Le musée des redditions sans condition – Dubravka Ugresic

Dubravka Ugresic (1949-2023),
écrivaine croate a passé
30 ans de sa vie en exil : de 1993 à sa mort.
Elle l’évoque dans Le musée des redditions sans condition, un livre de 1997 : P 192 : « l’exil, ou du moins la forme que j’en ai connue, le vivant jusqu’à l’épuisement, »
P. 233 : « j’avais moi-même miné ma demeure. Il m’avait échappé que la guerre et la dictature sont soeurs, ce que le vieux Remarque savait. Oui, j’avais écrit quelque chose qu’il ne fallait pas (…) davantage parce que j’étais incapable de m’adapter au mensonge ambiant que parce que j’avais envie de devenir un héros. »

Ce livre est constitué d’un ensemble de textes : sur la photo et l’autobiographie, sur des artistes reconnus (comme Ilia Kabakov) ou pas du tout, comme le traducteur fou de Shakespeare Ivan Dorogatsev, sur des résidences partagées avec plus ou moins de bonheur, sur des gens rencontrés, sur sa mère, sur la première fois à New York : P 58 : « …Je ne ressentais rien en arpentant ses rues. (…) Puis je suis montée dans un taxi (où la radio jouait très fort) et le pare-brise m’est apparu comme une sorte d’écran. Je suis restée sans souffle (…) magie de cette espèce de séance de cinéma que m’offrait le taxi (…) j’ai reconnu la ville. ».
Sur l’écriture de qualité…, P. 63 : avec beaucoup d’humour, à partir de l’exercice scolaire de la « rédaction libre » qui « pour des raisons inconnues, commençait très souvent par l’évocation de la pluie (…) et se terminait par un vrai déluge. (…) Ces rédactions détrempées ont marqué de leur sceau aqueux la perception esthétique de la plupart des lecteurs. Ce sceau a été apposé au début de leur scolarité par quelque institutrice romantique et les élèves ont ensuite quitté l’école avec un goût littéraire élaboré, en sachant indéniablement ce qui est beau, puisque les bonnes notes l’avaient confirmé. Certains d’entre eux sont eux-mêmes devenus instituteurs, et ils ont à leur tour apposé le sceau aqueux sur leurs élèves, dont certains sont devenus instituteurs »… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 10 =