Et c’est moi que je vois

Mis en avant

Et c’est moi que je vois  de François David aux éditions Le Vistemboir, 2020

François David est multiple : homme de théâtre, romancier, poète, à l’origine des éditions Motus dont il est maintenant directeur de collection
(si vous ne connaissez pas cette maison d’édition pour enfants – et pas que -, on vous  engage à aller voir ! ).
Il se montre, cette fois, aussi photographe, un drôle de photographe.

Et c’est moi que je vois est
histoire de « réflexion »
un faux « moi-je »
où il se montre sans le faire vraiment,
où il est pudeur
où il dit ce qui empêche,
et ce qui constitue, au plus profond,
ce qui vous rend f(l)ou aux autres et à vous-même.

Et c’est moi que je vois est un recueil de courts textes.
Petits moments autobiographiques, oui mais quand il parle de lui, il parle de nous, de nos manques, de nos peurs, de nos joies.
Petites méditations, pensées poétiques aussi, évidemment.

Forcément l’un de ces textes, au moins un, vous touchera.

« le patrimoine à ma sauce « 2) avec Isabelle Letélié

Mis en avant

L’écrivaine et journaliste Isabelle Letélié a proposé , cet été, trois sessions d’ateliers d’écriture en lien avec le patrimoine du Havre. Avec les écrivants, elle a 1) arpenté St François, 2) visité la cathédrale et 3) St Joseph.
Voilà un des résultats de l’atelier 2) de genre fantastique :

                                                  Palissandre
Un manchot*. Dans un sous-sol ou une mine ou dans le ventre d’une salle des machines. De la vapeur. Des hommes, beaucoup, s’activent. Et ce manchot qui ne fait rien, qui les fixe, comme un commandeur. De l’eau, beaucoup, à flots, qui monte, monte. Le manchot n’est plus là. Il n’a peut-être pas pu nager. Il est peut-être sous ces tonnes d’eau. Du feu aussi, du feu et des soldats, du feu et de l’eau. Des soldats dans l’eau. Des soldats, mais absents : sous l’eau ? Le manchot surgit, Neptune mais un seul bras et une gueule, une vraie gueule. Tout est accéléré, comme 24 images/ seconde qui passeraient en 72. Tout est muet. Non, tout était muet. Maintenant, sur le feu, l’eau, le manchot, il y a ce bruit, ce grincement, comme si on traînait du métal sur un sol grumeleux et ça s’impose, ça devient de plus en plus fort. A crier.
Ca sonne, ça grince, ça frotte. C’est froid, c’est sombre. Je ne comprends pas. Le son s’allonge, fluctue, fort, étouffé, inquiétant, comme si… comme si c’était…. je ne sais pas. J’ai l’impression que je connais ce bruit mais à chaque fois que je crois l’identifier, les mots me fuient. Les mots fuient mais la sensation reste : désagréable, bien plus que ça : épouvantable. Oui, c’est ça, je sens l’épouvante qui monte. Le son continue et l’horreur monte. Je n’ai jamais vécu cette montée ni la sensation qu’elle ne peut pas s’arrêter. Sensation atroce. Ça grince, c’est sombre, j’ai froid. Il n’y a personne que moi, ici. Il est tard. Il fait presque nuit. Et puis, ce son, à rendre fou.
Face à ce panneau de palissandre, celui-là. C’est devant celui-là que ça a commencé. Rien devant les onze autres. Ce panneau qui provient de la chapelle du paquebot Normandie*. Le plus luxueux paquebot de l’histoire de la navigation française, « Ruban bleu », le seul de France. Enorme, décoré par les plus grands : Lalique, Dunand, Ruhlmann et ces bas-reliefs de Le Bourgeois*. Les années 30 en majesté. Une courte exploitation, quatre ans de vie et deux moments de mort, au moins deux. Deux morts et mon père a assisté à l’une d’elles. Il était là en 1942, quand le feu a pris. Il travaillait. Il n’y avait presque plus rien à enlever du décor pour faire de tout ce luxe un vulgaire transport de troupes. Une étincelle minuscule et des tonnes d’eau pour tenter de réparer, réparer quoi ? l’irréparable.
Et moi, le petit Américain, plus de cinquante après, je me retrouve, touriste bête, dans cette ville-port, devant ce panneau et ça crie, ça hurle.
Je ne savais rien de ces objets dispersés dans des musées, des collections, une cathédrale.
Je ne savais pas non plus que l’un d’eux me « parlerait ».
                                                      ……………………
* : Blaise Cendrars a voyagé sur le Normandie (et aussi Mohamed V, Douglas Fairbanks, Marlène Dietrich).
* : Le Normandie a effectué 140 traversées entre Le Havre et New York de 1935 à 1939. Elles se faisaient en 4 jours, avec plus de 1300 membres d’équipage et jusqu’à 1971 passagers.
Fin 1941, il a été réquisitionné par les USA et rebaptisé USS Lafayette pour devenir transport de troupes. Le 9 février 1942, 3 000 hommes travaillent à bord et un incendie éclate. 6 000 tonnes d’eau sont déversées par les pompiers et il chavire. Il ne reflotte que fin octobre 1943, est vendu pour démolition en octobre 1946 et démoli de janvier à octobre 1947.
* : Le sculpteur Gaston Le Bourgeois (1880-1946) a créé le Chemin de Croix de la chapelle du bateau, maintenant installé dans la cathédrale du Havre.

