Ouest Track et nous – en décembre 2019

Mis en avant

Dans Vivaculture, sur Ouest-Track, à 11h -et après, en podcast- : Autour des livres :

  • Le 8 décembre : Ellroy, Les Boréales, Serge Portelli

 

 

 

 

  • Le 22 décembre, on approfondit sur Santiago Amigorena et Mes derniers mots.

 

 

 

 

 

Sur Edgar Degas : P U N° 92

Mis en avant

La Pièce Unique n° 92 n’est pas d’un auteur mais sur un peintre : Edgar Degas (1834-1917).
Le petit livre des éditions Mille et une nuits, paru en 2012, est une compilation de textes sur lui et de lui. Peintre, dessinateur, graveur, sculpteur, photographe, fils de banquier, victime de krachs boursiers, collectionneur, solitaire, grinçant, antisémite : un homme dans toutes ses (im)perfections.
Dans cet ensemble de textes, on remarque l’écriture inventive de Félix Fénéon à l’occasion de la VIIIè exposition impressionniste, à propos des femmes représentées par Degas : « Des femmes emplissent de leur accroupissement cucurbitant la coque des tubs : (…) en une torsion qui la fait virante » (…) dégageant des seins en virgouleuses ».
On s’amuse aussi de l’humour vachard de Degas :
par exemple sur Cabanel : « Si vous montriez à Raphaël  un Daumier, il l’admirerait. Si vous lui montriez un Cabanel, il dirait avec un soupir : « ça, c’est ma faute. »

Voilà quelques Poèmes Express qui sont issus de ce livre :
– Bras trop longs de jockeys dans des paysages nus.
– La vie en cire épate la mort.
– Un petit notaire n’aime pas qu’un petit notaire bande.
– Descendant de sa gondole, en deuil, elle pleure.
– Le peintre veut ses noirs !…
– La femme qui fuit, lit.

Cette Pièce Unique est offerte à Eric Enjalbert, grand dessinateur, photographe, maquettiste, passionné par son métier, perfectionniste, sans qui les éditions Rue du Départ n’auraient jamais pu exister !

Chat bleu : novembre 2019 – 2)

Avec le Julienas, nous avons évoqué d’autres livres que ceux de Santiago Amigorena :

– La couturière de Frances de Pontes Peebles, traduit de l’anglais par Martine Leroy- Batistelli. Le livre sorti en 2008 aux USA y a reçu le prix Elle. On le trouve maintenant en poche, collection Points.
Cette auteure née dans le Nordeste brésilien, vit aux USA.
La couturière parle de deux soeurs dans les années 1930 au Brésil. L’une est enlevée par des « congaceros », des bandits qui exercent la terreur. Les vies séparées et extrêmement différentes de ces femmes.
– Virginia d’Emmanuelle Favier, Albin Michel, 2019 : une biographie subjective, les vingt premières années de Virginia Woolf, l’émergence de l’écriture. Emmanuelle Favier utilise le « nous« . C’est le regard de quelqu’un, maintenant, sur cette écrivaine.
– La beauté des jours de Claudie Gallay, en poche chez Babel : une femme qu’on croirait banale, 45 ans, postière, est une fan de la plasticienne Marina Abramovic qui engage son corps et son existence même dans son travail.
– La chambre des merveilles de Julien Sandrel, un premier roman à 37 ans, chez Calmann-Lévy, 2018 : Un enfant accidenté est plongé dans un coma profond. Sa mère trouve son journal, vit ses envies et vient lui raconter.
– La passagère du silence, texte autobiographique de Fabienne Verdier, paru en 2003, trouvable en Livre de Poche : une jeune fille de 16 ans, peintre, part en Chine et suit des cours de calligraphie. En ce moment, à Aix en Provence, on peut voir une exposition de Fabienne Verdier.
Errance d’Inio Assano, traduit par Thibaud Dosbief, aux éditions Made in : un mangaka entre deux livres. Tout se délite. « super bien », dit F. pour qui c’était le premier manga.

Nous sommes aussi revenus sur des livres déjà appréciés :
– Tropique de la violence de Nathacha Appanah, 2016, maintenant en Folio.
– Une année à la campagne de Sue Hubbell, (1988) aussi en Folio.
– Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee (1960), en J’ai Lu. Un film avec Gregory Peck : Du silence et des ombres et une belle BD sont issus de ce roman sur la période de la grande dépression en Alabama.

