Pièce unique n° 23 : James Agee !

UnknownJames Agee, vous le connaissez pour Louons maintenant les grands hommes, avec les superbes photographies de Walker Evans, paru en 1941 aux USA et en 1993 chez Plon, dans la collection « Terre humaine » : une enquête en Alabama, auprès des fermiers touchés par les suites de la crise de 1929. Ce reportage avait été commandé par la revue Fortune mais pas publié tout de suite. Trop dur à avaler…
La même revue avait commandé à Agee un article sur Brooklyn en 1939 et cela avait donné un « Poème-reportage », Brooklyn is… paru seulement en …1968… Aux mêmes idéaux, les mêmes effets. En France, Christian 978-2-267-02070-0Bourgois, collection « Titres », l’a édité en 2010. Et c’est beau : une promenade, un panoramique sous forme de liste : des rues, des maisons, des gens, des animaux, des gestes, des mots. Et c’est fort : cela dit la pauvreté, le racisme…

Brooklyn existe est devenu, en version « Pièce unique » : Koons y el Brexit…
Il est offert à C. G. qui revient de New York. C’est une « passeuse ». Elle enseigne, y croit et aime les livres. C’est elle aussi qui nous a présentés à Nadia Bouzid, alors auteure de deux romans, dont nous avons publié trois nouvelles : Toujours moins.

Voilà quelques extraits de la Pièce Unique n° 23 :
– Dans les élégants immeubles scandinaves en bois, vagues et bouchés, les yeux des hommes.
– La façade du jeune couple : ou brillance chimique ou morbides heures.
– Bardeaux asphaltés
Magenta de religiosité
Beautés noyées.
– Un enfant commence un dessin abstrait, sa mère reproduisant des phallus.
– Rideaux sans fenêtre assez large pour laisser passer la conduite intérieure.
– Les Indiens, 16% des Juifs méritent d’être présentés.

Pirouésie, Philippe Lemaire et librairie Ryst

A Pirou, c’était comme toujours bonne humeur et folie d’écritures ! Textées, rondels,  Chicagos, haïkus, troubles de poèmes, tankas et autres poèmes avec muses se sont succédés. C’était le spectacle des jeunes sur le thème de la rupture et Titus et Bérénice, entre autres textes, ne leur faisait pas peur. Ouah !
C’était Philippe Lemaire et son atelier de collage. Philippe Lemaire qui anime La Nouvelle Revue Moderne depuis 2002, qui illustre de nombreux livres ( Le pont d’Annie Saumont aux éditions du Chemin de Fer par exemple), jouant avec des papiers déchirés, découpés, surtout pris dans des revues du XIXème siècle. Du noir et blanc, chic et intrigant. Des rapprochements d’images. Fantastique et surréalisme.
seventeen-kenzaburo-oeC’est à lui que nous avons envoyé notre Pièce Unique n° 22  constituée à partir de Seventeen de l’écrivain japonais, prix Nobel 1994, Kenzaburo Oé, une nouvelle de 1961 sur l’adolescence et le fanatisme, on ne peut plus contemporaine !
Devenu Net en sève, voilà quelques exemples de poèmes express :
– L’infirmière porte des lunettes, dévore les livres, seule à se souvenir de mon sexe.
– L’intensité d’une paume, un vœu aussi réalisable  qu’une conscience.
– Ce qui terrifie dans le temps infini, c’est excréments, puanteur et néant.
– Depuis qu’il a été plaqué par un mec de droite, il claque des étudiants de droite.
– Dissimulé à jamais, le pouvoir avait perdu tout sens et s’effondrait de lui-même.
– Seul comble du bruit de pluie dorée.

Après Pirouésie, nous sommes allés à Cherbourg et avons rencontré le nouveau libraire de la grande et belle librairie Ryst. Il nous a fait très plaisir en se souvenant de notre Ville de Nuits, en trouvant superbes nos maquettes et en accueillant avec confiance Vaut mieux partir ! 

