Un Heinrich Böll : P U N° 84

Mis en avant

La mort de Lohengrin de Heinrich Böll est un recueil de 15 nouvelles parues en France, au Seuil, en 1958. Il est trouvable dans la collection Points.
Böll y parle le plus souvent de manière sensible de l’après-guerre, d’hommes blessés, de vies brisées, de pauvreté et de villes en ruines. Trois d’entre elles insistent sur la jeunesse des soldats qui y ont été envoyés. Deux autres montrent le catholicisme de l’auteur : la mort est joie et lumière.
Mais quelques unes sont différentes : Mon visage triste, est une dystopie sur le fascisme dans un Reich où on peut être arrêté parce qu’on n’a pas l’air heureux.  Pas seulement à Noël, la seule très drôle, évoque la folie d’une tante qui ne veut plus vivre que la fête de Noël : sapins, décorations, angelots, massepain, et comment fait la famille pour le lui permettre.

Des « Poèmes express » en sont nés. En voilà quelques uns :
– Sa mère vivait d’injures, puis était morte de peur.
– Un uniforme beige s’assit, se releva et cassa un individu.
– Etre vous laisse tout seul.
– Un vert comme un couvercle, un jaune sur le bord.
– Massepains de nains : coutume allemande aimable.
– C’est simple, une femme nue. La femme, trouve-la moi.

Cette Pièce Unique a été offerte à Marie-Claude J., une très-très-grande lectrice avec laquelle il a été très agréable de travailler et est tout aussi agréable aujourd’hui de voir des expositions : ici, des vidéos d’Ange Leccia à partir du tableau des énervés de Jumièges.

Exposition visible à  l’abbaye de Jumièges jusqu’au 31 octobre 2019.

 

Un Maïssa Bey : P U N° 83

Mis en avant

Cette fille-là de Maïssa Bey, paru en 2001, prix Marguerite Audoux, est le deuxième livre de cette auteure algérienne francophone née en 1950. Il parle, comme tous ses textes, de femmes, de ce qu’on leur fait, de l’injustice, de la répression qu’on leur fait subir à tous les âges, de leur non-place. C’est dur, malheureusement toujours vrai et beau.

 

Quelques poèmes express  venus de Cette fille-là :

– Surgie d’on sait où, la violence.
– Une petite chambre se réveille au 
milieu de la nuit, une chambre pour éclats de voix et colères.
– Lui, c’est le patron, elle, c’est un corps.
– Les mains tendues, elle traverse les murs et attend là.
– Des toits juste avant la pluie se roulent à terre et remontent après.
– Elle a des tresses serrées. Il les distribue à toutes les filles.

Cette Pièce Unique N° 83 est offerte à Véronique M., une femme douce, trop peut-être quelques fois pour que la vie soit facile …

Un J. M. Coetzee : P U N° 82

Au coeur des ténèbres, le deuxième livre de J. M. Coetzee, a été publié en France chez Maurice Nadeau en 1981 puis au Serpent à plumes, collection Motifs, deux maisons excellentes, l’une  disparue, l’autre morte puis reprise. Il est maintenant trouvable en poche Points Seuil.

J. M. Coetzee est né en 1940 en Afrique du Sud, a aussi vécu en Grande-Bretagne, aux USA, en Australie.  Professeur d’université, il a vu son premier livre publié en 1974 et a reçu le prix Nobel de Littérature en 2003.

Au coeur des ténèbres se passe dans une ferme du veld, en plein milieu de nulle part, avec Magda, la fille du fermier blanc, Hendrik, l’ouvrier agricole noir et Klein-Anna, la jeune épouse qu’il ramène et que séduit le fermier. C’est Magda qui parle dans 266 petites séquences numérotées. Et on ne sait pas : ce que Magda raconte, arrive-t’il vraiment ou est-ce de la folie ? En tous cas, c’est fort et dur !