Rendez-vous au  jeudi 12 décembre

Chat bleu : novembre 2019 – 1)

Mis en avant

D’abord, les prochains rendez-vous :
– Le jeudi 12 décembre, prochain Chat bleu.
– Le vendredi 13 décembre, Au fil des Pages, à 18h30 : rencontre avec Serge Portelli pour Qui suis-je pour juger l’autre ? aux éditions du Sonneur, 2019.

Revenons à novembre :
Le Chat Bleu nous recevait avec deux beaujolais : en rouge, un grand Julienas, Le Bois du Chat, vieilles vignes, du château de Belle Verne, en agriculture raisonnée. Médaille d’or 2019 à la foire internationale du Gamay. Le blanc, cépage chardonnay, était du même domaine.

Ils accompagnaient trois livres de Santiago Amigorena, chez P O L  : Le ghetto intérieur  (2019), le dernier, qui fait un tabac et a été sur la liste de nombreux prix. Mes derniers mots (2015) et Une adolescence taciturne (2002), le presque premier. Amigorena écrit depuis longtemps, avec un peu la même envie que Proust : un grand oeuvre sur un sujet. Son sujet à lui n’est pas le temps mais le langage car Amigorena est un double exilé, parti enfant d’Argentine pour l’Uruguay et arrivé adolescent à Paris.
Le mutisme du grand-père du Ghetto intérieur ricoche sur celui de Santiago, enfant empêché, dans ses nouveaux lieux de vie.
Mes derniers mots a été mon préféré : il s’agit d’un mélange de S F et de poème ou de fable : un seul homme reste vivant. L’espèce humaine a détruit la terre, des bandes ont voyagé pour se sauver mais rien n’y a fait. C’est super-beau et dit en 2015 tout ce que nous entr’apercevons en 2019 !

Un Eric Vuillard : P U N° 91

Mis en avant

La Pièce Unique N° 91 est La Bataille d’Occident, paru en 2012, sur la Grande Guerre.
Comme chaque fois chez Vuillard, » branché histoire » autant qu’écrivain, on apprend beaucoup.
Comme chaque fois – dans Congo, L’ordre du jour, 14 juillet et les autres -, il s’agit d’une réflexion politique.

Ici, il nous présente les souverains des pays ennemis et alliés, tous de la même famille, pleins de morgue et de futilité. Il nous montre l’évolution des armements et les hommes qui meurent : p. 158 : » Bientôt tout le monde fut là. Tout un peuple jeune et joyeux fut plongé dans ces trous. (…) Il fallait bien les remplir, ces trous ! Il fallait remplir sept cent cinquante kilomètres de trous, sur six kilomètres de large. Il fallait établir un long collier de chair humaine entre ces deux pays »
Et il finit avec Morgan : p.179 : »banquier de l’entente »… « souverain du Trust de l’acier, le grand pourvoyeur de la guerre. Il prêtait à la France et à l’Angleterre l’argent avec quoi elles lui achetaient des armes. Et plus tard, bien après la guerre, il prêtera à l’Allemagne, et l’Allemagne paiera ses indemnités à la France, et Morgan exigera que la France lui règle ses factures. »


Comme chaque fois, c’est une écriture, pleine d’ironie (le plus réussi) ou d’emphase (quelques fois trop…).

Voilà quelques uns des « poèmes express » qui en sont sortis :
L’autre désire désirer et en prend le temps.
– La reine avait posé ses fesses dans les draps d’un dragon.
– L’Europe des grandes occasions : la guerre jusqu’au plus petit os du corps.
– Ils ont traîné les vagues sur le sable.
– S’envelopper de cheveux dans le grand hiver très froid.
– Des gentils petits mots de grands-pères vont macérer dans le schnaps.

Cette Pièce Unique ( 3 livres en un, texte original, un « poème express » et une actualité par jour) est offerte à Emmanuelle Chevalier, créatrice des éditions caennaises Le Vistemboir, femme enthousiaste et hyper accueillante.

Ouest Track et nous – en novembre 2019

Mis en avant

Dans la pastille Autour des livres, le 10 novembre ,

on vous dit qu’on a beaucoup de chance

 

 

Le 24 novembre, on évoque Santiago Amigorena..

