Un Jean Giono : P U N° 90

Mis en avant

Le chant du monde de Jean Giono (1895-1970) est la Pièce Unique n° 90.
Une MERVEILLE !
Jean Giono disait qu’il écrivait des poèmes, pas des romans et, ici, c’est totalement vrai.
Giono a commencé la première version en 1931. Elle lui aurait été volée. Une deuxième version aurait elle aussi disparu, on ne sait comment. Il y retravaille jusqu’en 1934, année de sa parution chez Gallimard.
On n’a aucun moyen de savoir quand cela se passe. On se retrouve bien à un moment dans une ville de tanneurs, Villevieille, mais le plus gros du roman se passe dans la nature, le long d’un fleuve et dans la montagne au pays Rebeillard, auprès d’éleveurs de taureaux. C’est un hymne aux arbres, aux animaux, à la nuit. Les odeurs sont au premier plan. I repeat : « une MERVEILLE ! »

Quelques poèmes express qui en sont issus :
Givre fendu, grandes flaques de lune, nuit de plainte.
– Un petit frémissement d’oseraie, c’est du vivant.
– Laisse au coulant de l’épaule. Laisse les muscles.
– Souliers craquants et hanches de soie, la vieillesse reste dans la chambre des livres.
– Poil gris, grosse moufle devant le 
gouffre blanc.
– Comme un homme qui s’enfonce dans l’eau ou comme un pompon de laine.

Cette « Pièce Unique » n° 90, toit livres en un, est offerte à Charles Rousselin, peintre abstrait qui vit et travaille au Havre.

 

Ouest Track et nous : rentrée 2019

Mis en avant

Après le livre de voyage commun de Tanguy Viel et Christian Garcin, le 15 septembre,

A 11h, dans Viva Culture, et après cela en podcast, la pastille d’Autour des Livres
vous parle,
 le 29 septembre, de la catastrophe vue par Gaëlle Obiégly dans Une chose sérieuse et Olivia Rosenthal dans Eloge des bâtards, tous deux aux éditions Verticales.
le 13 octobre, d’Arno Bertina.
Le tout (ou presque), en lien avec le festival Ecrivains en bord de mer de juillet 2019.

Un Paul Claudel : P U N° 89

Mis en avant

L’annonce faîte à Marie est la Pièce Unique n° 89, et,
j’avoue,
mon premier Paul Claudel (1868-1955)… :
C’est une pièce sur laquelle il a travaillé 50 ans, de 1892 à 1948 et qu’il voit comme le « drame de la possession d’une âme par le surnaturel ». Elle a été créée, dans sa 3ème version, au théâtre de l’Oeuvre en 1912 puis remaniée en 1948 et présentée au théâtre Hébertot. L’intrigue se passe au Moyen-Age, entre deux soeurs, Violaine, proche de la sainteté et Mara, la jalouse…

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont sortis :
– Les petites dents de dames donnent de grands tas.
– L’air n’a pas de terre. Peut-être qu’il vaudrait mieux.
– Rougis, peau, de ces choses que l’on a faîtes.
– Eprouver, jouer d’une femme et la laisser vide.
– Homme rouge sur cheval noir : bannière de minuit.
– Il a habité le cri du petit corps.

J’avoue aussi ne pas penser relire de si tôt du Claudel  que j’ai,
je l’avoue encore, tendance à voir surtout comme un « faux frère » pour Camille.
J’avoue enfin ne pas savoir pour le moment  à qui l’offrir.

Un Evelyn Waugh : P U N° 88

Allez, on n’hésite pas …on a fait cette Pièce Unique n° 88 à partir d’un livre anglais …en anglais… Labels A Mediterranean Journal d’Evelyn Waugh (1903-1966). Auteur au style plein d’humour (anglais), d’une famille d’hommes de lettres, il est reconnu dès son premier roman, partiellement autobiographique, Grandeur et décadence (1928).

