N° 62 : Vaterland

La Pièce Unique n° 62, 3 livres en 1, est constituée à partir de Vaterland d’Anne Weber,
sorti en France et en Allemagne en 2015, trouvable maintenant en Points Seuil.
Vaterland est un récit – recherche de soi, de son histoire familiale, réflexion sur le passé, ce qu’est être Allemande,  même en étant née en 1964.
Voyage dans le temps, auprès de Sanderling, l’arrière-grand-père, pasteur rigoriste mais ami de Walter Benjamin, du grand-père nazi et du père qui ne veut rien savoir de tout ça.
Voyage dans l’espace en allant, aux archives à Berlin, en Pologne, à Poznan, à Polajewo, village où Sanderling avait exercé, à Hadamar, pour voir un asile de fous qu’il avait visité ( : « Pourquoi n’empoisonnez-vous pas ces gens ? »…)… On en gazera plus de dix mille, là, entre janvier et août 1941 … P. 110 : «  Le passé n’est pas quelque chose d’achevé (…) Le passé est un avenir qui se crée comme nous avançons, qui change, qui aura été autrement. »
Un très beau livre sur les glissements de l’histoire, sur le besoin de la comprendre.

Voilà quelques « poèmes express » issus de Vaterland :
– A huit dans deux lits, on peut supposer le contact pédagogique.
– Une erreur est possible avec des êtres qui n’existent que dans des couleurs pastel.
– La première rubrique indique 
à titre honorifique ; l’honorifique croit qu’il l’est.
– C’est mon père qui me l’a dit : un type plie la nuit sous un képi.
– J’ai réfléchi à l’histoire : c’est beau, figé, un souffle.
– Des soldats de plomb jouent avec des vaches maigres : cohabitation.

La P. U. 62 est offerte à Véronique G., amie écrivante à l’univers doux, mélancolique, grande lectrice, amoureuse des mots, quoi ! Je sais qu’elle a déjà lu et aimé Vaterland.

Une réflexion au sujet de « N° 62 : Vaterland »

  1. Merciiii!!! Oui j’ai aimé le livre. Et le cadeau, et les poèmes, et les p’tites notes à la main, et ta gentillesse, Catherine!

    Véronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + quinze =