Pièce unique n° 24

unknownLa pièce unique n° 24 a été composée à partir de Les raisins de la galère de Tahar Ben Jelloun, paru en 1996, trouvable en Folio. Ben Jelloun, poète, romancier, journaliste, se présente comme un « intellectuel de culture musulmane » et écrit surtout depuis quelques années des livres qu’il veut pédagogiques, visant à faire comprendre et accepter les différences culturelles et la cohabitation.  Le court roman Les raisins de la galère en fait partie, présentant une jeune femme d’origine maghrébine soutenue par son père, ambitieuse, libre. La critique va autant aux « frères » qui viennent lui dire ce qu’elle doit faire qu’à l’administration française
Son titre revu et corrigé est : a) gardenal, les lisières…
Et voilà quelques exemples de ses « poèmes express » :
– Un cou ne savait pas comment renoncer à une relation sérieuse avec une grande gueule.
– Un vent plein d’hélicos dépose un imberbe au bout des doigts.
– En attendant le plaisir, on dirait qu’on a eu de la chance : observer puis se défaire.
– Un drapeau noir. Je me love dedans. Il fait sombre, doux; c’est clos, étroit.
– Un gars piquait les bras de cette bande de ratés dès leur douzième année puis s’éclipsait.
– Aide-moi à vivre les murs,
Aide-moi à échouer à préparer l’avenir.

Le livre à double lecture a été envoyé à M.H. Vernay qui, à Pirouésie 2016, a coordonné pour la deuxième fois le « off » et a proposé, avec deux autres, des animations pour ceux qui craignaient le « sérieux », le « professionnalisme » des ateliers oulipiens « in ». On peut supposer que ceux-ci se sentiront, dès l’an prochain, aptes à entrer dans le « in » tant la qualité était équivalente.
Par ailleurs, le texte de Ben Jelloun s’accorde avec les sujets de conversation que nous avons eus à Pirou, avec M.H. Vernay, du fait de sa profession et de son engagement social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − 6 =