Chat Bleu de juillet 2019

Nous avions le choix entre un Saint Amour et un Beaujolais blanc pour accompagner nos livres :
Une ville de papier d’Olivier Hodasava, aux éditions Inculte, 2019 : le vrai/le faux, décidément est une question très contemporaine. La ville de Rosamond en est une preuve. Copyright trap ou réelle ? Oeuvre de la General Drafting, lieu d’un fait divers, intéressant Walt Disney ou non ?
Vous le saurez – ou pas – en lisant Olivier Hodasava qui se dit un des membres fondateurs de l’Oucarpo…
Le Tibet sans peine de Pierre Jourde, Gallimard 2008 : récit de voyage « qui s’annonçait saugrenu« , de voyageur qui ne se la joue pas, voire qui ignore dangereusement, habillé en promeneur, les difficultés de l’expédition. Mais ce n’est pas que cocasse :  » Je repasse des cols verticaux signalés par des chortens ou des stupas, je croise les lamaseries blanches, mais ce n’est pas cela, ce n’est jamais cela. Je ne retrouve pas le bon chemin. Le véritable Tibet était ailleurs. Mes rêves s’épuisent à vouloir revenir à ce qui fut une fois, ils en sont convaincus, la beauté à l’état pur, et qui peut-être n’a jamais existé ailleurs que dans leur nostalgie. » (p. 116). Dépaysement et belle écriture.

Il a aussi été question
de romans étrangers :
– Le pouvoir du chien de Thomas Savage paru en 1967 aux USA, chez Gallmeister, collection de poche Totem en 2019, traduit par Laura Derajinski : nous sommes en 1920 au Montana et deux frères s’opposent. Un must !
– Dans le silence enterré de Tove Alsterdal, 2015 éditions du Rouergue. Trouvable en Babel noir. Prix des Ancres noires 2018.
La mafia russe en Finlande dans les années 20. Du point de vue suédois.
– L’oratorio de Noël de Göran Tunström ((1937-2000), Traduit par Lena Grumbach. Chez Babel. Un beau livre touffu sur les musiciens, qui parle aussi de l’auteure Selma Lagerlöf.
– It de Catherine Grive, éditions Gallimard, 2019 : sur les enfants trans-genres. Construit comme un roman pour ados.

de témoignages ou d’essais :
– Mon fils en rose de Camilla Vivian, traduit de l’italien par Hazel Goram et Nino S Dufour, éditions La Contre Allée, 2017, sur le même thème que It. « 1% des enfants sont flottants », ne savent pas ce qu’ils sont.
– Quinze causeries en Chine de J. M Le Clezio, Gallimard 2019 : une belle pensée autour de la littérature, fondatrice de notre humanité et moyen de partage des cultures.
– Le Kamel Daoud dans la collection Ma nuit au musée, Le peintre dévorant la femme, éditions Stock 2018 : l’auteur enfermé au musée Picasso livre une belle réflexion sur ce peintre, l’amour vécu comme un meurtre, l’art en Occident et en Orient.

de la rentrée littéraire, grâce à Caroline de Au Fil des Pages, venue nous rejoindre :
– Girl d’Edna O’Brien, traduction d’Aude de St Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat, éditions Sabine Wespieser : l’auteure irlandaise a cette fois pour héroïne une jeune Nigériane enlevée par Boko Haram mais s’intéresse comme toujours aux maltraitances faites aux femmes avec son écriture précise, sans pathos.
– L’arbre d’obéissance  de Joël Baqué, chez P O L : un monastère en Syrie au Vème siècle : la radicalité d’un choix.
et puis le Julia Deck sur l’éco-responsabilité entre voisins, Le Marie Darrieussecq sur la crise des migrants, un Sorj Chalandon sur le cancer, un Valentine Goby, un Laurent Binet…

Lisez bien !
Prochain Chat Bleu, le jeudi 3 octobre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 13 =