« Anachroniques »

Mis en avant

 

SOUSCRIPTION

La lune, les laitues et moi.

Anachroniques d’un maraîcher

Clément Lechartier

Illustrations et maquette Eric Enjalbert

Un maraîcher revient sur ses dix dernières années de pratique au sein d’une Amap de la ville du Havre. En une cinquantaine de chroniques, il nous raconte son cheminement pour résoudre les problèmes concrets qui se posent dans la production bio, et son questionnement sur une agriculture paysanne. Mais son texte va bien au-delà. Clément le maraîcher cultive l’humour et les panais, la poésie et les laitues, la tendresse pour les patates qui germent, la sagesse de l’installation perpétuelle.

« Pour marcher droit, accroche ta charrue à une étoile. » dit un proverbe chinois. C’est ce que fait Clément. Et dès lors, ses légumes prennent une autre saveur. Un livre à consommer sans modération.

En souscription jusqu’au 15 septembre 2020 : 10 euros.

Prix de vente après le 15/09 : 13 euros

Chèque à l’ordre de : association La buse du Tôt, à envoyer à l’adresse du siège de l’association, avec vos coordonnées : La Buse du Tôt/Clément Lechartier, 36 Hameau du Tôt, 76280 Gonneville-la-Mallet, ou en espèces auprès d’un des membres de l’association.

Sortie prévue en septembre 2020.

 

Pirouésie au meilleur de sa forme

Mis en avant

de

Marie La Gouache

, grâce à Camille Philibert-Rossignol en atelier #Pirouésie avec Olivier Salon

MISE À L’INDEX
Cherche un médicament qui soignerait mes ex
tombés les malheureux ! en déréliction.
Mais je n’en trouve hélas ! aucun dans le Codex
qui puisse mettre fin à leur dépression.
Le Ferdinand qu’était déjà pauvre en cortex
Que lui recommander ? L’irradiation ?
Le cher Bertrand qu’était un grand fan du latex,
vaudrait-il mieux qu’il le prenne en décoction ?
Marie t’as plongé dans l’affabulation,
tes amours sont gravées dans le verre Pyrex,
dans la tête c’est sûr t’as un vélo-solex !
Quand je te vois fringuée dans ta cote en lurex
qui te fait ressembler au pire des T-Rex :
des sexes c’est l’impossible réunion.
(Que Marot et Ronsard me pardonnent !)

Chat Bleu, le retour 3) juin-juillet 2020 :

Mis en avant

Mais nous n’avons pas évoqué que ces livres-là : voilà, dans le complet désordre :

 

  • Le bal des folles de Victoria Mas : premier livre, plus ou moins documentaire sur l’hystérie au 19 ème siècle, « qui manque d’empathie ».

