelqu’un a commencé et les titres sont venus les uns après les autres : plaisirs d’histoires dépaysantes, au long cours, qui nous empoignent :
– Les Dukay de Lajos Zilahy, traduit du hongrois par Pierre Singer, Folio : se passe dans l’empire austro-hongrois, de 1919 à 1940.
– saga des Cazalet d’Elizabeth Jane Howard, traduction d’Anouk Neuhoff, Folio. 4 tomes existent en français, un 5è n’est pas encore traduit : de la première à la deuxième guerre mondiale, une grande famille d’industriels anglais.
– La garde blanche de Mikhaïl Boulgakov , traduit par Claude Ligny, éd Robert Laffont, Papillons poche : fin 1918, l’Ukraine devient le refuge des Russes blancs. C’est écrit en 1923-24. Staline adorait (parait-il).
Le grand monde de Pierre Lemaitre : son dernier : une famille opulente à Beyrouth dans les années 50 doit s’exiler. On peut de plus en plus le comparer à Alexandre Dumas. En plus politique.
– Les hommes de Laurent Mauvignier, éd Minuit. Livre moins épais mais parlant à travers un homme, dans un village français, après, de l’histoire de la guerre d’Algérie.
– Le clan des Otori, de Lian Hearn, traduit par Philippe Giraudon, éditions Picquier : , aventures au Moyen-âge, au Japon
– La pierre et le sabre d’Eiji Yoshikawa, traduit par Léo Dilé, éd . Picquier : Cape et épée dans le Japon du XVII ème siècle.

– On a reparlé du Goncourt 2022 : La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr, éditions Philippe Rey / Jimsaan : « ambitieux, intelligent. » « Une réflexion sur ce qu’est écrire. Une tentative de mêler des mondes : on passe d’Afrique à Paris et Buenos Aires. » « Une belle partie finale et des personnages féminins magnifiques. »
et quelques livres très récents :
– Seyvoz de Maylis de Kerangal et Joy Sorman aux éditions Inculte. Livre à deux voix sur le barrage de Tignes. Deux écritures de couleurs différentes, au sens propre et au sens figuré.
La décision de Karine Tuil, chez Gallimard : histoire de juges antiterroristes. « une écriture efficace »

Enfin, un livre d’art : L’arrivée du printemps- Normandie 2020, éd Royal Academy, peintures de David Hockney, préface de William Boyd. Fait sur iPad, envoyé sur iPhone au moment du confinement.

Rendez-vous jeudi 28 avril, 18h au Chat Bleu

Chat Bleu : mars 2022 – 1)

Un vin rouge, un Graves du Château Simon et un super fromage d’un petit producteur local « la bonne Cauchoise », ont accompagné des livres du bout du monde :

– Jetés aux ténèbres, de Sandrine Berthet, éditions du Sonneur, 2021 :
Septembre 1872, le premier navire amenant des communards en Nouvelle-Calédonie arrive. Nous sommes dans le bateau avec le personnage-narrateur et nous le suivons le temps de sa peine. Hyper-documenté, ce premier roman d’une jeune femme qui a vécu là nous fait voir et comprendre les conditions de vie des prisonniers, des colons et des Canaques. Nous suivons par exemple Louise Michel, amenée plus tard. Elle « profite » de sa déportation pour étudier faune, flore et « naturels », donne des cours à leurs enfants, poursuit son engagement. Nous voyons arriver les familles de bagnards autorisées à les rejoindre, des Kabyles qui se sont opposés au gouvernement français en Algérie. Nous sommes informés de la manière dont l’armée mate les tribus qui ont de moins en moins de place sur leur terre.
– Le livre de la Jamaïque de Russell Banks, 1980, traduit par Pierre Furlan, 1991 Actes Sud. Aussi en 10-18 : Le point de départ du livre est un fait divers : le meurtre d’une femme noire dont Errol Flynn, propriétaire sur l’île, a été un temps soupçonné. Puis on s’échappe de ce prétexte. Johnny, alias Russell Banks, revient plusieurs fois, de plus en plus longtemps. Il passe de la Jamaïque du littoral, celle des Blancs richissimes et terrorisés de perdre leurs biens, à celle des Noirs qui vivent dans la misère à l’intérieur des terres. Il choisit son camp, s’enfonce dans l’île, rencontre des ancêtres des Marrons et participe à leur vie.
On n’est jamais déçus par un Russell Banks !
– Ce que cela coûte de W.C.Heinz, 2019, éditions Monsieur Toussaint Louverture, traduit par Emmanuelle et Philippe Aronson. Le livre était sorti en 1958 aux Etats-Unis.
Quand on choisit un volume de cette maison d’édition, on le fait aussi – ou d’abord – du fait de son esthétique … enfin, je parle pour moi… Celui-ci, son côté carnet genre Moleskine, ses coins arrondis, sa couleur, sa matière ( La couverture est en Remake Leather de 250 g, qui dans sa chair de papier compte un quart de particules de cuir, ce qui va de soi. ») en font un objet à la limite du régressif… Bref, il est beau. Il donne envie de l’avoir à tout tsundoku normalement constitué…
Mais évidemment, il y a plus que l’apparence : Heinz (1915-2008) a été un des premiers écrivains du « Nouveau journalisme » dont on connaît mieux Truman Capote, Hunter S. Thompson et Tom Wolfe par exemple. Là, un journaliste sportif accompagne un boxeur juste avant un championnat. Et c’est une approche sociologique de ce sport : les champions, les bons mais inconnus, les Noirs, les Blancs, les anciens, les managers, le public. L’avant-dernier chapitre est le moment du combat et, même si on n’est pas fans de ce sport, on est captivés.

