Le mal n’existe pas

Après DRIVE MY CAR et CONTES DU HASARD ET AUTRES FANTAISIES, Ryusuke Hamaguchi : LE MAL N’EXISTE PAS,

Quelqu’un dit sur le mur de Sens Critique que ce film est moins bon que ses précédents. Dans la salle où je l’ai vu, plutôt pleine, on sentait surtout l’incompréhension.
Quelqu’un dit : « je suis désolée » à une qu’elle a emmenée et l’autre répond : « ce n’est pas grave »
… D’où on se permet ?…
D’où, juste quelqu’un qui voit, qui consomme des films peut se prononcer sur LA qualité de l’un d’eux ?
Aimer ou pas, oui, évidemment. Pas condamner.
On vient avec ce qu’on est.
C’est (aussi) « le regardeur qui fait le film ».
Ce film est une boule à facettes : arty , documentaire, discrètement comique et presque fantastique.
On ne sait pas où on est.
Au moment où, dans sa tête, on est en train de le classer, il passe à autre chose.
Un « flux de pensée » à la Virginia Woolf.

Et, d’accord, tous les regardeurs n’ont pas cette envie-là, ne sont pas ouverts à ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =