Les petites filles et la mort, Pièce Unique n° 41, à Marc Villemain

Mis en avant

Les petites filles et la mort de Alexandre Papadiamantis (1851-1911), traduit du grec par Michel Saunier, paru chez Actes Sud en 1995, est un livre étonnant : une vieille femme, une guérisseuse, ne supporte plus ce que doivent vivre les familles pauvres accablées par la naissance des filles. Elle agit…

La Pièce Unique n° 41, 3 livres en 1, est envoyée à Marc Villemain, auteur, blogueur, directeur de collection aux éditions du Sonneur : quelqu’un qui ne croit pas que les livres ont une date de péremption…
Aux éditions du Sonneur, nées en 2005, dans les « grande » comme « petite collection », on trouve de petits bijoux, de Frank Norris, Le gouffre, à Josef Bor, Le requiem de Terezin en passant par Marie-Noël Rio, Pour Lili ou encore Singapour de Georges Cassel…Ce ne sont pas les plus récents ni peut-être les plus « intéressants » mais ceux qui m’ont attirée sur le stand du Sonneur au Salon de l’Autre Livre.

Voilà quelques exemples de « Poèmes express » :
La jeune femme avait échappé à tout, au jour et à l’époux.
– Elle songeait à faire des garçons, 5 ou 6, pour en donner.
– Un rire étrange, un peu étiré, tout rongé, fixé sur l’orifice.
– Le petit chiffon dormait et le souffle le berçait au milieu du ciel.
– On va gonfler, noircir, devenir.

 

Pedro Paramo, Pièce Unique n° 40, à Emmanuelle Moysan

Mis en avant

Pedro Paramo (1955) est le seul roman du Mexicain Juan Rulfo (1917-1986), principalement connu pour son seul recueil de nouvelles, Le Llano en flammes (1953) et ses photographies. Un homme discret donc, doté d’une écriture étonnante (traduite ici par Gabriel Iaculli) qui mélange dans ce texte, morts et vivants, passé et présent du village souffrant et hanté de Comala. Pedro Paramo en est le chef tout puissant, le maître absolu des femmes, des hommes, prêtre compris. Au-dessus du mal.

Cette Pièce Unique est devenue aussi : Pape Rom rôda. En plus du texte de Rulfo, on y trouve, comme dans toutes les Pièces Uniques précédentes, un Poème Express par jour +, cette fois, une information nationale du même jour. 3 livres en 1 !
Quelques exemples :
– Le tremblement de ses mains attendait la fin de l’assassinat.
// 
La nuit européenne des musées.
– J’ai vu passer les roues. C’est à cette heure que l’on ouvre les fours et que le ciel gronde.
//
« Nous autres », deuxième édition sous la direction de Patrick Boucheron, professeur au Collège de France.
– J’aimerais vous perdre. Demain, je vous montrerai les chemins.
//
28% des 720 000 élèves qui passent le bac sont des élèves de bac pro.
– Longtemps, très longtemps, un sein jeté dans le moule est un amas de cire.
// François Bayrou, garde des sceaux, annonce qu’il quitte le gouvernement.
– Le fait est qu’il s’attendait à donner un pied de femme. Allons, allons, ce n’est pas grand chose.
//
La centrale de Fessenheim complètement à l’arrêt.
Les vieux, c’est les ombres de la terre, c’est les dernières lèvres.
//
Le Parlement donne son accord définitif à la réforme du code du travail par ordonnances.

Cette Pièce Unique n° 40 est envoyée à Emmanuelle Moysan, rencontrée lors de différents salons du livre, à Caen, Paris surtout. Responsable littérature chez L’Harmattan de 1995 à 2013, elle a créé Le Soupirail en 2014 où elle propose des textes exigeants. Grâce à elle, nous avons pu lire Le Dilettante du Bulgare Tchavdar Moutafov (1889-1954) qui, par certains aspects, peut faire penser au Huysmans de A rebours.

Rafael, derniers jours, Pièce Unique n° 39, à Gérard Lambert

Mis en avant

Rafael, derniers jours de Gregory McDonald, paru aux USA en 1991, en France en 1996,  trouvable en 10-18, a été adapté au cinéma en 1997 par Johnny Depp, avec lui-même et Marlon Brando. On peut se demander si ce film réussit à rendre compte du livre dans la mesure où la scène principale, le chapitre 3, est une annonce : une description, extrêmement détaillée mais presque empathique, par le réalisateur, de ce qui se passera lors du tournage du snuff-movie auquel participera Rafael, APRES le mot fin. Ce chapitre étant très « déplaisant », l’auteur (ou l’éditeur?) propose au lecteur sensible de ne pas le lire. Mais cela empêcherait de voir pleinement le beau personnage de Rafael. C’est un roman noir qui évoque des très pauvres, une Amérique comme elle ne souhaite pas être vue. Gregory McDonald (1937-2008), ancien journaliste qui a surtout écrit des polars, signe là un texte hors-norme.

