Un Asli Erdogan : P U N° 117

Le silence même n’est plus à toi : chroniques de la journaliste et romancière Asli Erdogan. Traduites du turc par Julien Lapeyre de Cabanes, elles sont trouvables dans la collection Babel. Asli Erdogan est une de ces intellectuels poursuivis par le gouvernement turc pour ses prises de position sur le génocide arménien, la situation des Kurdes, le sort fait aux femmes. Ses textes dénoncent dans une prose poétique les horreurs vécues en Turquie.
Elle a pu dire en 2017 à l’émission de François Busnel : « Ma foi dans les mots est inébranlable ». Et il faut croire que c’est aussi le cas de Recep Tayyip Erdogan puisqu’elle a été emprisonnée, jugée, qu’elle doit vivre en exil et pas pour la première fois.

Quelques « Poèmes Express » issus de ce livre :
– Les snipers déployés autour de la recroquevillée.
– Au pied du F16, les émotions reviennent.
– Descendre au centre du brun triste, tirant 
sur le violet.
– Corps étiquetés, cri égaré.
– C’est interdit, les explosions sur l’autoroute.
– La neige, dans un état fiévreux, a beaucoup changé.

On envoie cette Pièce Unique à une des éditrices d’Actes Sud, Marie Desmeures. Par jeu : une espèce de retour à l’envoyeur.

 

Un Gunnar Gunnarsson : P U N° 116

Le berger de l’Avent de Gunnar Gunnarsson (1889-1975) est la Pièce Unique N° 116. Paru en 1936 pour la première fois, on le trouve actuellement dans le catalogue des éditions Zulma.
Un bandeau l’orne : «  »un joyau » Jon Kalman Stefansson ».
Et comme on aime les textes de Jon Kalman Stefansson, on est allés voir et on n’a pas été déçus.
Chaque année, un homme, Benedikt, va, avec son chien et son bélier, dans la montagne, chercher les moutons égarés. Cette fois, il part alors que la tempête menace et des hommes lui demandent de les aider à retrouver leurs moutons. Il le fait mais il a pris du retard et le temps est mauvais… On ne vous en dit pas plus…
Sachez juste que c’est très court mais très fort, que Benedikt est un vrai héros de western, sagace et taiseux. Et aussi, forcément, que la nature est la principale héroïne.

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont issus :
S’en sortir vivants, vieux ou monstres.
– Il taillait dans des contes de fées qui le fascinaient.
– Les lignes disparurent, le bleu resta. C’était peu.
– Une fois la nuit déchaînée, il fit fondre les jours.
– Lire : faciliter l’entre deux mondes.
– Lourds nuages, jour court et humeur pierreuse.

La Pièce Unique N° 116 sera objet de loterie, façon Chat Bleu.

Moscou 47 : P U N° 115

La Pièce Unique N° 115 n’est pas un roman mais un livre constitué de dessins de Roger Parry de l’Agence France-Presse et de reportages de journalistes de trois quotidiens : France-soir (Claude Veillet Lavallée), Le Figaro (Dominique Auclères) et Franc-Tireur (Charles Ronsac). Ils avaient été, comme des vingtaines d’autres de tous les pays, invités officiellement en avril 1947 par l’ URSS.

Ils se montrent plutôt positifs : (p 181) : « L’entourage de Staline est fait d’hommes supérieurs, véritable élite d’hommes d’Etat, tirés de la sélection naturelle : Vorochilov (Armée), Molotov (Affaires étrangères), qui doit succéder à Staline, Mikoyan (Commerce), Béria (Intérieur, Police), etc… »(…) » D’opposition véritable, il n’y en a pour ainsi dire pas. Ceux qui pourraient la faire ou la diriger, c’est à dire les intellectuels, sont comblés matériellement. Il y a une forte police politique. Mais il y en a toujours eu en Russie ; »(…) » Il y a certainement des départs pour la Sibérie; il y en avait aussi sous les Tsars. »

Voilà quelques Poèmes Express issus de Moscou 47 :
– Au plafond, Gogol a l’air de quelqu’un qui connaît son métier.
– Dans trente ans, nous aurons dépassé nos organes.
– Le pope se démonte : barbe, yeux, poitrine, pied, ventre.
– Le maréchal est ouvert, la forêt abattue et le cercueil hurle.
– Amérique rose saumon. Vertige de duvet…et gros consommateurs.
– Poule sur la neige : corps de kapok.

La Pièce Unique N° 115 est offerte à Virginie R. Féministe, sa pensée progresse sur le mode du fourmillement. C’est déstabilisant et intéressant.