Chat bleu : octobre 2019 – 2)

Mis en avant

Quelques fois, ce 3 octobre, nous n’étions pas d’accord  ! :
– Plusieurs ont lu Né d’aucune femme de Franck Bouysse, paru à la Manufacture des livres : R., dans ce livre très noir, a admiré la capacité de résistance de l’héroïne, mais cela l’a mise mal à l’aise. F. y a vu une caricature, a ri à certains moments, a de beaucoup préféré les romans précédents de Bouysse, dont Grossir le ciel. Cl., elle, l’a vraiment aimé, même si elle a trouvé la fin « bâclée ». Elle pense qu’un plan aussi machiavélique est possible.
– Avis divergents aussi sur Les choses humaines de Karin Thuil, en deux parties, une première très descriptive de la vie de trois personnes, la deuxième le procès. D. l’a vu comme le « page turner » incarné et un livre intéressant sur la différence entre céder et consentir. C. a pensé que l’auteure surfait juste sur un sujet à la mode.
-De même pour La folie Elisa  de Gwenaëlle Aubry, Mercure de France, 2018 : « Toutes ces femmes sous l’emprise d’un homme ! (…) On voit qu’elle fait des efforts pour avoir un beau style »… (ouah ! ) Ce à quoi C. répond : « Il y a des choses à sauver »…
– La vraie vie d’Adeline Dieudonné dont nous avions déjà parlé a entraîné d’autres désaccords.

Cette fois, vous le voyez, il y a eu de vraies « battles » !

Ensuite, chacun présentant quelque chose que les autres ne connaissaient pas : fin des « hostilités » :
– Les calendriers de Robert Cottard, ce facteur de campagne pris dans ses relations avec les gens, arrivé aux éditions de l’Olivier grâce à Agnès Desarthe (qui sera Au Fil des Pages le 20 novembre)
– Murène de Valentine Goby, Actes Sud, 2019 qui raconte le handicap, « les sensations du corps de façon fine et subtile ».-
– Par les routes de Sylvain Prudhomme, éditions l’Arbalète, 2019 : un homme retourne dans la ville de son adolescence.Un livre très fort sur le passage de l’âge, les gestes anodins, l’amitié.
– Jour de courage de Brigitte Giraud, Flammarion, 2019 : l’histoire de Magnus Hirschfeld, dont la bibliothèque a été l’objet du premier autodafé nazi, est racontée par un ado au cours d’un exposé qui lui permet de faire son coming-out.
Hadassa de Myriam Beaudoin, éditions Léméac. : une institutrice dans une classe de primaire d’une école juive orthodoxe au Canada. Sa bienveillance non intrusive.
– Oublier Klara d’Isabelle Autissier, Stock, 2019 : un roman, un retour sur le système soviétique.
– Dernier meurtre avant la fin du monde de Ben H. Winters, 10-18, traduction de Valentine Le Plouhinec. Entre polar et SF. Efficace.
– Borgo Vecchio de Giosue Calaciura, collection Notabilia chez Noir sur Blanc, 2019. Traduction de Lise Chapuis : Palerme dans les années 60 pendant deux jours, une ambiance de fantaisie à la Garcia Marquez.
– Retour à Lemberg de Philippe Sands, édition Albin Michel, 2017, traduction de Astrid von Busekist : ce juriste franco-anglais, invité pour une conférence dans la ville polonaise où a vécu son grand-père, se penche sur les deux  juristes qui sont à l’origine des concepts de « génocide » et de « crime contre l’humanité ». Un mélange d’essai et d’autobiographie. Hyper-intéressant.
– Contrée indienne et La colline des potences, de Dorothy Johnson, traduits par Lili Sztajn, dans la collection Totem de Gallmeister : une écrivaine américaine qui prit fait et cause pour les Indiens. De bons textes qui devinrent de grands westerns au cinéma. A (re)découvrir.

Prochains rendez-vous :
– Au Chat Bleu, le 7 novembre.
– Avec Agnès Desarthe, à la librairie Au Fil des Pages, le 20 novembre.