Cette Pièce Unique n° 39 se nomme aussi : R. Ford, sale, renia les jurés. En voilà quelques Poèmes Express :
– On ouvre un compte et un tiroir. On ne peut pas faire autrement.
– L’eau accumulée, trempée, se débat de toutes ses forces. Mort étang.
– Notre dinde aime les robes élégantes, seins à l’entrée.
– Ils embauchent un assistant, voix grave, lèvres à bière.
– La lune huileuse lava l’eau le long de la nuit.
– On a coupé la vérité en deux et posé l’une après l’autre.

Elle a été donnée à Gérard Lambert, rencontré pour la première fois en 2012. Il était alors libraire à Saint-Nazaire. Nous lui apportions nos deux premières publications. Pile et face de D. Delahaye l’amena à dire qu’il avait été marinier (et, plus tard… qu’il avait aimé le livre). Libraire donc, très très gros lecteur – ce qui ne va pas toujours ensemble -, homme engagé, il a écrit, chez Joca Seria, Dernier chapitre. Depuis, nous nous sommes croisés à Ecrivains en Bord de Mer à La Baule où, en alternance avec Thierry Guichard, entre 11 et 13 h, il présente des lectures apéritives. Cette année, il a ainsi pu évoquer entre autres le poète et romancier « assassiné par l’indifférence » André Laude et Franck Bouysse, publié à la Manufacture des livres. Il est maintenant traducteur et anime des rencontres littéraires en Loire Atlantique.

 

Journal du voleur, de Jean Genet

Journal du voleur  de Jean Genet (1910-1986) est la Pièce Unique n° 38. Un texte incroyable qui mélange les langages, joue autant de l’argot que du mot précieux.

Aussi poétique qu’autobiographique, plus que cela, lyrique ( p 305 :  » Ma vie passée je pouvais la dire sur un autre ton, avec d’autres mots. Je l’ai héroïsée parce que j’avais en moi ce qu’il faut pour le faire, le lyrisme. Mon souci de la cohérence me fait un devoir de poursuivre mon aventure à partir du ton de mon livre. »). Publié en 1949 chez Gallimard, le livre évoque sa vie de 1932 à 1940 : le vol, le désir, la prostitution, le voyage, la prison. Sa relation au corps des hommes, aux policiers, aux traitres. P. 303 : « J’ai dit comme j’aime les hors-la-loi sans autre beauté que celle de leur corps. » P. 306 : « Ces fêtes du bagne, j’en veux parler. La présence autour de moi de mâles blessés, c’est déjà un grand bonheur qui m’est accordé. »

C’est devenu : J. a vu un rôle lourd.
En voilà quelques poèmes express :
– L’éclat et le verglas évoquent les plaies mais l’orgueil bande.
– Un soir qu’il avait reçu un client, il exigea un drap noir, en enveloppa l’hôtel.
– Ma place était au milieu de tas de 
ferrailles, pas du cortège à faux cils.
– Les mythologies contiennent ailes soudaines comme héros de la plus molle gélatine.
– Dieu, pour détruire l’homme, peut simuler le fétiche.
– Le col flottant de soie souple tient la tête haute des salauds qui s’y lovent.

Ce livre 2 en 1 a été offert à un ami, Loïc B, collectionneur d’art contemporain.

De et à Jean-Bernard Pouy

La Pièce Unique n° 37 est faîte à partir d’un des 13 « petits polars du Monde », co-production du journal Le Monde et de la S N C F en 2012. Dans Ce crétin de Stendhal, nouvelle de J.B. Pouy, il est question d’amiante, d’industriel sans souci de la santé des ouvriers et des suites de cette incurie, attendues et inattendues…

Jean-Bernard Pouy est venu souvent au Polar à la plage. Il était là cette année. Il a par ailleurs très gentiment accepté en 2011 d’écrire la préface de Pile et face, premier livre de Rue du Départ, une présentation de copain de Dominique Delahaye qui, quelques années auparavant, l’avait contacté pour lui demander s’il l’aiderait à créer un festival. Banco. Il l’avait fait, l’avait soutenu, amené au Havre des écrivains de romans policiers et noirs comme Marc Villard.
Même si vous n’avez pas lu Pouy (mais c’est pas possible), vous connaissez certainement la collection « historique » qu’il a co-créée : « Le Poulpe » et peut-être l’écoutez-vous sur France Culture dans l’émission des Papous dans la tête où humour, mots et contraintes cohabitent. D’où cette Pièce Unique oulipinophile, à la manière de Lucien Suel, qui lui est dédiée.

