Café crime – 2ème

En février (2024), à la Petite Librairie, on parlait, entre Ancres Noires, libraire et lecteurs, de romans noirs, true crimes et thrillers.
C’étaient, pour le polar étranger, des livres :
de L’IslandeTrahison de Lilja Sigurdardottir, paru aux éd. Métailié en 2020, trouvable en poche, traduit par Jean-Christophe Salaün.
Lilja Sigurdardottir, accompagnée de son traducteur, était aux Boréales en novembre 2023. Ce livre évoque une femme qu’on appelle au rôle de ministre à son retour en Islande, après un passage traumatisant comme directrice d’une ONG dans un P V D.
A la suite d’une de ses premières prises de position, en faveur d’une femme, elle se trouve tout à coup menacée dans sa vie personnelle…
Le clan Snaeberg d’Eva Bjorg Aegisdottir chez La Martinière, aussi traduit par Jean Christophe Salaün, tout juste sorti. Un huis-clos, des chapitres avec des personnages narrateurs différents. L’importance des apparences.
d’Italie : L’autre bout du fil d’Andrea Camilleri, au Fleuve noir puis Pocket. Traduit, et c’est important, par Serge Quadruppani. Un Camilleri par un autre traducteur est ABSOLUMENT insupportable. Seul, Quadruppani a su transcrire, sans que ce soit ridicule, le patois sicilien utilisé par cet auteur, mort à 93 ans en 2019. Une belle femme meurt à Vigata sur fond d’arrivée de bateaux de migrants chaque nuit. Le personnage récurrent, Salvo Montalbano, a à résoudre ces deux problèmes et le fait de manière très humaine.
d’Irlande du Nord : le troisième livre d’une trilogie d’Adrian McKinty : Ne me cherche pas demain, traduit par Laure Manceau, chez Actes Sud puis en Babel noir. Cela se passe pendant les troubles. Le personnage principal, catholique, travaille dans la police.
d’Angleterre : mais se passant au nord-est du Canada, Une saison pour les ombres de R.J.Ellory, traduit par Etienne Gomez. En Livre de poche en 2024. Des femmes sont retrouvées mortes. On pense à un ours…
– des Etats-UnisCes femmes-là d’Ivy Pochoda, traduit par Adelaïde Pralon, aux éditions Globe : des femmes, des barmaids, des prostituées, meurent dans les rues de L A. Une policière s’en occupe quand ça n’intéresse pas ses collègues.
– du Japon : La maison noire de Yusuke Kishi, traduit par Diane Durocher, éditions Belfond 2024. Un thriller très lent… très japonais : un enfant retrouvé pendu et le policier ne croit pas au suicide. Du même auteur, La leçon du mal vient de sortir en poche.
Pour le polar français, on revient bientôt, dans un deuxième post… suspens…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + seize =