Chat bleu : octobre 2019 – 2)

Quelques fois, ce 3 octobre, nous n’étions pas d’accord  ! :
– Plusieurs ont lu Né d’aucune femme de Franck Bouysse, paru à la Manufacture des livres : R., dans ce livre très noir, a admiré la capacité de résistance de l’héroïne, mais cela l’a mise mal à l’aise. F. y a vu une caricature, a ri à certains moments, a de beaucoup préféré les romans précédents de Bouysse, dont Grossir le ciel. Cl., elle, l’a vraiment aimé, même si elle a trouvé la fin « bâclée ». Elle pense qu’un plan aussi machiavélique est possible.
– Avis divergents aussi sur Les choses humaines de Karin Thuil, en deux parties, une première très descriptive de la vie de trois personnes, la deuxième le procès. D. l’a vu comme le « page turner » incarné et un livre intéressant sur la différence entre céder et consentir. C. a pensé que l’auteure surfait juste sur un sujet à la mode.
-De même pour La folie Elisa  de Gwenaëlle Aubry, Mercure de France, 2018 : « Toutes ces femmes sous l’emprise d’un homme ! (…) On voit qu’elle fait des efforts pour avoir un beau style »… (ouah ! ) Ce à quoi C. répond : « Il y a des choses à sauver »…
– La vraie vie d’Adeline Dieudonné dont nous avions déjà parlé a entraîné d’autres désaccords.

Cette fois, vous le voyez, il y a eu de vraies « battles » !

Ensuite, chacun présentant quelque chose que les autres ne connaissaient pas : fin des « hostilités » :
– Les calendriers de Robert Cottard, ce facteur de campagne pris dans ses relations avec les gens, arrivé aux éditions de l’Olivier grâce à Agnès Desarthe (qui sera Au Fil des Pages le 20 novembre)
– Murène de Valentine Goby, Actes Sud, 2019 qui raconte le handicap, « les sensations du corps de façon fine et subtile ».-
– Par les routes de Sylvain Prudhomme, éditions l’Arbalète, 2019 : un homme retourne dans la ville de son adolescence.Un livre très fort sur le passage de l’âge, les gestes anodins, l’amitié.
– Jour de courage de Brigitte Giraud, Flammarion, 2019 : l’histoire de Magnus Hirschfeld, dont la bibliothèque a été l’objet du premier autodafé nazi, est racontée par un ado au cours d’un exposé qui lui permet de faire son coming-out.
Hadassa de Myriam Beaudoin, éditions Léméac. : une institutrice dans une classe de primaire d’une école juive orthodoxe au Canada. Sa bienveillance non intrusive.
– Oublier Klara d’Isabelle Autissier, Stock, 2019 : un roman, un retour sur le système soviétique.
– Dernier meurtre avant la fin du monde de Ben H. Winters, 10-18, traduction de Valentine Le Plouhinec. Entre polar et SF. Efficace.
– Borgo Vecchio de Giosue Calaciura, collection Notabilia chez Noir sur Blanc, 2019. Traduction de Lise Chapuis : Palerme dans les années 60 pendant deux jours, une ambiance de fantaisie à la Garcia Marquez.
– Retour à Lemberg de Philippe Sands, édition Albin Michel, 2017, traduction de Astrid von Busekist : ce juriste franco-anglais, invité pour une conférence dans la ville polonaise où a vécu son grand-père, se penche sur les deux  juristes qui sont à l’origine des concepts de « génocide » et de « crime contre l’humanité ». Un mélange d’essai et d’autobiographie. Hyper-intéressant.
– Contrée indienne et La colline des potences, de Dorothy Johnson, traduits par Lili Sztajn, dans la collection Totem de Gallmeister : une écrivaine américaine qui prit fait et cause pour les Indiens. De bons textes qui devinrent de grands westerns au cinéma. A (re)découvrir.

Prochains rendez-vous :
– Au Chat Bleu, le 7 novembre.
– Avec Agnès Desarthe, à la librairie Au Fil des Pages, le 20 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − dix =