Chat Bleu – mai 2023 – 2)

Pour accompagner un Bourgogne aligoté, sec, vif et droit ou un St Nicolas souple en bouche, des romans :
Des polars :
le nouveau Fred Vargas et le retour du commissaire Adamsberg, chez Flammarion : Sur la dalle. On n’a pas lu mais on informe…
Alan Parks : les chroniques de la ville de Glasgow, mois par mois : exemple : Bobbymars for ever, Poche Rivages noir. Traduit par Olivier Deparis (*). Lu et approuvé.
Giorgio Scerbanenco (1911-1969) : il était chez 10-18, est repris chez Gallmeister, collection Totem, dans une nouvelle traduction de Laura Brignon. Veine réaliste, sociale pour Le quatuor de Milan, dont Venus privée, la première enquête de l’inspecteur Duca Lamberti, parue en 1966.
Moins habitué du genre, Mario Vargas Llosa : Qui a tué Palomino Molero. Chez Gallimard, Folio, 1986, traduit par Albert Bensoussan : au Pérou, vers 1936, un jeune métis est tué. Un lieutenant et un gendarme enquêtent.
Des romans traduits de l’anglais :
Ethan Frome (1911) d’Edith Wharton (1862-1937), chez P O L en format poche dans une nouvelle traduction de Julie Wolkenstein. En Nouvelle-Angleterre, au XIXè siècle, un huis-clos étouffant.
Là où chantent les écrevisses, premier roman de l’ Américaine Delia Owens, botaniste. En Points, traduction de Marc Amfreville : poésie et suspens.
Corps et âme, unique roman de Frank Conroy (1936-2005). Traduit par Nadia Akrouf, chez Folio. New-York, histoire de musique et de transmission.
Deux romans, éditions Globe, traduits par Charles Bonnet, de Douglas Stuart, Ecossais, designer de mode à New York : Shuggie bain, autobiographique : une mère alcoolique et Mungo, une sorte de thriller.
Crossroads de Jonathan Franzen, 800 pages chez L’Olivier, traduit par Olivier Deparis, encore lui (*) : la famille d’un pasteur, son intérêt pour une paroissienne. La dissection des relations familiales. « Brillant ! »
Des romans français :
L’autre moitié du monde de Laurine Roux, éditions du Sonneur : « une super découverte ! » :Espagne, années 30, le travail dans des rizières vu par une gamine. Focus sur une région, sur une manière d’être de propriétaires terriens atroces.
Les séparées de Kéthévane Davrichewy, 2012, ed. Sabine Wespieser : On est en 1981, dans un texte à deux voix qui rend compte de l’amitié fusionnelle entre deux jeunes filles.

Et ce n’est pas fini. On avait beaucoup lu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 9 =