En voilà quelques Poèmes Express :
Ce n’est pas beaucoup, l’essentiel. Presque personne, pas grand monde.
– L’amiante a brûlé. Le pompier a servi le café.
– Une menace pénétrait saucisses et pain de deux. Elle attaqua.
– Quelques cris acides pour repousser le mot.
– Un homme tout drôle sur son engin bleu courait avec insouciance.

Pièce Unique n° 36, de et à Pascal Dessaint

Cette Pièce Unique est un peu spéciale puisqu’elle est faîte à partir de Quelques pas de solitude de Pascal Dessaint et lui est dédiée.
Pascal Dessaint est un auteur de romans noirs dont pratiquement toute l’oeuvre depuis 1992 est parue chez Rivages. Sauf ce joli petit livre de 43 pages, à LA CONTRE ALLEE, maison d’éditions de Lille dont nous avons déjà parlé dans ce blog. Pascal Dessaint est un habitué des festivals, de Mauves en noir à Quai du Polar en passant par bien d’autres, dont Le Polar à la Plage, au Havre. Son univers est celui de la nature que l’homme détruit si facilement, du monde industriel qui détruit l’homme si facilement. L’environnement est  très souvent son sujet. Il s’est même engagé politiquement pour lui.
Son prochain livre Un homme doit mourir sort en librairie le 27 septembre 2017 et sa venue à Fleury sur Orne les 3-4 février 2018 est déjà programmée.

Quelques pas de solitude, – beau titre, non ? – est un court texte plus autobiographique qui évoque les frères dont le poète, Eusèbe, la mort, les promenades, les animaux rencontrés et bien sûr la solitude, de l’homme en général, de l’écrivain Dessaint en particulier.

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont sortis :
– Il a une demi-vie mais l’air n’appartient qu’à lui.
– Le ruban de terre est peut-être dans mon cerveau.
– Le bas-côté n’a pas fui, encore moins continué sa route. Absurde idée.
– Sous la brise. L’étang. Envie de partage.
– Je pousse un tigre affamé dans un lagon fréquenté par des requins.

Pièce unique n°33 : un Yves Ravey

Un notaire peu ordinaire d’Yves Ravey est paru aux éditions de Minuit en 2013 puis dans leur collection de poche, Double. C’est un texte court comme presque tous ses textes. Jérôme Leroy  : «  Les livres de Ravey sont tous de vrais-faux polars » à  » écriture blanche, comportementaliste (…) jamais de psychologie ». Pierre Assouline, dans son blog, dit de lui qu’il est « un héritier de Simenon ». Nathalie Crom, dans Télérama en 2015 écrit : « Les romans d’Y. Ravey sont des mécaniques de haute précision. » On peut entendre cet auteur, sur France-Culture dans des émissions d’Alain Veinstein par exemple. Si nous vous donnons toutes ces références, c’est que nous n’avons pas envie d’en donner même un petit résumé, afin de ne pas déflorer l’histoire.

C’est devenu : Noé parie un ordinateur
En voilà quelques poèmes express :
– Quinze ans pour repousser ma mère, trois ans pour me souvenir du geste.
– L’hameçon a fouillé un ver de terre. Il faisait mal à une petite carpe.
– Le débit de l’eau a levé les yeux, le niveau de l’eau l’a voulu.
– Tuer le chien, patienter, attendre l’arrivée du parasol et le ranger.
– Elle lui avait posé la question de l’averse. Il parle si bien de ce sujet.
– Ce n’est pas facile d’être embarrassé, la chemisette déboutonnée sur une chaînette en or.

Cette pièce unique est offerte à Samia Kachkachi, qui vit dans la région lilloise et travaille la linogravure. Elle est l’auteure des dessins d’ Entravés, dernier joli petit livre sorti dans la collection Voyageur aux éditions Rue du Départ…
Vous pouvez la suivre sur son blog samiakachkachi.blogspot.com/

Pièce Unique n° 32, un Joseph Conrad

La Pièce Unique n° 32 est faîte à partir de :
La ligne d’ombre (1917) de Joseph Conrad (1857-1924).
Ce court roman est inspiré d’un fait vécu par Conrad, l’officier de marine, la prise de commandement d’un bateau dans des conditions difficiles. Le capitaine précédent est mort à bord, le second et l’équipage tombent malades, la quinine manque et le navire est encalminé.