Pièce unique n° 20 et éditions Impeccables

Boucher_de_koutaLa pièce unique n° 20 est faite à partir du roman LE BOUCHER DE KOUTA (1982, éditions Hatier) de Massa Makan Diabaté, auteur malinké (1938-1988). Ce livre fait partie d’une trilogie qui lui valut le Prix international de la fondation Leopold Sedar Senghor. D’une famille de griots, il a étudié la sociologie, les sciences politiques et l’histoire, a occupé des postes dans l’administration au Mali et au Sénégal. Ses premiers écrits étaient des traductions en français de textes traditionnels oraux et on retrouve cette oralité dans son BOUCHER.
Des « frères de case » de la même « société d’âge » vivent la sécheresse, le manque de viande après la décolonisation et l’arrivée au pouvoir d’un dictateur et ses milices. On y voit la place des femmes, du religieux et le ton est plein de verdeur et de gouaille.

C’est devenu aussi LA RUCHE BOUDE ET OK. Voilà quelques exemples de poèmes express sur chaque page de droite :
– Le vestibule se retourne pour se satisfaire de croupes, de lèvres.
– Voici que par la canicule de midi, s’en va un pet de bourrique qu’il faut refroidir.
– Quand soupire le vent, une grande tristesse s’empare du boubou pris de froid.
– Les pires ennuis menaçaient : école coloniale, mission chrétienne, impôt.
– Climatiseurs dans leur tombe, à la place du Père, les speakers ressuscitèrent.
– Tu sais que le saint repose dans les pintades, l’âne dans la femme sans enfant.

On offre LE BOUCHER DE KOUTA / LA RUCHE BOUDE ET OK à Valérie Rochet, photographe et membre du collectif de travail des éditions Impeccables que nous  avons côtoyées plusieurs fois aux Salons du livre de Paris et de Caen. Leur maison est implantée à Mise en page 1Falaise depuis 2010. Ils publient surtout de la poésie (de Sanda Voïca, Gôzô Yoshimasu…) mais pas que, des lettres : à Fernando Pessoa du poète Mario de Sa-Carneiro (1890-1916), des textes sur l’art d’Alain Jouffroy, des récits de voyage, en Grèce, en 2009, de Nadine Laporte, des romans. Leur spécificité – l' »impeccabilité » de leur maquette, le côté très graphique de leurs couvertures – traduit leur exigence.

Pièce unique n° 19

Constituée à partir de BANDE À PART de Jacques Perret, paru en 1951 chez Gallimard, la pièce unique 19 est : PÉTARD À BAN.
Jacques Perret (1901-1992), journaliste, romancier, est surtout connu pour LE CAPORAL ÉPINGLÉ paru en 1947 qui raconte sa captivité pendant la seconde guerre mondiale. BANDE À PART dit son expérience du maquis après son évasion. Ce livre a obtenu le prix Interallié.
J. Perret, s’il a une vraie, belle écriture où l’humour a toute sa place, est aussi un homme de droite, monarchiste, pour l’Algérie française et ses écrits en 1960 fustigent de Gaulle et la démocratie …
Voici quelques exemples de « poèmes express »  dans PÉTARD À BAN :
– C’est moi l’un peu mystique, avec une odeur de shampooing.
– Tant qu’à faire, autant mettre un, dix, douze hommes dans sa poche.
– Le litre calé dans la ferveur, il enjolive son cas, fermé au goulot.
– C’est pas pour entendre la rumeur que nous nous aplatissons ventre à coeur.
– Jurer que la voiture avait un accent, se passionner pour les couleurs, injurier l’orage : il faut essayer plusieurs positions.
– L’acier lourd semblait dérisoire, la science, probable et la route, pas de celles qu’on affronte.

La pièce unique n° 19 a été envoyée à Paul Otchakovsky-Laurens : P.O.L., l’homme, pas l’éditeur, même si on l’a fait parce qu’on aime ce que cette maison propose (Jean Rolin, Jacques Jouet, Christine Montalbetti, etc..)

