Chat Bleu de rentrée 2018 -1)

On y est, c’est la rentrée littéraire, scolaire, tout…
C’est aussi la rentrée du Chat BleuUn vin, des livres.
N’senga nous a accueillis avec des vins de l’île d’Oléron, du domaine Favre, un rouge et un blanc de ce vigneron indépendant qui fait surtout de la vente directe, aussi producteur de cognac (que vous pourrez trouver bientôt au Chat Bleu).
Pour la rentrée, nous rencontrions aussi la nouvelle libraire indépendante Caroline Jacquot qui ouvre le 2 octobre Au fil des pages, rue Paul Doumer au Havre. Une nouvelle librairie, c’est toujours un espoir, celui de pérenniser le livre, de concurrencer non pas la grande librairie déjà en place, la fabuleuse Galerne mais le mastodonte Amazon…

Les livres que nous avons évoqués :
rapportés d’ Ecrivains en bord de merLa Baule :
– Plein hiver d’Hélène Gaudy, Actes Sud, 2014. Nous avions déjà parlé d’elle pour son excellent Une île, une forteresse paru en 2015, maintenant en poche chez Babel, livre de mémoire et de voyage à Drancy et Terezin. Plein hiver est une fiction, dans une petite ville américaine de fiction. Un adolescent disparaît et revient quelques années plus tard. Ce que cela fait à ses parents, ses copains, la petite ville de Lisbon. Une belle écriture.
– Une place sur terre, Le Rouergue, 2018, de Catherine Bernard, ancienne journaliste à Libé, devenue viticultrice en 2004. Avec ces trois textes documentaires, elle explique pourquoi elle a quitté le journalisme : le format d’un article ne rend pas la complexité du monde, rétrécit la compréhension qu’on en a. Elle le démontre avec ces trois histoires vraies.

début de moisson de rentrée :
– Asta de Jon Kalman Stefansson, Grasset, traduction d’Eric Boury. La vie d’Asta, une femme islandaise mais racontée dans le désordre par un narrateur qui nous parle : « Commençons par le commencement » (…) « Je vous expose l’origine du prénom d’ Asta. Puis je ne maîtrise plus rien. » (p13), « Si tant est que ça l’ait été un jour, il n’est désormais plus possible de raconter l’histoire d’une personne de manière linéaire, ou comme on dit, du berceau à la tombe. Personne ne vit comme ça. » (p. 33). Stefansson, découvert en France grâce aux Boréales de Normandie nous mène à un train d’enfer dans la vie d’Asta et c’est jouissif et drôle.

Nous avons aussi parlé de nombreux autres livres. A voir dans Chat Bleu de rentrée 2018-2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 1 =