La suite de la soirée, bientôt.
Le prochain Chat Bleu a priori le jeudi 28 avril, 18 h.

Chat Bleu : février 2022- 2)

La deuxième partie de soirée était beaucoup en lien avec Le goût des autres qui venait d’avoir lieu. David Diop, Christine Angot, Clara Dupont-Monod étaient invités et c’est d’eux que certaines ont parlé.
   Frère d’âme, au Seuil , raconte la réaction d’un tirailleur sénégalais qui, à la guerre de 14, perd son « frère d’âme » . Lu magistralement par un comédien lors du festival.
    Le voyage dans l’Est, édition Flammarion. Christine Angot travaille sur son concept comme un navire continue à avancer sur son erre. Témoignage ou objet littéraire ? Cela divise.
   S’adapter chez Stock, prix Fémina et prix Landerneau : comment les membres d’une famille réagissent à la naissance d’un enfant différent. Sans pathos, sans prénom (« le père », l’aîné » …). Les pierres des maisons du hameau parlent et sont un personnage.

De là, sont venus d’autres titres en lien avec le soin, la femme ou la société :
   Murène, roman de Valentine Goby, Actes Sud : un homme électrocuté est amputé des bras et nage ainsi : le début d’handi-sport.
   A la folie, beau texte documentaire de Joy Sorman, Flammarion : son immersion dans un service psychiatrique.
Le choeur des femmes de Martin Winckler, éd. P O L 2011, adapté en roman graphique par Aude Mermilliod, éditions Le Lombard 2021 ; le travail du gynécologue vu du point de vue masculin.
La fin de l’amour d’Eva Illouz : étude sociologique passionnante qui met en évidence le rapport homme/femme à travers le système économique.
La femme ourse, roman de Karolina Ramqvist, éditions Buchet-Chastel 2021 : une auteure, mère de 4 enfants, débordée, raconte l’histoire – réelle – d’une femme laissée sur une île déserte de l’Atlantique en 1541.

On a également réinsisté sur Jon Kalman Stefansson avec son D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds, et  Asta. Traduit par Eric Boury, presque tout est trouvable en Folio.

Prochain Chat Bleu prévu le 17 mars à partir de 18h.

Chat Bleu : février 2022 – 1)

En dégustant cette fois un Planteur maison, quatre mois de macération ou un vin de Kiwi de « Le Petit Alcoolier », producteur installé près de Dieppe, nous avons parlé de :

  • Les idées noires de Laure Gouraige,
    éditions P O L, 2022 :
    sur la première page, une seule phrase : « Vous vous réveillez un matin, vous êtes noire. ». Du fantastique ? Un texte à la Kafka ? Non, enfin… oui mais non. C’est plus quotidien, plus sociologique. C’est beaucoup plus amusant aussi. La narratrice est contactée par une radio pour parler du racisme auquel elle doit faire face. Et, dans un sens, ce n’est qu’à ce moment que lui apparaît sa couleur. D’autant que le problème ne se pose pas comme ça. Quoique… P.17 :  » Je cherche un Noir, je cherche un vrai Noir. Première erreur, vous n’êtes pas une vraie Noire. D’ailleurs vous êtes pas Noire du tout » (…) » Votre pull, oui. Incontestablement, votre main n’est pas de la couleur de votre pull. » (…) « A strictement parler, noir ne désigne pas une couleur. » dit le dictionnaire (…) « C’est pire que prévu, noir c’est du vent. ».
     Le livre commence à Paris, se poursuit en Floride avec  » des palmiers de riches et des palmiers de pauvres. », dans la famille, sur une autoroute, dans un commissariat : P. 119 : « …un cube bleu ciel à deux étages, défraîchi, seul sur le bord de la route, coincé entre deux palmiers harassés. Vous n’êtes clairement pas là où ça se passe, on vous a amenée au rebut » (…) » … la mocheté est comparable aux bâtiments du service public français. ». Là aussi, il faut entrer dans une case, qu’on puisse vous répertorier et là aussi, rien ne correspond.
    Et ça ne correspond pas plus, pour de tout autres raisons, dans le dernier tiers du livre, en Haïti.
    De l’humour donc pour parler de notre société, de nos habitudes de classement, de notre racisme. Un texte super enthousiasmant !
    – Au bord de la Sanda de Gyrdir Eliasson. Paru en 2007 en Islande et traduit pour les éditions La Peuplade par Catherine Eyjolfsson. Deuxième opus d’une trilogie. Nous avions déjà parlé d’un Eliasson où le personnage était écrivain, restant dans une maison prêtée pour travailler. Ici, il s’agit d’un peintre qui, lui aussi, se place en marge du monde. Le 3ème qui vient de sortir en France évoque un musicien. Le processus de création, le caractère peu amène de l’artiste, le besoin de s’isoler, se retrouvent dans les trois textes.
    – Dans la gueule de l’ours de James McLaughlin, traduit par Brice Matthieussent. En poche maintenant, ce Prix Edgar Allan Poe du Premier Roman en 2019 et Grand Prix de Littérature policière 2020 appartient à plusieurs genres : roman noir, un peu fantastique aussi et surtout Nature writing. On l’aurait d’ailleurs bien vu édité par Gallmeister. Mais non. Ce sont les éditions Rue de l’Echiquier qui s’y sont intéressées. Un homme recherché par un cartel mexicain trouve refuge dans une réserve privée des Appalaches en tant que garde-forestier. Des hommes genre red-necks-électeurs-de-Trump y pénètrent, y chassent. Il doit intervenir. La végétation, le relief, les animaux sont des personnages à part entière. Et c’est fort.
  • Deuxième partie de la soirée très vite et
  • prochain Chat Bleu prévu le jeudi 17 mars