Pièce Unique n° 35, à Pascal Millet

La Pièce Unique n° 35 est constituée à partir de J’étais Jack Mortimer de Alexander Lernet-Holenia (1897-1976), un texte de 1933, reparu en 10-18 en 1988. Cet auteur autrichien a quelques livres traduits en français, dont Le baron Bagge chez Actes Sud.

J’étais Jack Mortimer se passe en une nuit. Un homme est tué dans un taxi à Vienne et le chauffeur qui n’a rien vu, rien entendu, doit se débrouiller avec ça.

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont sortis :
– Ils échangeaient des divans contre infiniment de choses au fond des divans.
– Le sang prend quelques minutes jusqu’à la sortie ; dans l’intervalle, il s’est arrêté.
– La colère avait froncé les voix et pleine d’eau, une dame désirait la torpeur.
– Croyez les épaules, écoutez le mot des mains.
– Ouvert, le policier est nécessaire ; à clé, il a peu de choses pour lui.
– Toutes les nuits, les chevaux surgissaient et entendaient comme en rêve les flocons de neige.

Ce livre deux-en-un a été offert à Pascal Millet, auteur franco-québécois, (re)venu au Havre pour le Polar à la plage en juin 2017. Son livre Sayonara, chez Sixto, était en compétition pour le prix des Ancres noires. Pascal Millet est un habitué du Polar à la plage et de tous les autres festivals du roman noir. La première fois, nous l’avions rencontré lorsqu’il était venu pour L’Iroquois aux éditions XYZ. Chez Rue du Départ, il a publié Ton Visage. Il écrit également pour la jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × un =