Rencontre avec Marcus Malte puis Chat Bleu : c’était le 6 octobre

Marcus Malte venait à la Galerne pour présenter Le garçon, livre en lice pour le prix Femina. Une fresque autour d’un « enfant sauvage » de 1908 à 1938, « le parcours d’un jeune qui va essayer de devenir un homme, de comprendre comment fonctionne la société », un conte philosophique donc, autour d’un personnage qui se construit d’abord seul, en observant, puis par des rencontres et des évènements, positifs comme négatifs.
Si c’est loin du roman noir dans lequel certains ont peut-être cantonné M.Malte, cela évoque quand même les noirceurs du monde.
Au Chat Bleu, ensuite,
nous avons pu boire des vins de Loire, des Cheverny : un rouge, bel assemblage de Pinot et de Gamay, d’un vigneron indépendant qui va entrer dans la cave du Chat. En blanc, un Sauvignon pur, assez fruité avec une toute petite impression de beurré-lacté. (C’est beau, non, « beurré-lacté » ?)
Nous avons parlé de :
cvt_14-juillet_2417 14 juillet d’Eric Vuillard, ed. Actes sud, 2016 : une belle écriture, l’histoire au plus proche de « ceux d’en bas » et une volonté de faire un parallèle entre cette époque et maintenant : le mépris des élites sociales et des politiques pour les petits, les dettes de l’état, la volonté de baisser les salaires…
– L’échange d’Eugenia Almeida (Argentine), ed. Métailié, 2016 : un polar : là aussi, une belle écriture et, là aussi, l’idée d’une constance entre la période de la dictature et la période actuelle.
– d’autres polars d’Olivier Norek, de Biondillo,
– un Hubert Mingarelli : L’année du soulèvement, 2010 : comme 31bd3kmepfl-_sx195_souvent chez cet auteur, on ne sait ni où ni quand cela se passe, juste que, pendant une insurrection, une nuit, deux hommes gardent un prisonnier. Mingarelli est « un écrivain du silence, des ronds dans l’eau, qui se lit entre les lignes. » (Véronique G.)
–  Pas pleurer de Lydie Salvayre, sur le franquisme, fait parler le Georges Bernanos des cimetières de la lune, qu’on a tort de ne plus lire.
Le prochain Chat Bleu est le jeudi 3 novembre.
Avant cela, si vous voulez, aux Enfants sages, c’est le mercredi 19 octobre, 18h. Il y sera question de littérature et nourriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 5 =