Chat Bleu de décembre 2018 :

Fin d’année fêtée avec un crémant d’Alsace des vignes bio du producteur Beck-Hartweg avec lequel le Chat Bleu travaille depuis six ou sept ans : une valeur sûre accompagnée d’une mise en bouche asperge-parmesan absolument fabuleuse !

Les livres pour cette fin d’année :
En combat singulier de François Belsoeur aux éditions havraises Courte échelle crées en 2017. Elles éditent des textes mais aussi des jeux, des tampons et sont trouvables à la nouvelle librairie Au fil des pages.
Ce Combat singulier est surtout un livre d’images noir et blanc, des dessins au crayon : c’est plein de poésie, intrigant. Allez voir : c’est vraiment très beau !
Les mots sont des pierres de Carlo Levi, paru en 1955 chez Einaudi, en 2018 aux éditions installées en Normandie : Nous, traduction de Laura Brignon. Leurs livres sont beaux, la maquette simple, efficace : rigueur du lettrage et toujours deux couleurs tranchées en aplat. Les mots sont des pierres sont des voyages en Sicile de Levi : drôle : le maire de New York venu dans le village de ses parents, dramatique : l’état de la population ouvrière dans les mines de souffre ou dans le …duché féodal de Nelson ! Impression d’être dans un film réaliste italien. Une belle langue.
– Justement : Dans nos langues de Dominique Sigaud, éditions Verdier, 2018 . Un très beau livre autobiographique sur elle et la langue, comment la langue (nous) constitue, (nous) révèle. Comment les relations parents-enfants ou les relations au monde se jouent dans la langue. A France Culture, à l’émission La Grande Table, Dominique Sigaud, en août 2018, disait : « Une langue, c’est autant ce qu’on est incapable de dire que ce qu’on est capable de dire. Un individu sera désigné autant par ce qu’il ne sait pas dire que par ce qu’il ne s’autorise pas à dire. »

Nous avons aussi évoqué :
Miniaturiste de Jessie Burton,traduit par Dominique Letellier, Folio : un voyage dans l’Amsterdam du XVII è siècle.
Ce que tient ta main droite t’appartient, Points, de Pascal Manoukian, romancier et journaliste de guerre.
Landfall d’Ellen Urbani,traduction Juliane Nivelt, éditions Gallmeister : une histoire de familles face à l’ouragan Katrina.
– Aux mêmes éditions, Idaho d’emily Ruskowich, traduit par Simon Baril, sur la ruralité, la mémoire, la vie des femmes à différentes époques.
Les frères Lehman de Stefano Massini, traduction Nathalie Bauer, éditions Globe, prix Médicis Essai 2018 : histoire de l’empire qu’ont fondé ces banquiers… en vers libre… et franchement, ce n’est pas un problème, au contraire.
– A l’occasion de sa venue à l’institut suédois à Paris, de la rétrospective du cinéaste et d’une exposition de costumes de ses films, le livre de Linn Ullmann évoquant son père : Ingmar Bergman : Le registre de l’inquiétude traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, Actes Sud.
– l’autobiographie de Marie Aude Murail, l’écrivain jeunesse, le plus souvent appréciée… mais pas toujours…
Un jour je m’en irai sans avoir tout dit de Jean d’Ormesson, 2013.

Rentrée littéraire janvier 2019 : merci au Fil des Pages:
Né d’aucune femme de Frank Bouysse, à la Manufacture des Livres : où on accompagne une femme au début du XXè siècle.
Ce qui nous revient de Corinne Royer, éditions Actes Sud : sur une femme, Marthe Gauthier qui découvrit la trisomie 21 et fut spoliée par le dr Lejeune.
Dans le faisceau des vivants de Valérie Zenatti à l’Olivier. Valérie Zenatti qui était la traductrice de l’auteur israélien Aharon Appelfeld évoque leur amitié, la parcours de cet homme qui avait réussi, enfant, à fuir, seul, le nazisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + 18 =