Un Stevenson : P U N° 114

L’île au trésor est paru en feuilleton en 1882. En poche en France en 1961. Retraduit récemment, les éditions Tristram lui ont donné une superbe couverture. Vu comme un roman- jeunesse, il a souvent été adapté au cinéma.

R.L. Stevenson, l’écrivain voyageur écossais est mort le 3 décembre 1894 aux îles Samoa. Nous avons offert cette Pièce Unique ce 4 décembre à une voyageuse, Pia G. qui vient se poser ici après avoir habité Milan, Budapest, Vienne…

Voilà quelques Poèmes Express :

– Il mettait le nez à la porte ou avait une façon inquiétante de le poser sur la table.
– Forte peur dans la brume. Pause.
– Un gentleman mort dévisse sa tête, donne le coeur et suce sa fin.
– Il essayait de rire, de retirer le poignard de sa bouche.
– Morts rouges et bouffis, bandage sanglant, mauvaise mine.
– Elle n’a jamais rien raté, la constance.

Un Kamel Daoud : P U N° 113

Le peintre dévorant la femme paru aux éditions Stock en 2018 est aussi en poche chez Babel.  Kamel Daoud est connu pour son Meursault, contre-enquête, Goncourt du premier roman en 2014. Il est par ailleurs journaliste et a des positions vis-à-vis de l’islamisme qui le mettent en danger.
Ce livre est un récit, de la collection « Ma nuit au musée » : un(e) auteur(e)  passe une nuit dans un musée et écrit sur cette expérience. Lydie Salvayre, Santiago Amigorena, par exemple, se sont déjà prêtés à ce dispositif.

Kamel Daoud a été, lui, invité au musée Picasso. L’intérêt du livre n’est pas tant son regard sur l’oeuvre de ce peintre que ce qu’il dit du rapport au corps, au sexe, à l’art et à la collection, de l’autre côté de la Méditerranée. Là, c’est passionnant.

Voilà quelques uns des Poèmes Express qui en sont sortis  :
Le jaune annonce le sourire, le corps et sa chaleur.
– Durant l’amour, se faire appréhender par le muscle-coeur.
– Le sang s’échappe. Plongée dans la mort, la femme en offrande.
– Cet endroit est un monde de piranhas. La fin y est la fin.
– S’il peint l’âme, je peux la dévêtir.
– Le grain de peau rencontre le cannibale et le nu est 
camisolé par l’amant.
– Sous mille angles, cette année se révèle noyade, submersion et fin.

La Pièce Unique N° 113 est à offrir à Laurence Drocourt, plasticienne qui travaille à l’ESADHaR. Elle a aussi conçu une pseudo-galerie : une vitrine / une oeuvre ( souvent intéressante et ludique ).

 

Un Philip K. Dick : P U N° 112

Siva  de Philip K. Dick, paru aux USA en 1980 et chez Denoël en 1981 est un texte EXTRAORDINAIRE !
Ecrit deux ans avant sa mort, Siva n’est ni essai, ni roman, ni autobiographie. Ou est un peu tout ça.
C’est sa dernière période, très controversée par les puristes de la S F. Il y parle de la transcendance et de lui. C’est totalement fou, personnel  et super intelligent.

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont issus : Occupé à essayer de tuer, il se souciait uniquement de la méthode.
– S’en branle un crétin, de l’orthographe d’oxymoron.
– La cervelle consommée provoqua chez lui une colère acide.
– Pourquoi n’y a-t-il pas davantage de trous dans les hommes pour dégager la vérité… ?
– Le monde était en réanimation. Personne ne savait cela.
– Le déterminisme est cassé. Une petite vieille brise l’Empire.
– Un sein a une vie et s’en rend compte.

Cette Pièce Unique sera offerte à Elodie Boyer, des très belles éditions Non Standard.  Elle va se demander ce qui lui arrive, elle qui propose des livres si graphiques.
Elle fait d’ailleurs partie de la Saison Graphique 2020, au THV jusqu’au 31 octobre.

Un Silvio d’arzo : P U N° 111

Maison des autres est la Pièce Unique N° 111. C’ est un court texte de l’Italien Silvio d’arzo (1920-1952), paru en France aux éditions Verdier. Il est suivi d’un texte encore plus court : Un moment comme ça.
Dans les deux, un homme parle, un curé ou un instituteur.
Le curé de Maison des autres est assez âgé. Il vit dans un petit village de montagne et le climat est rude. Une très vieille et pauvre femme lui pose une question.
L’instituteur de Un moment comme ça aide un homme qu’il n’apprécie pas et découvre avec lui quelque chose de grave.
Silvio d’arzo suggère plus qu’il ne dit. Il nous met sur la piste, à nous de compléter. C’est ténu mais important.