C’est devenu : L.D. l’ange de moire
en voilà quelques poèmes express :

  • Mon élan est de nature à tuer tout ce qui vit sauf les employés écossais. 
  • Sa dernière paire d’ailes était d’artificielle plume.
  • Sous l’oeil gauche, une énorme larme roule. Il est instantanément trempé, à demi suffoqué.
  • C’est le genre de calme à faire dresser l’obscurité.
  • La tête appuyée contre le vent. Supposez que le vent vienne à tourner ?
  • Vêtu de laine, rentré en routine, animé de scintillement, venez. 

    Nous offrons L.D.,l’ange de moire à Blandine Donneau, bouquiniste aimant le livre, la poésie géographique, les mots et voyant son métier comme du lien social. C’est assez rare pour être souligné, non ?!

Pièce unique n° 31 : un Marie Desplechin

La Pièce Unique n° 31 est Le sac à main de Marie Desplechin paru aux éditions Estuaire en 2004 et trouvable en poche chez Points. Joliment accompagné de dessins d’Eric Lambé, on croit d’abord à un simple inventaire poétique de ce qu’on peut trouver dans un sac, du rouge à lèvres aux clés en passant par le passeport, un livre…of course… et d’autres petits objets qui dessinent la vie de n’importe quelle femme. Mais non, c’est plus que cela, c’est une histoire qui apparaît lentement.
Marie Desplechin (soeur d’Arnaud, le cinéaste) écrit pour adultes et pour enfants, des fictions mais aussi des documents comme l’accompagnement de son amie Lydie Violet, atteinte d’un cancer (devenu aussi un texte radiophonique à France Culture). Elle était venue au Havre et avait animé un atelier d’écriture en bibliothèque. C’est à cette occasion – privilégiée- que j’avais acheté ce livre.

La Pièce Unique n° 31 s’appelle aussi : As, le caïman.
En voilà quelques poèmes express :
– Collé sur un dépliant publicitaire, un Pakistanais de démonstration cherche des yeux une guerre.
– Périmée 5 ans durant, ma personne n’a rien de très spectaculaire.
– Au bar de l’hôtel nous avons partagé un début de cuite et notre fils est né.
– L’insolence est à jamais plus jeune que nous.
– Une passion est un courant marin; on perd pied.

Elle est envoyée à Amélie Charcosset, rencontrée à Pirouésie, une jeune femme incroyable de joie de vivre, de fraîcheur et d’audace. Elle voyage beaucoup, s’installe dans des pays incroyables – l’Ouzbékistan, franchement ! et loin de la capitale en plus ! – Elle enseigne le français langue étrangère, propose des ateliers d’écriture et écrit évidemment (le joli Nous sommes tous des faiseurs de ciel, présenté sous forme de boîte, aux éditions 17 rue des Arts). Elle revient à Pirou à l’été 2017.

Pièce unique n° 30 : un Jérémy Guez

  Paris la nuit de Jérémy Guez est la pièce unique n° 30.
Jérémy Guez est auteur, scénariste surtout. Ce livre est son deuxième, paru chez La Tengo éditions en 2010, trouvable en poche chez J’ai lu. A 18 ans, il écrit les premières pages de ce court roman, la dérive d’un jeune sans idéal. Ce petit dealer veut devenir grand bandit et il s’attaque à plus gros que lui…

Passé à la moulinette des Poèmes Express, Paris la nuit devient : Tu liras, Pina !
En voilà quelques exemples (en plus des 4 reproduits dans Entravés qui vient de sortir aux éditions Rue du Départ) :
Je jure sur un cil que je ne joue plus.
– Il n’y a personne quand tout le monde est là.
– Sa jupe jouit avant elle; envie de plaisir en vitesse.
– Des chauves-souris à épuiser, la rue à évacuer, le boulevard à recracher.
– Ca te dirait qu’on voie un visage, ses cernes, ses joues creusées, son regard basculé ? 

Il est envoyé à Sophie Peugnez, libraire, chroniqueuse littéraire dans Zonelivre, https://polar.zonelivre.fr/, magazine internet sur le livre policier dont elle est co-fondatrice. Cette association créée en 2009, est aussi partenaire média du très bon festival Les Boréales, à Caen.