Vivre – lire – écrire : Catherine Poulain

Catherine PoulainCatherine Poulain, auteure de LE GRAND MARIN aux éditions de l’Olivier, est venue à la Galerne au Havre, le 26 avril. Une femme menue, à la voix presque enfantine, aux regards directs, cherche à répondre sincèrement aux questions du libraire. Elle a toujours écrit dans des carnets pour « garder des traces de cette vie, mettre de l’ordre » mais LE GRAND MARIN est sa première publication.

On rencontre une « belle personne », pas (encore?) abimée par le battage médiatique, les nombreuses interviews depuis quelques mois. Elle vient en écrivain alors que les critiques ont souvent insisté sur le côté autobiographique, atypique : ces travaux d’hommes, durs physiquement : la pêche, la transhumance, les saisons de vigne.
Aller pêcher en Alaska, c’est se trouver face à « l’extrêmement sauvage, vierge, immense, encore mythique aujourd’hui (…), se battre contre sa propre faiblesse, contre ses limites, aller au bout de soi peut-être (…); on est tout nus et on recommence, on risque tout. () Le besoin  d’affronter la mort pour se sentir vivant ».(…) « la volupté de l’exténuement. »

Elle a d’abord beaucoup lu puis arrêté, de peur de vivre par procuration. Depuis, elle a repris évidemment même si elle se méfie des influences : « C’est très dangereux d’aimer trop un auteur. » Ecrire, c’est du travail : « Parfois, il faut que les phrases soient brèves, on est dans l’immédiat. Parfois, être un peu lyrique, ça me plaît aussi. » Quand l’éditeur a voulu lui faire enlever des adjectifs, elle a tenu bon : «  Non, vous cassez la musique, vous cassez la phrase. »
On est face à une femme authentique qui a eu d’autres occasions de publier mais a préféré retourner pêcher : « c’était pas le moment », qui a un peu peur de ce contrat : « Avant, j’étais libre. On va peut-être me demander des choses, je serai une vendue« . Dans cette manière d’être vraie, elle nous fait penser à un autre romancier, l’Islandais Jon Kalman Stefansson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 3 =