Un Silvio d’arzo : P U N° 111

Maison des autres est la Pièce Unique N° 111. C’ est un court texte de l’Italien Silvio d’arzo (1920-1952), paru en France aux éditions Verdier. Il est suivi d’un texte encore plus court : Un moment comme ça.
Dans les deux, un homme parle, un curé ou un instituteur.
Le curé de Maison des autres est assez âgé. Il vit dans un petit village de montagne et le climat est rude. Une très vieille et pauvre femme lui pose une question.
L’instituteur de Un moment comme ça aide un homme qu’il n’apprécie pas et découvre avec lui quelque chose de grave.
Silvio d’arzo suggère plus qu’il ne dit. Il nous met sur la piste, à nous de compléter. C’est ténu mais important.

Voilà quelques Poèmes Express issus de ce livre :
Le garçon n’était pas homme ;  le fait est, pas homme.
– Au canal, elle se mit à laver les pluies.
– Il suffisait d’un souffle pour être moins mort.
– Je suis venue au mariage faire oui de la tête.
– S’en aller de biais et réussir à trouver un train.
– Chaque soir, j’apprenais à coudre un vieux. Quand commençait l’agonie, on cousait les mains.

La Pièce Unique N° 111 est offerte aux co-gérantes des éditions Verdier. On les aime pour leur collection russe, pour les Pierre Michon, le Anne Pauly et le Camille de Toledo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 3 =