Rabat-joie !…

Pris dans Slate, 22-12-2023 : être femme et Afghane :

 » Lorsque les talibans sont arrivés au pouvoir, il existait vingt-trois refuges pour femmes victimes de violences en Afghanistan. Selon un rapport de l’Unama (la Mission d’aide de l’Onu en Afghanistan) tous ont été fermés. Selon un policier du nord-est du pays, les refuges pour femmes battues sont «un concept occidental» et les femmes doivent rester avec «leurs frères, leurs pères ou leur maris». Selon un ancien employé du bureau du procureur de cette même région: «Ce type de refuge est inutile. Personne ne fera de mal aux femmes tant que l’Émirat islamique sera au pouvoir.»
(…)
C’est officiel, et nul ne peut faire semblant de l’ignorer: en Afghanistan, les femmes ne servent plus qu’à la reproduction et à la servitude. Et la reproduction est une épreuve supplémentaire qui, de plus en plus, leur coûte la vie. Selon le site PassBlue (un média à but non lucratif qui couvre les affaires étrangères et les Nations unies en mettant l’accent sur les questions relatives aux femmes), elles sont de plus en plus nombreuses à mourir des complications de leur grossesse ou de leur accouchement.
(…)
Malgré l’absence de statistiques (les talibans n’en sont curieusement pas friands), les experts travaillant dans le domaine de la santé sur place et à l’étranger estiment que le nombre de grossesses a augmenté depuis deux ans; notamment parce que les filles sont mariées de plus en plus tôt. Et les grossesses adolescentes sont plus à risque que les autres. La Dr Shefajo, qui exerce dans une clinique de Kaboul, raconte que de plus en plus d’adolescentes de 14-15 ans viennent la voir parce qu’elles sont enceintes, ou parce qu’elles ne le sont pas et que leur belle-famille le leur reproche. »

Immonde !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + 9 =