Bon, je ne sais pas ce qui s’est passé

oui, je ne sais pas comment il se fait que mon texte sur Café crime n’est pas le même sur ma page et sur celle que vous voyez. J’avais ajouté quelques infos sur les livres de Ellory, de Yusuke Kishi et parlé de Ivy Pochoda, l’ Américaine. Mon ordi a fait grève, semble-t-il. Je n’ai donc pas continué sur les polars français, last not least, que je gardais pour la fin.
Espérant la grève terminée (je précise, arrivée sans préavis), voilà :
– de Hugues Pagan, le lauréat des Ancres noires et des Robes noires de 2023, présent au festival du Polar à la Plage au Havre, mi-juin 2024 : Tarif de groupe, en Rivages poche. «  L’usine  »  et ses méandres, l’usine étant la police dont Pagan a été membre. Pagan est un styliste, toute question de littérature de genre, bon ou mauvais, mise à part.

Guerre d’Algérie. Manifestation sur la place de la Concorde, pendant l’émeute à Alger. Paris, 13 mai 1958.

– de Thomas Cantaloube : Requiem pour une république, un des opus d’une trilogie, à la Série noire de Gallimard. Cantaloube travaille sur des faits réels, historiques. Ici, sur le début de la cinquième république, sur la décolonisation de l’Algérie, sur le massacre de Charonne.
– de Jérôme Loubry : Le chant du silence, en livre de poche. Cela se passe et en 1995 et maintenant. Un « page turner » dit la jeune libraire.
– de Armand Cabasson, sur le premier « profiter » de l’histoire, sous le premier empire. En 10-18, Les furieuses.
de Christophe Corvaisier, Opération Némésis : au moment de la chute de l’Irak, Justine qui veut être agent de la DGSE, est manipulée.
– Enfin, un essai : Le goût du crime – enquête sur le pouvoir d’attraction des affaires criminelles d’Emmanuel et Mathias Roux chez Actes Sud, 2023 : le fait divers remplace le mythe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × deux =