Voilà quelques Poèmes Express issus de ce livre :
Le garçon n’était pas homme ;  le fait est, pas homme.
– Au canal, elle se mit à laver les pluies.
– Il suffisait d’un souffle pour être moins mort.
– Je suis venue au mariage faire oui de la tête.
– S’en aller de biais et réussir à trouver un train.
– Chaque soir, j’apprenais à coudre un vieux. Quand commençait l’agonie, on cousait les mains.

La Pièce Unique N° 111 est offerte aux co-gérantes des éditions Verdier. On les aime pour leur collection russe, pour les Pierre Michon, le Anne Pauly et le Camille de Toledo.

Un Gabriel Garcia Marquez : P U N° 110

La Pièce Unique N° 110 est De l’amour et autres démons, paru en 1995 dans une traduction de Annie Morvan.
Garcia Marquez (1928-2014), prix Nobel de littérature en 1982, est connu pour le « réalisme magique » que l’on retrouve ici.
Au  XVIII ème siècle, sur la côte caribéenne de la Colombie, maîtres et esclaves se mêlent. La rage est là. L’Inquisition n’est pas loin. La bêtise non plus. Les sentiments sont exacerbés. Une belle enfant de douze ans, Sierva Maria, en paie le prix.

 

 

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont issus :
Un ventre pouvait toucher.
– l’obscurité devint folle, déguisée en dents.
– Elle cachait des vaches mi-mars, et l’iguane les mois de canicule.
– Trois étages de pierre, trois étages d’emmurées.
– Connaître la fin de tous les livres, en informer l’évêque.
– La mort s’enferme et un cadavre sort.
– Une femme inconsolable, la nuit tombée, était retournée sous l’oreiller.

On offre cette Pièce Unique à Veronica B – P, l’amie colombienne, pleine de fougue et d’enthousiasme dans tout ce qu’elle entreprend.

Un Tibor Déry : P U N° 109

La Pièce Unique N° 109 est, aux éditions Circé, Niki L’histoire d’un chien, de Tibor Déry.

.
Tibor Déry (1894-1977), aussi scénariste et traducteur, a été exclu du Parti Communiste  en 1953 et emprisonné jusqu’en 1960 pour avoir participé à la révolution de 1956 en Hongrie.
Le roman a été traduit par Ladislas Gara (1904-1966), alias Imre Laszlo, un grand passeur de textes hongrois, apatride, ayant vécu en France dès 1924.

Niki L’histoire d’un chien est bien plus que cela. C’est l’histoire de la Hongrie entre 1948 et 1955, à travers un couple, monsieur et madame Ancsa, les maîtres de Niki, mais pas de leur vie.
C’est un livre attachant, comme le chien.

Voilà quelques Poèmes Express nés de ce livre :
Lécher les lèvres d’un tigre. Apprendre – finir par apprendre.
– La souplesse connut la laisse.
– Détruire 
l’ancien. L’ouvrir pour voir.
– A l’étroit dans sa jeunesse, le corps vous déchire.
– Afficher un air stupide et prendre un homme ou deux.
– Le bec des poules s’élargit sur un petit cri pourpre.

La P U N° 109 est offerte à Valérie Barbe, libraire à Caen, au Brouillon de culture. Rencontrée lors de salons à Livre Paris, Epoque ou Boréales de Normandie, on la sait aussi très « branchée animaux ». Bon, plus chats que chiens, mais…

Un Sigrid Undset : P U N° 108

La Pièce Unique N° 108 est Vigdis la farouche, paru en Norvège en 1909, traduit en 1954 chez Stock par « madame Metzger » (rigolo, non ? Cette femme, traductrice aussi de Selma Lagerlöf, Karen Blixen, se prénomme Marthe)

Sigrid Undset (1882-1949) a reçu le prix Nobel en 1928. Ses livres se partagent entre romans contemporains et romans historiques. Vigdis la farouche fait partie de ces derniers. On est au Moyen-Age, entre Norvège et Islande, entre christianisme et paganisme. L’amour-haine qui lie Vigdis et Ljot s’étire sur une vingtaine d’années.

Voilà quelques Poèmes Express sortis de Vigdis la farouche :
On apporta alors la nuit. Elle paraît avoir besoin d’un toit.
– S’il demande mon amitié, je lui arracherai les dents.
– Mains de glace, genoux de neige, sueur blanche.
– J’ai éprouvé un chagrin brodé.
– La neige cessa. Elle ne sera plus jamais évoquée.
– La main saisit la main et la main rougit la joue.
– Il sauta à l’eau avec les Ecossais qu’on lançait sur eux.

Le livre est envoyé à  Eric Boury, le super traducteur de l’islandais qui nous a permis de lire Arnaldur Indridason comme l’extraordinaire Jon Kalman Stefansson.