Voilà quelques Poèmes express issus de cette Pièce Unique :
– La femme qu’il vient d’allonger pense, loin de ce plancher.
– Ce regard me mordille : gourmandise de peintre.
– Le secret le rendait fou, le désir, pas vraiment.
– La bouche a bu de l’urine de fées. Fin de l’histoire.
– Foulard rouge dans une couvée de poussins.
– L’innocence de petits potirons.

La P U N° 82,… trois livres en un,… est offert … à la libraire Caroline J. de Au fil des Pages qui n’a déjà pas le temps matériel de lire tout ce qui sort…

Un Rafael Pividal : P U N° 81

Pays sages paru en 1977 est la Pièce Unique n° 81 et ma première lecture d’un Rafaël Pividal (1934-2006).
Cet auteur né en Argentine de père argentin et de mère française, est venu en France en 1952. Agrégé de philosophie, docteur en sociologie, il a enseigné la sociologie de l’art à la Sorbonne et a beaucoup écrit.
A la sortie de Pays sages, le critique Matthieu Galey lui prêtait rien moins que : « l’humour de Chaval, la minutie de Ponge, l’invention de Vian ».
On peut aussi voir dans le personnage du scientifique-bûcheron Dimitri Chepilov un Candide qui, passant de sa datcha au fin fond de la Sibérie, à Londres pour le jubilé de la reine, voyage dans le monde soviétique et découvre le capitalisme.
Si tout est improbable dans ce conte, il est bien plus qu’étrange ou comique puisqu’il parle de faits et de problèmes sociaux qui, en quarante ans, n’ont pas pris une ride : chômage, écologie, impact des marques, trusts…même de l’édition…

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont issus :
Les trains russes sont en plastique la nuit.
– Après mille gratte-ciel, une plaine. Pliante.
– Sous le papier de soie, la femme belle à l’ancienne mode.
– Esthétique occidentale : vous avez maigri.
– Les chiens salissent les moquettes et madame ne reçoit plus.
– Ce qu’on appelle une nuit de réflexion : on branche le tuyau sur le sens.

La Pièce Unique N° 81 Pays sages, 3 livres en 1, est offerte à Elisabeth G. pour la perturber … ou l’aider … dans son enseignement de l’histoire.

Un Robert A. Heinlein : P U N° 80

La Pièce Unique n° 80 est faite à partir d’un livre de Science Fiction de Robert A. Heinlein (1907-1988) : Starship troopers paru en 1959, sous forme de série, prix Hugo du meilleur roman en 1960.
Heinlein a été officier de marine jusqu’en 1934. Certains lui ont reproché ses valeurs militaristes mais il s’est montré très protecteur avec de jeunes auteurs de l’époque comme Theodor Sturgeon et Philip K. Dick. Il est considéré comme « une des plumes essentielles de la S F » voire « du XXème siècle » par Eric Picholle qui, avec Ugo Bellagamba, a publié Solutions non satisfaisantes – une anatomie de Robert A. Heinlein aux éditions Les Moutons électriques en 2008.

L’histoire de Starship troopers : après le grand échec d’un XXème siècle hyper-violent, l’univers est au mains de militaires. Le personnage-narrateur, Juan Rico, s’engage dans l’infanterie spatiale, fait ses classes avec des instructeurs mutilés puis ses preuves dans la guerre contre les Bugs, des arachnides.

Nouveauté… on l’a lu en v.o…. On l’offre donc à … une enseignante d’anglais, Pascale B. une femme incroyable : toujours prête à s’engager dans des projets, à créer pour et avec des élèves.

Voilà quelques « poèmes express » tirés de cette P. U. n° 80, trois livres en un :
– 12 seconds. Demonstration of firepower and frightfulness. Destroy to shine.
– A silly idea is worst under happier circumstances.
– Suppose all you have is one hand or one foot, go !
– A man was silly enough to put tanks against one flea.
– A fish in uniform smiled and spoke to the air.
– I buy your attention. You know we can’t use it.