L’abattoir de verre de J. M. Coetzee, traduction de Georges Lory : sept nouvelles avec le personnage, déjà évoqué dans un précédent roman, d’Elizabeth Costello.

  • Les larmes noires sur la terre de Sandrine Colette : « fort ! »
  • Le mystère de la chambre 622 de Joe Dickers : aimé par une et pas par une autre.
  • Ceux qui partent de Jeanne Benameur, Actes Sud, sur l’exil, la migration : « Cette auteure, c’est toujours bien »
  • Dé mem brer de Joyce Carol Oates, traduit par Christine Auché, éditions Philippe Rey, 2020 : sept nouvelles « gothiques », avec des femmes . D’elle aussi, on dit : « Oates, c’est toujours bien. »
  • Vache tachetée et concombre fugitif : compilation d’articles, de chroniques, de récits d’Octave Mirbeau (1848-1917), collection » l’exhumérante », éditions L’arbre vengeur.
  • Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin McArthur, traduction de France Camus-Pichon, Albin Michel, 2019 : un premier roman après un recueil de nouvelles : on est dans le Vermont, de 1848 à 1996.
  • des histoires d’épidémie… tiens donc !…: En un monde parfait de Laura Kasischke, traduit par Eric Chedaille, en Folio en 2020. L’aveuglement de José Saramago, traduit par Geneviève Leibrich, 2000, Points. La quarantaine de Le Clezio, 1997, Folio.
  • Le tiers-temps de Maylis Besserie, éditions Gallimard 2020 : le premier roman de cette productrice à France-Culture : les derniers mois imaginés de Samuel Beckett dans la maison de retraite parisienne nommée Le Tiers Temps où il a réellement fini ses jours.
  •  Et puis, on est revenus sur des livres déjà évoqués et beaucoup aimés :  de Rodolphe Barry, chez Finitude : Honorer la fureur, de Joseph O’Connor : Le bal des ombres. L’ordre du jour d’Eric Vuillard : « ouah ! »

Enfin, des classiques que le confinement nous a donné envie de relire : La peste d’Albert Camus, évidemment, Orgueil et préjugé de Jane Austen : « délicieusement ennuyeux », Récits de Kolyma de Varlam Chalamov : …un autre enfermement…

Si le coronavirus nous laisse tranquilles…
nous vous donnons rendez-vous au Chat Bleu le jeudi 17 septembre
et vous souhaitons un bel été.

Chat Bleu, le retour 2) juin-juillet 2020 :

Mis en avant

Et puis il y a eu le vrai retour au Chat Bleu, le 16 juillet :
Nsenga nous accueillait avec deux vins italiens : en blanc, un AOP Frascatti, sec avec une légère pointe de fruit et une belle robe jaune-vert. En rouge, un Cantina Tollo, bio, léger, dans le fruit.

(on vous rassure, nous avions aussi bu en juin…)

  •     , éditions Asphalte, 2020, traduction Maïra Muchnik : un pseudo-polar : il y a bien une mort, un policier, une explication mais ce n’est pas là que le livre nous a plu. Ce qui fascine, c’est le lieu, loin de tout, l’image enneigée d’un pays auquel on ne pense pas sous la neige, le rythme et les décisions étonnantes de l’enquêteur.
  • Les hommes d’août  de Sergueï Lebedev, 2019, éditions Verdier, traduit par Luba Jurgenson : de l’URSS du tout début à la Russie de Poutine : un jeune homme, d’abord à la recherche de son grand-père, devient spécialiste de ces recherches dans les goulags.
  • Le répondeur de Luc Blanvillain, éditions Quidam, 2020 : un premier roman : un imitateur est contacté par un écrivain célèbre pour qu’il prenne sa place  au téléphone pendant qu’il écrit le livre qui lui tient à coeur. Il lui laisse son portable et des éléments pour assurer à sa place. Et c’est drôle !