Pièce unique n° 18

Cette fois, c’est KYRA KYRALINA de l’auteur roumain Panaït Istrati (1884-1935), paru en 1923, que nous avons transformé en : LYNA IRA A KIRK… Romain Rolland l’avait découvert à l’occasion d’une tentative de suicide et il le présentait comme « un nouveau Gorki des pays balkaniques ». Istrati disait, lui : « je suis son œuvre (…) j’avais besoin de son estime, et pour obtenir cette estime chaude, amicale, il me demandait d’écrire. »
KYRA KYRALINA a un côté mille et une nuits dans la succession des épisodes, dans l’ambiance orientale et nous raconte les aventures d’un homme, ses chutes plus souvent que ses bonheurs.
L’œuvre complète d’Istrati est trouvable chez Phébus.

Voilà quelques exemples de poèmes express de LYNA IRA A KIRK :
– « Prendre deux nuits et calmer un Grec sous de petits plaisirs. »
– « Souvent quelque chose de triste criait avec ses colliers enfilés sur le bras. »
– « Ils ouvrirent mon dos sur la blancheur de l’oreiller : je tombai évanoui. »
– « Bois de basilic, rouge de Kirmiz, mots tendres, été des sirops. »
– « Promener les jours funestes de ma vie, je trouvai cela fort consolant. »

Nous envoyons cette pièce unique à Christophe Mary, jeune poète édité aux éditions caennaises La Renverse. Allez voir le site de cette maison née en 2015, ses plaquettes plutôt élégantes et étonnantes : couvertures aux volutes dorées, forme pas vraiment rectangulaire du livre qui le fait légèrement se renverser et remarquer sur une étagère de  bibliothèque, lettrage d’un doux bleu vert.
Petit extrait de poème de Christophe Mary :
« Le fado peut exalter
Et sentir brûler les feux
Au calage évidé
Des ballons de gaine
Qui nous font perdre pied »

Pièce unique 16

Le livre d’origine est VAN GULIK, SA VIE, SON OEUVRE, une biographie de l’auteur néerlandais des « Juge Ti », par J. van de Wetering aussi auteur de polars, aussi néerlandais. Cette bio insiste sur l’originalité de Robert van Gulik (1910-1967), diplomate, érudit, écrivant dans plusieurs langues, illustrant ses livres de dessins érotiques, vivant entouré de gibbons…
L’ensemble des poèmes express  constitue : K.O., UN OEIL ENVISAGE VA SUR V. et en voilà quelques uns :
– La présence de la pensée intimidait un type dans une grosse voiture.
– Une conscience a donné sa démission et un tiroir rempli de croquis.
– Tout passionné dépourvu de sentiments peut y perdre la tête.
– Une vache poussa un soupir et mourut brutalement, corps servi en pâté.
– Il s’est confié dans les odeurs et dans le crachin du canal.
– Fascination en 58 pages : l’affaire de ses mantras lancée en l’air.

Le récepteur de la Pièce Unique 16 est Soluto, écrivain et peintre. Ses quatre nouvelles GLACES SANS TAIN parues au Dilettante en 2013 avaient été l’occasion de le recevoir aux Ancres noires. La première surtout est saisissante, installée dans la banlieue rouennaise. Très écrite, ambiance noire, elle dit son admiration pour Maupassant (la scène de l’enterrement).
Si vous tapez Soluto, vous tombez très vite sur son blog, ses dessins, ses peintures.

