2ème jour de festival : 7 juillet 2023

après une remarque de Bertrand Schefer sur Ecrivains en bord de mer  : « dans ce festival, on bichonne les auteurs »
– Oliver Rohe, là pour Chant balnéaire: éditions Allia, 2023.
Il était venu en 2010, « treize ans d’attente » dit Bernard Martin.
« Un peuple en petit, livre de 2010,  passe par le roman. Cette façon de faire m’a conduit à une impasse. »(…) « J’éprouve le besoin de passer par le réel, l’authentique. Le roman était comme une altération. La façon dont parle le Liban de la guerre tend à le faire passer pour une fiction. Il n’y a pas de travail dessus comme en Afrique du Sud, pas de traces : Beyrouth est reconstruit. Comprendre tout ça a pris du temps. »
« La station balnéaire, le quotidien sur cinq ans, c’est là que j’avais le plus de souvenirs. (…) j’ai compris que j’allais pouvoir le rendre par la sensation. » (…) « j’essayais juste d’écrire ces années-là. La forme qui venait, je l’acceptais. » (…) « Le but était de faire apparaître la guerre là où elle n’est pas visible. »
– 
Christel Périssé-Nasr  : L’art du dressage , éditions du Sonneur
Un père, Marceau et ses deux fils, Gilles et « Le collectionneur ».
l’auteure : « J’ai tendance à voir la famille comme une structure d’individus enchaînés les uns aux autres  » (…) « J’ai travaillé non pas la masculinité, comme on l’a dit dans certains articles, mais la virilité, le rapport des hommes entre eux. Et là, pour Marceau et Gilles, une virilité complètement et seulement fantasmée. » (…) » Les hommes eux-mêmes dans une structure de ce type sont victimes. »

– Pierre Senges, qu’on peut « résumer » par deux mots , érudition et humour. Il est  là pour deux parutions récentes : Un long silence interrompu par le cri d’un griffon chez Verticales et Epître aux wisigoths chez Corti.
A l’origine du premier, « il y a un intérêt pour le silence, qui s’est manifesté, déjà, il y a plus de dix ans par un feuilleton à Radio France. Environ dix épisodes de cinq minutes. Laure Egoroff donnait une texture à chaque silence. » (…) « il a fallu du temps, de l’oubli de cette première forme. »
« La blague est plutôt le moteur de mon écriture » (…) « mais je voulais rendre hommage à tous ces écrivains assez fascinants (Mandelstam, Siniavski…) des années 1920 à 1970, à leur esprit, à leur rapport à l’écriture dans cette période fiévreuse. »
Quant à la parution chez Corti, il s’agit d’un essai à partir de l’expression de Giorgio Manganelli qui voulait la » littérature comme mensonge », celle » des wisigoths » contre une littérature du fait vrai .
– Eleni Sikelianos et sa traductrice pour deux ouvrages chez Joca Seria, Beatrice Trotignon : « cela fait quinze ans que Beatrice travaille sur ma poésie et elle m’a appris beaucoup de choses sur mon travail. »
Un travail plein de paronomases, de paronymes.
Sur le temps, sur la maternité dans les deux recueils traduits chez Joca Seria.

Une belle deuxième journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × quatre =