Chat bleu : décembre 2019 – 1)

Mis en avant

D’abord, les prochaines dates :
 9 janvier
– 6 février
– 5 mars

Le Chat bleu, en décembre, nous recevait avec du Pinot noir d’Alsace du producteur Jean-Baptiste Adam, d’une famille de vignerons depuis deux siècles.
Le rouge, typique du Pinot, au tanin assez soyeux, dans le fruit mais pas trop. Le blanc, en bio, sec mais fruité, vif en bouche, découverte de l’année pour Nsenga.

Ces vins accompagnaient :

– Autour de mon cou, recueil de 12 nouvelles de Chimamanda Ngozi Adichie, traduit par Mona de Pracontal, paru en 2013 chez Gallimard, trouvable en Folio.
Des histoires mêlant Afrique et USA. Un ton sec. Peu de sentiments, des faits. Les personnages sont souvent des femmes, très fortes dans leur détachement face à des situations qui permettraient le pathos : de l’épouse nigériane vivant dans une banlieue chic américaine, seule avec les enfants, qui apprend que son mari a une jeune maîtresse au Nigéria, à la jeune fille aisée cachée pendant une émeute, en passant par l’écrivaine en résidence d’auteurs noirs créée par un Blanc qui critique leur production. Ces nouvelles nous donnent une vision différente de l’Afrique, montrée surtout du côté des nantis ou des intellectuels.
Mon histoire avec Robert de Patrice Robin, P O L, 2019 :
Un livre d’admiration pour le Robert du titre, le cinéaste américain Robert Kramer. Mort en 1999, ce documentariste est/était  plus apprécié par les Français que par ses compatriotes pour lesquels il était un peu trop engagé, par exemple, contre la guerre du Vietnam.
Mon histoire avec Robert est aussi un livre autobiographique : Patrice Robin est un peu l’ Annie Ernaux masculin : parents petits commerçants dans une bourgade, il est devenu écrivain. Il a entre autres vécu au Havre où il a été animateur à la Maison de la Culture.
– Une enquête au pays de Driss Chraïbi, édition du Seuil, 1981, en Point poche.
Driss Chraïbi (1926-2007) a écrit à partir de 1954 mais n’a commencé à écrire des « polars » qu’en 1981. Celui-ci est le premier avec le personnage récurrent de l’inspecteur Ali qui est un Scapin marocain. Et c’est jouissif !

Un Gianni Celati : P.U. N° 94

Aventures en Afrique de Gianni Celati, paru en Italie en 1998, traduit par Pascaline Nicou, est sorti aux éditions du Serpent à plumes en 2002.

Gianni Celati, traducteur et universitaire, voyage en 1997 avec l’ethnologue et Oulipien italien Jean Talon : Mali, Sénégal, Mauritanie. Le point de départ est un projet de documentaire. Le projet change de sujet tout au long du voyage et ne verra jamais le jour. Gianni Celati tient le journal du voyage au plus près de ce qui se passe : du bus qui doit se remplir à ras bord avant de partir, à la façon d’être des hommes vis-à-vis des femmes dans les transports, en passant par les jeunes hommes insistants qui se présentent comme guide ou taxi, les vendeurs de tout qui ne s’avouent jamais vaincus ou les hôtels pour blancs.

Le Serpent à plumes, créé sous forme de revue en 1988, était devenu maison d’édition en 1993. Repris en 2004, il a été placé en cessation d’activité fin 2018 après avoir été intégré au groupe La Martinière …

Voilà quelques poèmes express issus de la Pièce Unique N°94 :
– Le profil se laisse aller quand la tête a beaucoup de plaisir.
– Asphalte sans asphalte, l’énorme terrain de golf au bord du Niger.
– Devant la station-service, un type se lave les turbans.
Je resterais dans les rues de sable, lézard tout terrain.
– L’aube devient digne des aventures d’une carte de crédit.
Ce matinj’avais la tête ailleurs. Vers midi, je suis rempli de terre.
– La vie passe avec un bruit doux. Horizon plat. Dîner dehors.
– Aujourd’hui, c’est moi qui fais le fantôme.