 

un Kenneth White : P U N° 79

Les cygnes sauvages , de Kenneth White, traduit par Marie-Claude White, paru la première fois en 1990 chez Grasset est ressorti aux éditions Le mot et le reste en 2013 et en 2018 dans leur collection de poche. Il y est question de Japon, de voyage pour le Hokkaidô, « la route de la mer du Nord ». Kenneth White y fait (p.13) : « une sorte de pèlerinage géopoétique (…) un voyage-haïku dans le sillage de Bashô » (…) un petit livre nippon. »

On le suit, au rythme lent de la marche le plus souvent, on l’accompagne dans des endroits que l’on visualise ( p.67) : « Je traversais un pont rouge un matin, en route vers un sanctuaire shintô sur les hauteurs de Yudono » ou (p.111) : « A un endroit nommé Itoizawa, j’ai trouvé un café avec de grandes fenêtres qui donnaient sur la mer. Je me suis assis là avec mon livre aïnou bleu devant un pot de thé. ». On se sent bien, au calme, dans les lignes de ce livre.

Voilà quelques poèmes express qui en sont nés :
– Elle a des seins soyeux, tranquilles, où on boit un peu de vie.
– L’employé agite le saké tandis qu’une vieille dame mâche.
– Un poème dans la bouche des hommes dit l’intérieur des hommes.
– Une femme nue dans du cristal ; haïku qui ne méritait pas le papier.
– On s’évanouit tandis qu’ivre il récite un poème écrit il y a dix ans.
– La queue de la raie ayant traversé le panneau publicitaire, les Russes firent venir des experts.

On offre cette Pièce Unique à Jérôme T. qui, du fait de ses soirées thématiques, a dû se pencher sur le Japon, d’abord sans puis avec plaisir.

 

Un Richard Wright : P U n° 78

Les enfants de l’oncle Tom sont 4 nouvelles de Richard Wright, parues aux USA en 1938, traduites en France, pour trois, par Marcel Duhamel et, pour la dernière, par Boris Vian, en 1946, chez Albin Michel. D’abord au Livre de poche, il est maintenant trouvable chez Folio. Ces superbes nouvelles sont sidérantes de dureté, de violence, dans les mots et les actes des blancs vis-à-vis des personnages noirs.

L’auteur Richard Wright est né en 1908 dans le Mississippi, à Natchez, qui fut le deuxième plus grand marché d’esclaves du sud des Etats-Unis. Allé vivre à Memphis, puis Chicago, il écrit le premier roman afro-américain à énorme succès : Native son en 1940. Il part pour la France en 1946, poursuivi par le Maccarthysme. Il prend la nationalité française en 1947, côtoie les Existentialistes et meurt en 1960 à Paris. Ses cendres reposent au Père Lachaise.
On peut trouver sur le net – mis en ligne en octobre 2018 – des propos de Richard Wright recueillis par la rédaction de l’ Express  en 1960 et une biographie est sortie en 2003, après l’ouverture d’archives du FBI, écrite par Hazel Rowley, Américaine d’origine australienne.

Voilà quelques Poèmes Express venus de ces nouvelles :
– N’importe quel idiot peut tuer n’importe quel imbécile.
– Tout son corps se ferma.
– La maison se changea en ventre.
– Visage dans l’oreiller, poitrine au plancher, ils nous tuent.
– Donner à une clôture de fer barbelé le cou, les bras et les jambes.
– Désespérément blanc, il tomba étourdi. A bout de blanc. Ses lèvres tremblaient.
– C’est jusqu’au dernier Dieu qu’un homme s’inquiète.

Cette P U n°78 est offerte à Valérie Zenatti. Son dernier livre sur Aharon Appelfeld, Dans le faisceau des vivants à l’Olivier, est une merveille d’humanité. Elle devrait revenir au Havre, à la librairie Au fil des pages le vendredi 28 juin.

