Ecrivains en bord de mer + Pièce unique n° 21

Ecrivains-en-bord-de-merDu 13 au 17 juillet 2016, avait lieu la vingtième édition d’ Écrivains en bord de mer à La Baule. Ce festival a été créé par Brigitte et Bernard Martin, des éditions Joca Seria à Nantes. Si ce festival a 20 ans, nous n’y assistions, nous, que pour la 6 ème fois. Chaque fois, nous avons découvert des auteurs hyper intéressants, —cette année, Noémi Lefebvre, ed. Verticales : L’État des Sentiments à l’Âge adulte (2012), L’Enfance politique (2015)—, pu entendre des lectures par les auteurs eux-mêmes de textes à paraître —cette année, Chloé Delaume : Les Sorcières de la République et Philippe Forest : Crue qui sortiront le 18 août mais aussi Tanguy Viel et Yves Pagès, encore en cours d’écriture—.
La spécificité de cette édition était l’invitation d’écrivains par des familiers du festival, ainsi Mathias Enard dialoguait avec Camille de Toledo, deux vrais humanistes et Guénaël Boutouillet interviewait Ryoko Sekiguchi, auteur du superbe petit Manger fantôme, ed. Argol (2012). De très beaux moments.

Pour cette raison, c’est à Brigitte et Bernard Martin que nous avons envoyé notre Pièce bioy_casaresUnique n° 21 : L’Invention de Morel d’Adolfo Bioy Casares (Argentine, 1914-1999), devenu Devenir Motel, loin. Ce roman paru en 1940, traduit en français en 1973, trouvable en 10-18, nous transporte dans une île a priori déserte où est arrivé le narrateur, un homme en fuite. Il est confronté tout à coup à d’autres personnes. Parmi elles, Morel et une femme, Faustine dont il tombe amoureux. Mais ces personnes ne semblent pas le voir…
Découvrez la suite…

Voilà quelques exemples de poèmes express extraits de Devenir Motel, loin :
– Il y a des montées fatales de tapis persans dans la cale d’un bateau.
– Un homme tout petit imagine trois destins de femmes qui ont donné naissance aux détails.
– Bien que tout se déroulât dans l’intérêt des intrus, nous avons acculé les enfers à avoir chaud.
– Pas un seul n’admettra qu’il exige de la caméra un legs de simulacres.
– Mon problème est d’arrêter de mourir. Je n’ai déjà que trop écrit sur les ombres.
– Cinquante minutes de retard et cinquante minutes d’avance ajouteront ce qui manque à l’éternel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − quatorze =