La Pièce Unique N° 94 est offerte à madame M. qui a traversé les continents avant de s’installer à Bruxelles où elle continue à peindre.

Un Driss Chraïbi : P.U N°93

Une enquête au pays, de Driss Chraïbi (1926-2007).
Né au Maroc, élevé dans une société bourgeoise, Driss Chraïbi étudie et vit en France. Son premier roman sort en 1954 : Le passé simple. Le livre, une fausse autobiographie, fait scandale : « J’avais brisé le tabou : j’avais parlé en mon nom , pas au nom de la tribu. »
A partir de 1981, jusqu’en 2004, il écrit des romans policiers avec un personnage récurrent, l’inspecteur Ali. Une enquête au pays est le premier de cette série. Le personnage de l’inspecteur est un Scapin marocain avec un chef prétentieux et odieux dans un Maroc d’après le protectorat qui veut vivre à l’occidentale en ville et qui se meurt ailleurs. C’est drôle, jouissif et, comme tous les bons romans noirs, c’est bien plus que ça : une radiographie du pays.

Voilà quelques « Poèmes express » nés de ce texte :
– Un inspecteur incapable, ça existe ! Cervelle vide…avec piscine.
– Il est simple de réfléchir : le crâne renifle.
– Partir de rien. Tomber dès le début. Pas comme 007.
– La télévision tendait à remplacer les yeux.
– Allah et le prophète détournaient la tête. Adam et Eve traînaient et les siècles étaient.
– Le son d’une déchirure. Un cri et s’allonger.
– Le plus dur avait été d’entrer dans la tête des mots.

Cette Pièce Unique N° 93 a été offerte à Serge Portelli, venu parler de son livre aux éditions du Sonneur, Qui suis-je pour juger l’autre ? Un homme et un texte pleins d’humanité pour une justice plus juste.

Ouest Track et nous – en décembre 2019

Mis en avant

Dans Vivaculture, sur Ouest-Track, à 11h -et après, en podcast- : Autour des livres :

  • Le 8 décembre : Ellroy, Les Boréales, Serge Portelli

 

 

 

 

  • Le 22 décembre, on approfondit sur Santiago Amigorena et Mes derniers mots.

 

 

 

 

 

Sur Edgar Degas : P U N° 92

La Pièce Unique n° 92 n’est pas d’un auteur mais sur un peintre : Edgar Degas (1834-1917).
Le petit livre des éditions Mille et une nuits, paru en 2012, est une compilation de textes sur lui et de lui. Peintre, dessinateur, graveur, sculpteur, photographe, fils de banquier, victime de krachs boursiers, collectionneur, solitaire, grinçant, antisémite : un homme dans toutes ses (im)perfections.
Dans cet ensemble de textes, on remarque l’écriture inventive de Félix Fénéon à l’occasion de la VIIIè exposition impressionniste, à propos des femmes représentées par Degas : « Des femmes emplissent de leur accroupissement cucurbitant la coque des tubs : (…) en une torsion qui la fait virante » (…) dégageant des seins en virgouleuses ».
On s’amuse aussi de l’humour vachard de Degas :
par exemple sur Cabanel : « Si vous montriez à Raphaël  un Daumier, il l’admirerait. Si vous lui montriez un Cabanel, il dirait avec un soupir : « ça, c’est ma faute. »

Voilà quelques Poèmes Express qui sont issus de ce livre :
– Bras trop longs de jockeys dans des paysages nus.
– La vie en cire épate la mort.
– Un petit notaire n’aime pas qu’un petit notaire bande.
– Descendant de sa gondole, en deuil, elle pleure.
– Le peintre veut ses noirs !…
– La femme qui fuit, lit.

Cette Pièce Unique est offerte à Eric Enjalbert, grand dessinateur, photographe, maquettiste, passionné par son métier, perfectionniste, sans qui les éditions Rue du Départ n’auraient jamais pu exister !