Chat Bleu : décembre 2023 – 2)

Nous buvions, en rouge, un Saint-Nicolas de Bourgueil, ou, en blanc, un Pinot gis d’Alsace.
Ils accompagnaient :
– La sentence de Louise Erdrich, paru aux USA en 2021 et en 2023 chez Albin Michel, collection Terres d’Amérique, traduit par Sarah Gurcel. Prix Fémina Etranger. Un mélange de roman et de faits : la plupart des scènes se passent dans une librairie indépendante qui existe et est celle de l’auteure depuis plus de vingt ans : Birchbanks Books à Minneapolis. Ce livre donne plein de pistes de lectures, des textes d’écrivains américains que nous connaissons mal, d’origine amérindienne ou afro-américains.
Le livre rend aussi compte de l’affaire George Floyd et de la Covid.
– Chant balnéaire d’Oliver Rohe, éditions Allia, 2023 : vingt ans après Défaut d’origine, la guerre du Liban vue par Rohe.
Il a alors 17 ans ; son père n’est plus là ; il vit avec sa mère et sa soeur à l’extérieur de Beyrouth, dans une station balnéaire, été comme hiver. La situation est complexe, les bombes tombent, l’argent manque, les copains et les filles sont plus importants que l’école.
Le livre vient de recevoir le prix France-Liban 2023.
– Le nouveau de Keigo Higashino, 2013, Tokyo, 2021, Actes Sud. Traduction de Sophie Refle. Cet auteur né en 1958 a plus de 60 romans à son actif. Le rythme est lent. Ce polar est plein de dialogues. Le lecteur avance à l’aveugle. Il n’y a aucune violence. Certes, un crime a eu lieu mais ensuite, à coups de chapitres qui semblent indépendants, l’inspecteur Kaga passe de commerce en commerce dans un quartier traditionnel de la capitale où il vient d’arriver et trouve ainsi le coupable.

La suite, bientôt…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + dix-huit =