Anne-Marie Garat et pièce unique 15

Anne-Marie Garat présentait LA SOURCE (Actes Sud) à la Galerne jeudi 8 octobre. Debout pendant une heure, conteuse passionnée, elle a parlé de ce livre mais, plus largement, de la langue, de ce que nous apporte la littérature : »On n’est jamais au plus près de soi que quand on lit un livre qu’on aime.  »
Elle a aussi évoqué son écriture : « Je ne sais pas très bien  ce que j’écris, je vais, comme le dit Giono, « à l’aventure de la phrase »  (…), « Je garde ce mot ou pas? En fait, il va me conduire » (…) Il faut « faire confiance à ce qui vient. » (…) « J’adopte ce que je me suis donné à mon insu » , ici une boule à neige, un nom : » Klondike ». Et si écrire est un bonheur, un luxe, c’est aussi « dix heures par jour pour deux pages que, le lendemain, on doit reprendre… ».
Une belle rencontre, sincère, avec quelqu’un qui croit en la force de la langue. A qui, du coup, nous avons offert la pièce unique n° 15 …

Pièce unique 15 : à partir de LE SEUIL DU JARDIN de André Hardellet, livre paru en 1966 chez Jean-Jacques Pauvert puis en livre de poche. Histoire, dans le Paris des années 50, de rêves, de souvenirs, de bonheur insaisissable, de machine à les retrouver.
C’est devenu (aussi) : J’ ELUDE L’ ISARD NU…
et voilà quelques exemples de ce qu’on peut y trouver :
– « Compliqués, les artistes qui plaisent toute la nuit; ils sont 123 comme ça. 123 exactement. »
– « Un petit homme en forme de conque savait qu’il se trompait de vestiaire. »
– « D’un homme récent, vous verrez l’existence avant de l’ouvrir. »
– « Il pose sa tiédeur crayeuse dans l’atelier de l’amitié. »
– « Admettons que les naïfs importent : cela constitue une raison d’espérer. »
– « La commissure des lèvres quitta le bar plongé dans deux verres. »

Anne-Marie Garat, par un mail du 10 octobre, a remercié pour «  cette idée lumineuse de faire saillir d’un texte, un autre caché qu’invente le lecteur à sa guise. » Remercions donc encore Lucien Suel pour  » l’ idée lumineuse »  que nous avons juste transformée (en l’adaptant à un livre entier, que nous laissons lisible.) !

Pièce unique 14

Cette fois, il s’agit d’une intervention sur le JOURNAL DU DEHORS d’Annie Ernaux paru chez Gallimard en 1993 puis en Folio : un recueil de courtes scènes dans la rue, dans le RER, dans les centres commerciaux, entre 1985 et 1992, des situations que nous vivons toujours, qui nous gênent ou nous intéressent, des conversations que nous volons ou qu’on nous impose. L’exemplaire sur lequel j’ai travaillé était, comme toutes les Pièces Uniques, un livre de seconde main et un lecteur précédent – je pencherais pour une lectrice – avait écrit : « J’aurais honte d’écrire un livre aussi vide, à sa place ». Pas d’accord. Elle parle juste, du monde comme nous le connaissons et ne voulons pas le voir…
En est sorti : LANDE HORS DU JOUR dont voici quelques « textes »:
– « Sur le mur, une femme est passée, tenue par deux cheveux gris. »
– « Phrase qui se détachait sur l’hiver : acheter quelques minutes de manteaux. »
– « Des chips se sentent autorisées à offrir le spectacle d’une intimité en socquettes. »
– « Ma chienne renifle l’âge des rides et se vide doucement. »
– « Je m’aperçois qu’un roman construit des gens avec une fleur de « je ». »
– « Ce soir une bouteille vide hurle l’insulte. »
Ce n° 14 est envoyé à Benoît Verhille, un des fondateurs des éditions lilloises de la Contre-allée qui existent depuis 2008, combattent pour être vues, et y réussissent plutôt bien avec leurs quatre collections, les événements qu’ils organisent à Fives où ils sont installés, ou ailleurs. Leurs auteurs, comme Lucien Suel avec D’AZUR ET D’ACIER ou  Christos Chryssopoulos : TERRE DE COLERE, rendent compte de la vie dans nos sociétés.
Allez voir!

