D’autres terres plus douces

D’autres terres plus douces ou Free like a crane, film de Maxence Lamoureux et Arnaud Devroute en tournée en France, était programmé hier au Havre, au cinéma le Studio par le Muséum d’Histoire Naturelle. Salle pleine pour ce documentaire de 63 minutes, primé au Festival du film ornithologique de Ménigoute 2017, trouvable en DVD et prévu dans quelque temps sur Ushuaia après quelques remaniements pour cette chaîne .

Pourquoi en parler ici ?
Parce qu’il y est question de voyage, celui, régulier, de la grue cendrée du Nord vers le Sud, de l’Estonie à l’Ethiopie en passant par Israël, une migration de 6 000 km.
Parce que la grue cendrée, le plus gros oiseau migrateur avec la cigogne, plus secrète que celle-ci, est un symbole pour beaucoup de cultures : en Ukraine comme en Turquie, par exemple, avec des danses et des chants l’évoquant.
Parce que ce film sort de sa spécificité animalière, avec son titre et ses allusions aux migrations humaines plus compliquées actuellement mais aussi sempiternelles. Ainsi, la séquence finale, hyper-positive, avec le chanteur-conducteur éthiopien d’origine arménienne.
Parce qu’on a vraiment apprécié son ton, son côté road movie qui ne se prend pas la tête (la jeune grue baguée ne passe pas par le chemin prévu mais par la Hongrie ; ils la ratent…, l’attendent… puis la retrouvent).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 5 =