Jour 3 : toujours plus d’Ecrivains en bord de mer

Toujours plus d’auteur(e)s, toujours plus de surprises :
Le matin, un roman graphique , dans le cadre de Présence argentine à La Baule : Naphtaline de Sole Otero, éditions ça et là. Histoires mêlées de familles paternelle et maternelle, de migration, de patriarcat, de genre.
– L’après-midi :
Camille Laurens à l’occasion de la sortie du volume en Quarto Gallimard :« une étape dans la vie d’un écrivain. Le premier roman ayant été publié en 1991, ça oblige à revenir sur un parcours déjà long. J’ai dû choisir, éliminer. Il fallait trouver un fil directeur : le désir. Les Quarto commençant par un album photos, là aussi, il a fallu choisir. Je l’ai fait en montrant comment je décalais le vrai, par exemple avec une photo de mon père et un extrait d’un de mes romans en légende » : « l’auto-fiction, la fiction de soi-même consiste à présenter son « livre intérieur » (cf Proust). (…) « Pour moi, ce qui est vécu est remplacé par ce qui est écrit ».
Makenzy Orcel dont Camille Laurens dit : « Dès que j’ai lu Une somme humaine, j’ai entendu une voix, un rythme, une scansion particulière. C’est une réussite, le rapport à la langue est premier, c’est un roman-monde, un grand roman politique. » Lui-même en dit : « J’ai porté ce livre une dizaine d’années. L’acte d’écrire est un acte transitionnel. Je suis avec cette vieille femme qui parle depuis la mort et donne à voir les choses » (…) » un réel très teinté de merveilleux. »
Après une conférence de Gabrielle Trujillo sur L’invention de Morel  de Bioy Casares, Mélanie Sadler a parlé de son roman Borges Fortissimo, le tout dans le cadre de Présence argentine à La Baule.
Lucie RicoGPS, éditions P O L: « Il y avait plusieurs points de départ ou objectifs :
– adapter Fenêtre sur cours où la fenêtre cache autant qu’elle montre. La fenêtre de notre téléphone fait de même.
– la description : comment décrire un paysage qui n’est pas réel
– parler du 
chômage où on perd ses repères, où on a du mal à trouver sa place.
La question du champ / hors-champ est primordiale aussi dans le livre » (…)  » Je donne de fausses infos, et j’ai utilisé un cede scout que, seuls, des lycéens ont décrypté. Aussi scénariste, j’écris mes livres comme mes scénarios, en sachant la fin. » …qu’on ne dévoilera pas au cas où vous ne l’auriez pas lu.
Bertrand Schefer est venu pour Francesca Woodman, aussi aux éditions P O L qui fêtent leurs 40 ans cette année. Le livre est sur cette artiste photographe américaine, ses « images de disparition, de flou, de fulgurance, photos performatives d’elle-même », la première lorsqu’elle a 13 ans, la dernière avant sa mort à 22 ans.
Bertrand Schefer a d’abord « rejeté ces images » puis « pas cessé d’y penser » et l’a découvert 20 ans après en voyant des photos d’elle, prises par un ami, à l’atelier : « l’effet de réalité, l’instant arrêté, le visage qu’elle a » (…) » un coup de foudre en deux temps »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × cinq =