Labels, son premier récit de voyages de plusieurs mois en Méditerranée, est sorti en 1935 et n’a été traduit en français qu’en 1988. Il le nomme ainsi pour indiquer qu’il sait qu’il n’a rien d’un explorateur. Il va dans des endroits déjà visités et dans les conditions de confort d’une croisière.

En voilà quelques « Poèmes Express ». Ce sont plus des micro-histoires bizarres que des poèmes … on l’avoue… :
The jolly girls with little colored electric bulbs are all nameless.
– I did not dare to speak to ribboned grand-dukes in Paddington station.
– In the greek mountains, night clubs are nonsense.
– Camels left Haïfa for Port Saïd ; one was very sick.
– In a picture-postcard shop, in pseudo-oriental style, there were not enough pyramids.
– In wedding-cake decorations, we can perceive the art of cathedral. 

Cette Pièce Unique , 3 livres en 1, est offerte à Céline L., adorable, sensée et organisée (oui, tout ça) musicologue franco-britannique.

 

Un Dino Buzzati : P U N° 87

L’image de pierre de Dino Buzzati (1906-1972) est le seul livre de S F de cet auteur, surtout reconnu pour son Désert des tartares (1940). Il était aussi peintre  et journaliste au Corriere della sera.
D’abord paru en revue en 1959, ce texte est publié par Mondadori en 1960 et, l’année suivante, aux éditions Robert Laffont.
L’histoire se passe en 1972. Buzzati, à propos de ce livre : «  Il me semble que le fantastique doit être aussi proche que possible du journalisme » avec les mots « les plus simples et les plus concrets possibles ». Un universitaire en électronique est approché pour une mission ultra-secrète de deux ans. On l’emmène avec sa femme sur les lieux. Il y retrouve d’autres scientifiques qui travaillent autour d’un édifice-automate.
Si on retrouve le schéma bien connu de la créature qui échappe à son créateur, cette histoire est étonnante par d’autres aspects.

Voilà quelques Poèmes Express qui en sont issus :
Il se heurtait à son décolleté : un véritable et grand danger.
Faire âme, appuyer sur une mémoire, se placer sous la femme.
– Un symptôme n’était peut-être qu’une idée qui parle.
– Les insectes allèrent se promener en petit maillot et sandale.
– Un militaire viendra dans la zone 36 et sera à vous, ma chérie.
– Le lendemain était peu facile, devenait de plus en plus gris.

La Pièce Unique n° 87 est offerte à Mo S.
Cette médecin, dans une autre vie paysagiste, a dessiné à Lanzarote. Quelques uns de ses croquis accompagnent les poèmes de François David dans le livre-carnet Minutes d’été, aux éditions Rue du Départ.

Chat Bleu de juillet 2019

Mis en avant

Nous avions le choix entre un Saint Amour et un Beaujolais blanc pour accompagner nos livres :
Une ville de papier d’Olivier Hodasava, aux éditions Inculte, 2019 : le vrai/le faux, décidément est une question très contemporaine. La ville de Rosamond en est une preuve. Copyright trap ou réelle ? Oeuvre de la General Drafting, lieu d’un fait divers, intéressant Walt Disney ou non ?
Vous le saurez – ou pas – en lisant Olivier Hodasava qui se dit un des membres fondateurs de l’Oucarpo…
Le Tibet sans peine de Pierre Jourde, Gallimard 2008 : récit de voyage « qui s’annonçait saugrenu« , de voyageur qui ne se la joue pas, voire qui ignore dangereusement, habillé en promeneur, les difficultés de l’expédition. Mais ce n’est pas que cocasse :  » Je repasse des cols verticaux signalés par des chortens ou des stupas, je croise les lamaseries blanches, mais ce n’est pas cela, ce n’est jamais cela. Je ne retrouve pas le bon chemin. Le véritable Tibet était ailleurs. Mes rêves s’épuisent à vouloir revenir à ce qui fut une fois, ils en sont convaincus, la beauté à l’état pur, et qui peut-être n’a jamais existé ailleurs que dans leur nostalgie. » (p. 116). Dépaysement et belle écriture.