 

Un Didier Daeninckx : P U n° 77

Didier Daeninckx, on l’a adoré il y a longtemps, mais vraiment longtemps, quand on l’a découvert avec Meurtres pour mémoire !
Du roman noir historique hyper bien fichu.
Plus tard, on l’a reçu au Polar à la plage et Mathieu Vermeulen a composé une superbe petite valse pour son texte Juste deux yeux verts. Très joli moment quand on l’a vu écouter sa chanson !
Et puis il a fait un pas de côté et se positionne plus, maintenant, dans « la blanche ».
On avait acheté Galadio en pensant aux élèves et l’occasion est passée, on ne l’a jamais fait. On vient de le lire. On y apprend des trucs comme cette « République indépendante du Goulot », la mode des moules à gâteau en forme de croix gammée puis leur destruction pour la protection des « symboles nationaux« , ou les animaux jugés « perdus pour l’espèce » parce qu’appartenant à des familles juives.

Quelques uns des Poèmes Express qui en sont sortis :
– Un vieux doberman mord des flocons de neige et glisse.
– Trois Joseph Goebbels avaient déjà commencé à perdre de leur éclat sur la pelouse.
– Dormir à la bibliothèque jusqu’à la construction de l’université, trouver un coin au sous-sol.
– Une quinzaine d’enfants lancés par la fenêtre.
– Un aviateur sur une voie de chemin de fer ne vous demandera jamais de sourire.
– Derrière une affiche de cinéma malais, une couturière prend mes mesures.

La Pièce Unique n° 77 est offert à Léa, une fille assez incroyable d’intelligence et de spontanéité !

 

Un Blaise Cendrars : n° 76

L’Or de Blaise Cendrars (1887-1961) est la Pièce Unique n° 76. L’Or paru en 1925 chez Grasset, trouvable en folio, est une sorte de documentaire-fiction, de biographie romancée : la vie de Johan August Suter qui partit de Suisse, fit fortune en Californie et fut ruiné à 45 ans par la ruée vers l’or. Ce livre – qui raconte l’échec – n’a pas du tout plu aux Américains en général et à la critique américaine en particulier.

Voilà quelques Poèmes Express issus de L’Or :
– Tête en corselet, les vieux fumaient.
– Tous les trois mois, des mormons s’égaillent quelques journées et se retirent après.
– Le sud est tropical et peut abriter la fièvre de cochons bleus.
_ Le dictateur est un honnête homme mais il choisit la grande tuerie.
– Une femme cache son excès de douceur dans un médaillon.
– Voyage en indigo. Réconciliation avec le silence.

Le livre, trois en un (texte de Blaise Cendrars, un Poème Express par jour et informations quotidiennes ) est offert à Rémy Yon, brocanteur à Pirou, cheville ouvrière du festival oulipien de Pirouésie. Il vend des livres et il les aime !

un Jérôme Ferrari : N° 74

La Pièce Unique n° 74 est constituée à partir de Il se passe quelque chose de Jérôme Ferrari, un recueil d’articles écrits chaque semaine pour La Croix au premier semestre 2016, paru en livre en 2017 chez Flammarion puis chez Babel. Un recueil qui nous fait nous sentir intelligents, tant on est d’accord avec l’auteur, tant on a déjà auparavant pensé à ces sujets, comme il le fait – enfin, pas au niveau de la forme, parfaite, mais du fond -. Il y est principalement question de la langue, celle des politiciens et des médias, de ce qu’ils lui font subir et du sens que cela a. J. Ferrari, écrivain et professeur de philosophie, évoque aussi l’école, le bac, la vision qu’ont les parents de leur progéniture et du rôle des enseignants… C’est drôle, mordant, enlevé. A mettre entre toutes les mains !
J. Ferrari est plus connu pour ses romans, pour le prix Goncourt obtenu en 2012. Il a, en 2018, publié A son image chez Actes Sud.

Quelques uns des Poèmes Express qui en sont sortis :
Eichmann venait de créer Hannah Arendt.
– Le malheureux confetti qu’on lance demande de s’abandonner à l’existence.
– Se réjouir des kalachnikovs, en parler en mâle.
– Il existe des assassins en médecine et ils s’obstinent.
– Concepteur d’éloges funèbres, je résiste aux accents tragiques : »putain ».
– La pensée paranoïaque pose ce qu’est vraiment le sens : un complot.

Cette Pièce Unique est offerte à Isabelle R. qui a été enseignante et continue à essayer de transmettre à travers émissions de radio et association culturelle.