Chat Bleu, le retour 2) juin-juillet 2020 :

Et puis il y a eu le vrai retour au Chat Bleu, le 16 juillet :
Nsenga nous accueillait avec deux vins italiens : en blanc, un AOP Frascatti, sec avec une légère pointe de fruit et une belle robe jaune-vert. En rouge, un Cantina Tollo, bio, léger, dans le fruit.

(on vous rassure, nous avions aussi bu en juin…)

  •     , éditions Asphalte, 2020, traduction Maïra Muchnik : un pseudo-polar : il y a bien une mort, un policier, une explication mais ce n’est pas là que le livre nous a plu. Ce qui fascine, c’est le lieu, loin de tout, l’image enneigée d’un pays auquel on ne pense pas sous la neige, le rythme et les décisions étonnantes de l’enquêteur.
  • Les hommes d’août  de Sergueï Lebedev, 2019, éditions Verdier, traduit par Luba Jurgenson : de l’URSS du tout début à la Russie de Poutine : un jeune homme, d’abord à la recherche de son grand-père, devient spécialiste de ces recherches dans les goulags.
  • Le répondeur de Luc Blanvillain, éditions Quidam, 2020 : un premier roman : un imitateur est contacté par un écrivain célèbre pour qu’il prenne sa place  au téléphone pendant qu’il écrit le livre qui lui tient à coeur. Il lui laisse son portable et des éléments pour assurer à sa place. Et c’est drôle !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + dix-sept =