Il a aussi été question
de romans étrangers :
– Le pouvoir du chien de Thomas Savage paru en 1967 aux USA, chez Gallmeister, collection de poche Totem en 2019, traduit par Laura Derajinski : nous sommes en 1920 au Montana et deux frères s’opposent. Un must !
– Dans le silence enterré de Tove Alsterdal, 2015 éditions du Rouergue. Trouvable en Babel noir. Prix des Ancres noires 2018.
La mafia russe en Finlande dans les années 20. Du point de vue suédois.
– L’oratorio de Noël de Göran Tunström ((1937-2000), Traduit par Lena Grumbach. Chez Babel. Un beau livre touffu sur les musiciens, qui parle aussi de l’auteure Selma Lagerlöf.
– It de Catherine Grive, éditions Gallimard, 2019 : sur les enfants trans-genres. Construit comme un roman pour ados.

de témoignages ou d’essais :
– Mon fils en rose de Camilla Vivian, traduit de l’italien par Hazel Goram et Nino S Dufour, éditions La Contre Allée, 2017, sur le même thème que It. « 1% des enfants sont flottants », ne savent pas ce qu’ils sont.
– Quinze causeries en Chine de J. M Le Clezio, Gallimard 2019 : une belle pensée autour de la littérature, fondatrice de notre humanité et moyen de partage des cultures.
– Le Kamel Daoud dans la collection Ma nuit au musée, Le peintre dévorant la femme, éditions Stock 2018 : l’auteur enfermé au musée Picasso livre une belle réflexion sur ce peintre, l’amour vécu comme un meurtre, l’art en Occident et en Orient.

de la rentrée littéraire, grâce à Caroline de Au Fil des Pages, venue nous rejoindre :
– Girl d’Edna O’Brien, traduction d’Aude de St Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat, éditions Sabine Wespieser : l’auteure irlandaise a cette fois pour héroïne une jeune Nigériane enlevée par Boko Haram mais s’intéresse comme toujours aux maltraitances faites aux femmes avec son écriture précise, sans pathos.
– L’arbre d’obéissance  de Joël Baqué, chez P O L : un monastère en Syrie au Vème siècle : la radicalité d’un choix.
et puis le Julia Deck sur l’éco-responsabilité entre voisins, Le Marie Darrieussecq sur la crise des migrants, un Sorj Chalandon sur le cancer, un Valentine Goby, un Laurent Binet…

Lisez bien !
Prochain Chat Bleu, le jeudi 3 octobre !

Ouest Track et nous, cet été 2019

Mis en avant

A partir
– du 21 juillet et ensuite en podcast, dans Viva Culture, vous pouvez entendre une pastille d’Autour des livres sur : Lettre à B de Patrick Pécherot, aux éditions du petit écart
– du 4 août :  « Hommage à Art Pepper No Limit », aux éditions petit à petit.
– du 18 août :  la revue Empreintes et la contribution de Véronique Garrigou au n° 33.

Un Friedrich Dürrenmatt : P U N° 86

Grec cherche Grecque de Friedrich Dürrenmatt (1921-1990), paru en 1966 chez Albin Michel, est la Pièce Unique n° 86.
Dürrenmatt est un Suisse allemand dont on connaît peut-être plus le théâtre : La visite de la vieille dame (1956) ou les « polars » comme La panne. Ici, nous sommes dans une espèce de fable : Arnolphe Archilochos, sans âge, anti-alcool, anti-tabac, croyant, petit employé de l’entreprise Petit-Paysan qui fabrique des armes et…des forceps, est, lui, à la section des forceps. Un jour, il met une annonce pour trouver une épouse. Il a tout de suite une réponse d’une jeune et jolie femme. Et là, tout lui sourit : promotion incroyable, reconnaissance du président, de l’évêque, des plus riches citoyens.
Dürrenmatt s’amuse bien et propose deux fins, une négative, une positive…pour les bibliothèques publiques.