Chat Bleu : octobre 2019- 1)

Mis en avant

Nous étions nombreux pour cette rentrée et nous avons pu apprécier :

  • en rouge :  un grand cru du Beaujolais, un Juliénas, cuvée « Le bois de chat » du château de Belleverne, médaille d’or 2019.
    En agriculture raisonnée, ces vieilles vignes donnent du fruité, du floral et de petites notes épicées.
  •  en blanc : du même viticulteur, un Bourgogne 100% chardonnay, assez proche d’un Bourgogne aligoté
  •  en livres :

 – Un monde sans rivage d’Hélène Gaudy, Actes Sud, 2019 ( elle était invitée le 17 octobre à la librairie Au fil des pages, dans le cadre du festival Terres de Paroles.)
Ce livre d’Hélène Gaudy est sur la liste de nombreux prix dont le Goncourt des lycéens auquel participe le lycée François 1er.
Un monde sans rivage est l’histoire réelle de trois Danois qui, en 1897, sont partis en ballon pour le Pôle nord. Ces hommes ne sont jamais revenus mais, chose incroyable, en 1930, on a retrouvé le journal de bord de l’un d’eux et des photographies de l’expédition. On les a développées. Ce sont ces « strates de temps » qui ont entraîné la très belle écriture d’Hélène Gaudy, « j’interprète, je n’invente pas, j’interroge les traces » : nous a-t-elle dit.
– Le coeur de l’Europe d’Emmanuel Ruben, (éditions) la Contre Allée, 2018.
Emmanuel Ruben est géographe, voyageur, …cycliste ….et directeur de la maison Julien Gracq le long de la Loire. Son dernier livre, aux éditions Rivages, Sur la route du Danube, a obtenu le prix Nicolas Bouvier à Etonnants voyageurs 2019.
Ce petit  (91 pages) coeur de l’Europe est le (grand) récit d’un voyage en 2015 en ex-Yougoslavie, « devenu le pays des frontières ». Il nous emmène dans ses paysages, son histoire récente et bien plus ancienne.
– Eloge des bâtards d’Olivia Rosenthal, éditions Verticales 2019 : une communauté de jeunes gens se crée dans une ville malade de sa modernité. Un peu sur le principe du Décameron de Boccace, ils s’y racontent tour à tour. Ils sont surveillés mais ne semblent pas avoir peur. Ils se rebellent mais par des actions poétiques.

La suite, j’espère demain…

Mais notez déjà la prochaine date du Chat bleu : jeudi 7 novembre

Un Jean Giono : P U N° 90

Mis en avant

Le chant du monde de Jean Giono (1895-1970) est la Pièce Unique n° 90.
Une MERVEILLE !
Jean Giono disait qu’il écrivait des poèmes, pas des romans et, ici, c’est totalement vrai.
Giono a commencé la première version en 1931. Elle lui aurait été volée. Une deuxième version aurait elle aussi disparu, on ne sait comment. Il y retravaille jusqu’en 1934, année de sa parution chez Gallimard.
On n’a aucun moyen de savoir quand cela se passe. On se retrouve bien à un moment dans une ville de tanneurs, Villevieille, mais le plus gros du roman se passe dans la nature, le long d’un fleuve et dans la montagne au pays Rebeillard, auprès d’éleveurs de taureaux. C’est un hymne aux arbres, aux animaux, à la nuit. Les odeurs sont au premier plan. I repeat : « une MERVEILLE ! »

Quelques poèmes express qui en sont issus :
Givre fendu, grandes flaques de lune, nuit de plainte.
– Un petit frémissement d’oseraie, c’est du vivant.
– Laisse au coulant de l’épaule. Laisse les muscles.
– Souliers craquants et hanches de soie, la vieillesse reste dans la chambre des livres.
– Poil gris, grosse moufle devant le 
gouffre blanc.
– Comme un homme qui s’enfonce dans l’eau ou comme un pompon de laine.

Cette « Pièce Unique » n° 90, toit livres en un, est offerte à Charles Rousselin, peintre abstrait qui vit et travaille au Havre.

 

Ouest Track et nous : rentrée 2019

Mis en avant

Après le livre de voyage commun de Tanguy Viel et Christian Garcin, le 15 septembre,

A 11h, dans Viva Culture, et après cela en podcast, la pastille d’Autour des Livres
vous parle,
 le 29 septembre, de la catastrophe vue par Gaëlle Obiégly dans Une chose sérieuse et Olivia Rosenthal dans Eloge des bâtards, tous deux aux éditions Verticales.
le 13 octobre, d’Arno Bertina.
Le tout (ou presque), en lien avec le festival Ecrivains en bord de mer de juillet 2019.