Au Chat Bleu en février

Nous pouvions boire en rouge du Saint Amour du domaine du Paradis, un petit gamay, un cépage assez simple mais bon !
En blanc, c’était un chardonnay d’Afrique du Sud, Colombard. Un vin très expressif, cépage côtes de Gascogne.

Il a surtout été question de livres de la rentrée de septembre 2016 :
Wet Eye Glasses– Désorientale de Négar Djavari, ed. Liana Levi : Un livre qui nous fait passer de l’ Iran à l’ Europe mais surtout d’un temps de l’ andarouni (harem) à celui de la F.I.V. En trois générations. La narratrice est d’un milieu aisé, intellectuel, dissident aussi bien vis à vis du Shah que des mollahs. Si elle présente des moments cocasses de la vie des femmes iraniennes : l’arrivée à l’hôpital avant l’accouchement (p. 96), les réunions de femmes parlant de leur  » vâjan, vâdjan ou vadjin » (p. 106), elle dit aussi la difficulté de vivre dans un autre pays : « Car, pour s’intégrer à une culture, , il faut, je vous le certifie, se désintégrer d’abord, du moins partiellement, de la sienne. Se désunir, se désagréger, se dissocier. »
– 
Le grand jeu de Céline Minard, aux éditions Rivages. Présente au Goût des autres pour une rencontre avec Bertrand Tavernier à propos du western (son Faillir être flingué en 2013), elle passe de genre en genre. Là, on croit d’abord être dans le nature writing puis on se retrouve à la limite du taoïsme et du film chinois. Une femme s’est installée seule dans un « tube de vie »  » à demi-appuyé, à demi suspendu à un éperon granitique »  dans la montagne qui est le personnage principal du livre. La femme marche, escalade puis s’aperçoit que quelqu’un d’autre est là…
Nous étions deux à l’avoir lu, quelqu’un totalement pour, l’autre contre…
Unknown-1– Détroit, dit-elle, ed. Verticales, de Marianne Rubinstein, elle aussi invitée du Goût des autres. M. Rubinstein écrit mais enseigne aussi l’économie ( Paris VII) et c’est de là qu’elle parle de la ville ruinée et résiliente, Détroit. Il s’agit d’un documentaire sur l’histoire de la ville de l’automobile, sa population de plus en plus noire, la crise des subprimes, son abandon, sa réinvention, les raisons de tout cela. Une lecture qui complète bien le roman de Reverdy.
De nos frères blessés de Joseph Andras, Actes Sud. Un texte qui se veut réhabilitation. Celle de Fernand Iveton, le seul Européen décapité en 1957 pour terrorisme. Pour son engagement dans le F L N et une bombe non explosée.

turquoise-1861785__340Les rencontres du Chat Bleu : les jeudis 2 mars, 6 avril, 4 mai, 1er juin et 6 juillet …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =