D’autres critiques !

– Le bouquin est si fort! dit Gilda F.
– Plus qu’un lieu, c’est une femme qui hante ces pages, de celles que l’on croit connaître et que l’on croise sans les reconnaître : Christel G.
– Vraiment un très beau livre: fascinant ce climat de tension qui règne dès les premières lignes et qui dure : Francine C.
– La construction et l’écriture efficaces, la tension, le sentiment d’oppression, vous l’avez dit déjà. Ce que j’aime dans les livres, c’est qu’ils restent ouverts et continuent à « agir » en nous : c’est le cas ici » : Véronique G.

Vendredi 3 mai à 18h, Emmanuel Delhomme, sur France Inter :
Fr_Inter_3_5_03

3 réflexions au sujet de « D’autres critiques ! »

  1. Tout est nouveau dans ce livre. Nicolas JAILLET trouve le ton exact. Certains détails, parfois les plus anodins, une assiette ou la cendre d’une cigarette, deviennent source d’angoisse. Il en ressort une présentation unique pour restituer la violence d’une vie en famille contrebalancée par l’épopée de Martine, une femme ordinaire, sensible, vulnérable, qui, avec les moyens du bord, maintient jusqu’au bout sa détermination pour faire face à cette violence. La Maison. Quel titre ! Un petit livre qui, avec l’air de rien de connu, va pile là ou ça fait mal.
    Je remercie au passage Catherine Hemery-Bernet, rencontrée en mars au Salon du livre de la Porte de Versailles, de m’avoir fait connaître un tel livre.

  2. Le roman de N. Jaillet, un vrai bijou : chaque chapitre est une petite brique, et le lecteur construit à son tour la maison de N. Jaillet, comme le narrateur a construit par empathie le projet de Martine. L’émotion se transmet par le choix d’une écriture de la platitude quotidienne, flirtant parfois avec le poétique. Enfin le thème de l’enfermement est génialement mis en scène : la maison, et dans la maison une pièce hermétiquement close, métaphore d’une idée fixe. Bravissimo !

  3. Merci à Catherine Bernet de m’avoir guidée vers ce roman, lors d’une rencontre, par hasard, au salon du livre de Paris. Je vais ainsi pouvoir faire voyager ce livre dans un sac-à-cadeaux, et le faire connaître.
    Voici comment je vais le présenter :
    « Mariage pluvieux, mariage heureux »,… je suppose que le jour du mariage de Martine et Jean, il faisait beau temps… Martine s’aperçoit immédiatement de son erreur. Elle décide de s’organiser à l’extrême pour résoudre son problème de couple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × cinq =