Cartographie d’un feu – Nathalie Démoulin

« La montagne flambe depuis bientôt vingt-quatre heures. La montagne blanche, la montagne de froid et de neige, la montagne de février est en feu. Elle brûle en cercle tout autour de la ville. La peau de glace des sapins se brise à distance, la forêt éclate comme du verre, puis se couvre d’une autre peau, de sa seconde et vraie mort, de résine ardente.
Un anneau de cendres flotte, silencieux et immobile, un peu plus qu’à mi-hauteur du cratère. Dessous, le feu remue dans les congères, immense déjà, et ses flammes grandissent par instants jusqu’à toucher l’anneau, agiter la fumée. »

Voilà les premières lignes du livre de Nathalie Démoulin aux éditions Denoël.
Les personnages sont, par ordre d’apparition : la montagne, l’incendie, le narrateur Jason, le lac. Viennent s’y ajouter : une maison, un peintre du XVII ème siècle, un service à café en faïence d’Ardentes du même siècle, un zeppelin. Ces derniers apparaissent peu mais  sont assez forts et étonnants pour qu’on les mentionne ici. Personnages aussi : Carole, la femme du narrateur, Jonas, le frère « daubot », et hors-champ, mais très présents, très forts : le père et la mère de Jason. Ils délimitent sa faiblesse d’homme fait.
Sont convoqués des toponymes : Cuisance, Furieuse, Mort-Homme.
Et si on cherche, on trouve, existants, des villages en Franche-Comté s’appelant Cusance, La Chapelle-sur-Furieuse.
Si on résume le livre : au cours d’un incendie dans la montagne enneigée, des disparitions. Mais il ne s’agit absolument pas d’un polar. Pas non plus d’un roman fantastique à proprement parler. D’ailleurs, c’est ancré dans un village abimé, lourdement endetté auprès de la Suisse toute proche, avec une usine utilisant des matériaux rares.
Si on devait expliquer pourquoi on en parle :
on VOIT ce texte, ses paysages, sa maison de maître, la femme :
P 94 : (Carole en peignoir)  » dans des couleurs de poudrier. Autour, tout paraît en niveaux de gris. Gris-violet les pavots velus de la tapisserie, gris crevasse les espaces entre les lés fendillant les murs de haut en bas, gris tourterelle l’intérieur de ses poignets, gris réséda ses cheveux accrochés dans les dents d’une grosse pince. »
P 123 : « Dans la montagne, devant nous, les veilleurs promènent les fanaux vacillants de leurs torches. Des bribes brutalement tirées de l’obscurité s’échappent des chamois dans de grands mouvements de branchages, puis les arbres se calment, les palmes d’épines bleues retombent sur la neige. »
P 138 :  » Mais lorsque j’arrive sur le plateau, tout n’est pas bleu. Sur la route, est posé un nuage (…) un nuage blanc, cotonneux, silencieux. Je ralentis avant d’y entrer (…) Je ne vois rien (…) Une odeur d’eau remplit l’habitacle, une turbidité de lac, un froid reptilien, et puis soudain il fait jour à nouveau, grand soleil, le nuage est derrière moi, le regard ne le traverse pas mais le corps oui, le corps si meuble, si docile. »
Vous aussi, vous les voyez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 4 =