Chat Bleu, le retour 3) juin-juillet 2020 :

Mais nous n’avons pas évoqué que ces livres-là : voilà, dans le complet désordre :

 

  • Le bal des folles de Victoria Mas : premier livre, plus ou moins documentaire sur l’hystérie au 19 ème siècle, “qui manque d’empathie”.

L’abattoir de verre de J. M. Coetzee, traduction de Georges Lory : sept nouvelles avec le personnage, déjà évoqué dans un précédent roman, d’Elizabeth Costello.

  • Les larmes noires sur la terre de Sandrine Colette : “fort !”
  • Le mystère de la chambre 622 de Joe Dickers : aimé par une et pas par une autre.
  • Ceux qui partent de Jeanne Benameur, Actes Sud, sur l’exil, la migration : “Cette auteure, c’est toujours bien”
  • Dé mem brer de Joyce Carol Oates, traduit par Christine Auché, éditions Philippe Rey, 2020 : sept nouvelles “gothiques”, avec des femmes . D’elle aussi, on dit : “Oates, c’est toujours bien.”
  • Vache tachetée et concombre fugitif : compilation d’articles, de chroniques, de récits d’Octave Mirbeau (1848-1917), collection” l’exhumérante”, éditions L’arbre vengeur.
  • Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin McArthur, traduction de France Camus-Pichon, Albin Michel, 2019 : un premier roman après un recueil de nouvelles : on est dans le Vermont, de 1848 à 1996.
  • des histoires d’épidémie… tiens donc !…: En un monde parfait de Laura Kasischke, traduit par Eric Chedaille, en Folio en 2020. L’aveuglement de José Saramago, traduit par Geneviève Leibrich, 2000, Points. La quarantaine de Le Clezio, 1997, Folio.
  • Le tiers-temps de Maylis Besserie, éditions Gallimard 2020 : le premier roman de cette productrice à France-Culture : les derniers mois imaginés de Samuel Beckett dans la maison de retraite parisienne nommée Le Tiers Temps où il a réellement fini ses jours.
  •  Et puis, on est revenus sur des livres déjà évoqués et beaucoup aimés :  de Rodolphe Barry, chez Finitude : Honorer la fureur, de Joseph O’Connor : Le bal des ombres. L’ordre du jour d’Eric Vuillard : “ouah !”

Enfin, des classiques que le confinement nous a donné envie de relire : La peste d’Albert Camus, évidemment, Orgueil et préjugé de Jane Austen : “délicieusement ennuyeux”, Récits de Kolyma de Varlam Chalamov : …un autre enfermement…

Si le coronavirus nous laisse tranquilles…
nous vous donnons rendez-vous au Chat Bleu le jeudi 17 septembre
et vous souhaitons un bel été.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + cinq =