 

 

 

Chat Bleu, le retour 1) juin- juillet 2020

Bon, on avait fait un faux Chat Bleu, informel, en appartement, juste après le déconfinement :

On y avait évoqué :
– Oppenheimer, premier livre de Aaron Tucker, édition La Peuplade, traduction française de 2020 de Rachel Martinez. Comme son titre l’indique, c’est sur Julius Oppenheimer, physicien, un des plus hauts responsables de LA bombe, la première, au moment de sa création dans le désert américain. Mais c’est un roman.
– Prins de Cesar Aira, chez Christian Bourgois, 2019 (voir un post précédent,  pendant le confinement)
– J’entends des regards que vous croyez muets d’Arnaud Cathrine, 2019, éditions Verticales : 65 récits brefs, « volés » à des gens croisés. Des gens à qui l’auteur prête une vie. Comme on le fait tous, peut-être. Mais lui, il les écrit.

Retour de Marie A. sur la P. U. N° 103

Mis en avant

Pièce Unique N° 103 de

Catherine Hémery Bernet
Trois lectures en un ouvrage :
– « Rondeur des jours », Contes de Jean Giono
– Sélection par Ca He Be de choses lues dans les quotidiens nationaux et entendues sur France Culture
– Poèmes express de C.H.-B. sur le modèle de Lucien Suel
Premier poème express le 26 janvier 2020 :
La route
a voulu nous persuader que nous allions vers quelque chose.
Dernier poème express le 11 juin 2020 :
Grands clous de douleur
et
petits souliers légers.

Un Arnaud Cathrine : P U N° 106

Mis en avant

 Pièce Unique n° 106 :
Les yeux secs,
 premier livre d’Arnaud Cathrine, paru en 1998 aux éditions Verticales et, en poche, en J’ai Lu.
C’est une histoire de guerre civile, de peur, de décisions à prendre, de confiance ou pas, de résistance ou pas, de collaboration ou pas. On ne connaît pas le contexte. Seuls des noms, des prénoms (Odell, Hamjha) pourraient nous aider. Le style a un côté un peu emphatique quelques fois, surtout si on le compare avec son dernier livre paru : J’entends des regards que vous croyez muets (éd. Verticales 2019).

Voilà des Poèmes Express issus de Les yeux secs :
– Fermer, ouvrir. L’odeur venait d’une sueur.
– Les hommes passent la grille et envahissent le tapis.
– Je repense à un soir, un dîner, un air inquiet.
– Nous ruer l’un contre l’autre et ramasser la frayeur.
– Faire taire les cernes.
– La lame dans le cervelet rempli.
– Ils terminèrent le temps.

La P. U N° 106 est offerte à Isabelle Letélié, efficace animatrice d’ateliers d’écriture, journaliste et auteure.

Un Cynthia Ozick : P U N° 105

Mis en avant

Avant d’écrire ceci, j’ai relu le texte si incroyablement positif de Jean-Pierre Suaudeau. Qu’il en soit encore remercié !!!
Je rajouterai juste que ces Pièces Uniques me sont un moyen de découvrir des livres de l’histoire littéraire, parus il y a longtemps, dans un monde où sortent des centaines de textes qui poussent les précédents dans l’oubli. C’est une façon de dire ma croyance en une littérature patrimoine, en un fonds inaltérable. Une façon de partager cette croyance.
OK, on s’en fout,
OK, c’est pompeux,
mais c’est ça.

La Pièce Unique N° 105 est Le châle de Cynthia Ozick, née en 1928, à New York.
Le châle est un texte court, paru aux USA en 1980 et en 1991 en France. C’est un texte incroyable, une atroce merveille. Dans les premières pages, absolument saisissantes, nous sommes en Pologne en 1945. La suite se passe aux Etats-Unis, parle de folie, de solitude et d’orgueil.

Voilà quelques Poèmes Express issus du texte :
Entre ses seins, un bébé rond sentait.
– La bouche d’un homme en uniforme regorgeait de barbelés.
– Plastique brun déchiré, chemise passée, téléphone coupé.
– Touchez pas à un lapin, pelez un rendez-vous.
– Femme de plastique, j’ai le sentiment un peu technique.
– Le bleu de sa robe près du lit. Petit dieu des folles.

La P U N° 105 est offerte à Catherine D., collègue de radio (Ouest Track), branchée art contemporain et livres.