Voilà quelques Poèmes Express issus de ce livre :
Des nuits où nageaient les autos, les amours se collaient entre les jambes des gens.
– Septième crayon derrière l’oreille de l’évêque du dernier rang.
– Dans un royaume, voleraient superbes généraux, discrète collection de Poussin.
– Des canons atomiques étaient sur de moëlleux coussins dans une église.
– Lancer des lubrifiants, c’est l’avenir. Perdre l’ensemble de vue, c’est odieux.
– Croyez en un chrétien dans un peignoir à rayures bleues.

Cette Pièce Unique est offerte à Chantal D., travaillant dans le design, adepte de  l’Oulipo et donc évidemment rencontrée à Pirouésie.

Un Tanguy Viel : P U N° 85

Mis en avant

Cinéma, suivi de Hitchcock, par exemple est la Pièce Unique n° 85.
Cinéma est le deuxième livre de cet auteur, le premier étant Le Black note en 1998. Presque tous les livres de Tanguy Viel sont chez Minuit, et maintenant dans la collection de poche Minuit double.
Ce livre comprend deux textes, tous deux sur le cinéma. Tous deux sont le monologue allumé d’ un narrateur cinéphile mono-maniaque. Le premier est entièrement basé sur le film de Joseph L. Mankiewicz, Le limier, tourné en 1972 . Le second essaie de faire la  liste impossible des 10 films préférés d’un amateur, peut-être le même.

Voilà quelques poèmes express tirés de Cinéma :
– Peut-être que retraduire l’anglais en anglais, c’est rater des subtilités.
– Il suppose qu’il suppose, conclut et s’en va.
– Le hasard est une blague et le réel, c’est pareil.
– Une gangrène pousse dans l’image.
– Je comprends la mauvaise foi : c’est seulement ouvrir la case du cerveau prévue pour ça.
– On se fait avoir tout le temps, mais avoir avoir !

Cette Pièce Unique n° 85, ce sont trois livres en un =
– l’original de Tanguy Viel,
– les Poèmes express qui en naissent sur chaque page de droite,
– et une actualité en lien avec, ou bien cette page, ou bien le livre en son entier.
Elle  est offerte à Daniel F., écrivant assidu à Pirouésie, lieu d’ateliers oulipiens où, cette année, était invité Eduardo Berti, le premier Argentin entré à l’Oulipo… grâce à Julio Cortazar qui n’a jamais, on ne sait pourquoi, répondu à l’invitation qui lui avait été faîte.

Un Heinrich Böll : P U N° 84

La mort de Lohengrin de Heinrich Böll est un recueil de 15 nouvelles parues en France, au Seuil, en 1958. Il est trouvable dans la collection Points.
Böll y parle le plus souvent de manière sensible de l’après-guerre, d’hommes blessés, de vies brisées, de pauvreté et de villes en ruines. Trois d’entre elles insistent sur la jeunesse des soldats qui y ont été envoyés. Deux autres montrent le catholicisme de l’auteur : la mort est joie et lumière.
Mais quelques unes sont différentes : Mon visage triste, est une dystopie sur le fascisme dans un Reich où on peut être arrêté parce qu’on n’a pas l’air heureux.  Pas seulement à Noël, la seule très drôle, évoque la folie d’une tante qui ne veut plus vivre que la fête de Noël : sapins, décorations, angelots, massepain, et comment fait la famille pour le lui permettre.

Des « Poèmes express » en sont nés. En voilà quelques uns :
– Sa mère vivait d’injures, puis était morte de peur.
– Un uniforme beige s’assit, se releva et cassa un individu.
– Etre vous laisse tout seul.
– Un vert comme un couvercle, un jaune sur le bord.
– Massepains de nains : coutume allemande aimable.
– C’est simple, une femme nue. La femme, trouve-la moi.

Cette Pièce Unique a été offerte à Marie-Claude J., une très-très-grande lectrice avec laquelle il a été très agréable de travailler et est tout aussi agréable aujourd’hui de voir des expositions : ici, des vidéos d’Ange Leccia à partir du tableau des énervés de Jumièges.

Exposition visible à  l’abbaye de Jumièges jusqu’au 31 octobre 2019.