Et rappelez-vous : le Chat Bleu reprend le jeudi 17 septembre!

 

Pièce unique 13

Décidément, les poèmes express sont un exercice rigolo et plein d’enseignement!
Rappelons le : c’est grâce à Lucien Suel, rencontré au cours de Pirouésie 2014, qu’existent ces « Pièces Uniques » et donc, que sont lus des textes jamais feuilletés sans cela. D’abord des Harlequin, comme lui,… bon… puis un peu de fantastique et enfin d’ Auteurs…
Mais rendons à César ce qui est … aussi et même d’abord à … Robert Rapilly puisque c’est lui, en tant qu’organisateur de Pirouésie, qui a invité Lucien Suel. Il est, avec tout son humour, depuis des années, la cheville ouvrière de cette semaine dans la Manche. Basé à Lille, il est aussi membre de Zazie mode d’emploi, asso d’ateliers d’écriture oulipienne. Robert Rapilly, à Pirou, c’est ce monsieur tout en longueur qui se perche sur un promontoire pour annoncer les différents ateliers et n’en propose aucun lui-même parce qu’on ne peut pas tout faire quand on est maître d’oeuvre. A Bruxelles Ba-Belle, à Lille, il en propose. Il écrit. On peut notamment trouver un de ses textes aux éditions de la Contre-allée. Il tient un blog : allez voir!

Cette pièce unique 13 lui a été envoyée. Transformation de CRAINQUEBILLE d’Anatole France en : RIEN QUE BACILLE. Je n’avais jamais lu A. France et ai découvert un écrivain « de gauche », presque anar, avec de belles idées sur la justice, la vraie, et extrêmement critique sur celle qui prévalait alors…
Voilà quelques exemples de « poèmes express » sortis de ses pages :
– Elle tâta son sein comme les saintes dont les têtes reposaient sur le comptoir.
– Un souvenir content de marcher dans la boue pour lubrifier les semaines.
– Il a rassemblé un trésor d’ardeurs, d’idées, une paire de paons blancs et trois amis.
– Enfoncé de force, tout le sang.
– Un château au bord d’un fleuve portait perruque de sentiments.
–  Sans proférer de reproches, les femmes gardaient leur splendeur, gorge fendue.

Pièces uniques 11 et 12

La pièce unique n°11 avait été envoyée à Dominique Chappey, auteur reçu aux Ancres noires 2015. Il en a très gentiment rendu compte sur son site : Quel univers ? le 19 juillet.

La pièce unique n° 12, commencée le 8 juillet et terminée le 3 août 2015, à partir de LA MAISON DE CLAUDINE de Colette, est devenue LE MOINE S. DINA AU LAC D. Eh bien, j’avoue avoir à peine lu Colette jusqu’à présent… et avoir trouvé ces petits textes d’une très grande beauté. Merveilleuses descriptions de nature, d’animaux, grande humanité et ouverture d’esprit du personnage principal, Sido, sa mère.
Ce 12è ensemble de poèmes express sera envoyé à Benoît Richter, rencontré à Pirouésie 2014 et retrouvé à la même occasion en 2015. Homme de théâtre et d’écriture, on peut trouver de lui HISTOIRE DE LA ROUE QUI A INVENTE L’HOMME, 2011, aux éditions Memo, ces superbes et intelligentes éditions pour la jeunesse.

Voilà quelques exemples extraits de cette pièce unique n°12 :
– Un velours de rhum ceignait un cri de liberté.
– Les allées grandes comme des jambes écartées, leur fuite lourde.
– Le petit escargot rayé jaune et noir a tout son bon sens et respire par le nez.
– Le toucher de plumes mouillait les tétines délicates.
– Peau bleutée, nuque humiliée, regard chargé d’ennui : merveilles inaccessibles.
– Rire rire rire rire mais maigrir de chagrin.
– Des yeux qui brodaient le blanc d’ivoire du ventre sans défense.