N° 66 : un Pessoa

Mis en avant

Lisbonne de Fernando Pessoa (1888-1935) est la Pièce Unique n° 66. Ce « guide » amoureux de la ville est paru en 1995 chez Anatolia puis en 10-18. J’avoue… mon premier Pessoa et…pas forcément le plus intéressant, à moins de le prendre avec soi pour visiter Lisbonne, ville qu’il adorait, ville de son enfance, retrouvée après huit ans passés à Durban. Monuments et histoire. Promenade accompagnée.

Voilà quelques Poèmes Express issus de ce livret :
Populaire, il offre l’heure et les dates des batailles.
– Un parcours de golf borde l’asile pour les pauvres.
– Le roi est mieux conservé que son caveau ; marché aux puces.
– Au deuxième étage, des jésuites s’entassent ; ils ornaient jadis l’étage inférieur.
– Splendeur inégalée du touriste en argent au moment où il pèse cent 
kilos.
– Enceinte est la princesse d’une petite éminence artistique.

La P.U. n° 66 est offerte à Sophie B.
R.P. au théâtre de Gennevilliers, inconditionnelle du Portugal et, plus encore, du Brésil. Traductrice pour ses amis et ouverte aux livres.

N° 65 : à Hélène Gaudy

Mis en avant

La Pièce Unique n° 65 est partie de : En descendant les fleuves. Carnets de l’Extrême-Orient russe d’Eric Faye et Christian Garcin (2011 éditions Stock, 2013 J’ai Lu).
Récit d’un voyage effectué en 2010 en Sibérie, sur la Lena, de Iakoutsk à Tiksi tout au nord, sur l’océan glacial Arctique puis Khabarovsk, puis le Birobidjan, enfin Vladivostok. Des noms qui font – ou faisaient – rêver les auteurs. Et nous font rêver.
Christian Garcin et Eric Faye ont été tous deux publiés pour la première fois en 1992. Tous deux sont romanciers, nouvellistes, essayistes et voyageurs. Ils ont depuis ce livre re-voyagé et publié ensemble : Sur les pas d’Alexandra David-Neel, éditions Stock, 2018.

Quelques Poèmes Express sortis de ce En descendant les fleuves :
– Quatre ans plus tôt, je filais sur un sol gelé et fis ces enfants-là : une erreur.
– Les Russes ivres sont possibles.
– Monastique, la sensation d’envasement.
– Un porte-conteneurs fleurit dans la quiétude, raidi par le gel.
– Les bidons crevés crissaient sous la neige mordue par des plantes rouges.
– Jolie fille à talons aiguilles, sosie d’une souris fine, typique des publicités Bling-bling.

Cette Pièce Unique est envoyée à Hélène Gaudy, auteure pour moi d’un des plus beaux livres qui soient : Une île, une forteresse paru en 2016. Hélène Gaudy fait partie du collectif Inculte. Elle dit que ce qui la fait écrire, ce sont les lieux. Terezin pour Une île, une forteresse. Une petite ville américaine inventée, à la Russell Banks, pour Plein hiver  (2014, Actes Sud).
Nous lui envoyons donc ce récit de voyage sibérien pour tous les lieux qu’il contient.

Pirouésie 2018

Mis en avant

C’est fini et c’est passé peut-être encore plus vite que d’habitude !

Ateliers avec :
_ Henry Landroit : à partir d’une nouvelle de Félix Fénéon (1861-1944) qui rendit compte de 1260 faits divers, trouvables aux éditions cent pages cosaques, 2009.
Amélie Charcosset : sur le thème
– du choix : « Préfères-tu ? »
– du 
corps après lecture d’un extrait de Sei Shonagon : « Les choses qui : … font mal… battre le coeur… tenir droit…etc
Olivier Salon : encore à partir de Félix Fénéon, mais d’une seule « brève » cette fois : « Catherine Rosello, de Toulon, mère de quatre enfants, voulut éviter un train de marchandises. Un train de voyageurs l’écrasa. » à décliner selon des consignes tirées au hasard parmi une vingtaine de possibles : allitération en K, périphrase, olfactif etc…
Francis Tabouret : (Vous vous rappelez ! Traversée, édition POL ! ) : sur les métiers avec, par exemple, l’exercice du « gestomètre ».
Benoît Richter :
– une nouvelle en trois parties, de trois points de vue différents, la deuxième partie faisant la moitié de la deuxième et la troisième, la moitié de la deuxième.
– un « conte inversé » comme, ci-contre,  » Histoire de la roue qui a inventé l’homme » aux éditions Mémo.

Bon, mais là, ce ne sont que les ateliers que j’ai suivis ! Il y en avait plein d’autres, avec ou sans promenades, avec d’autres animateurs, d’autres médias comme : le collage avec Philippe Lemaire, la danse avec Olivier Viaud, la gravure avec Marie Vilain, la voix avec Thomas Suel et cette fois, aussi, web-radio ! Podcast possible.

Bon, mais là, ce ne sont que les ateliers ! A chaque soir, son spectacle : en voilà quelques uns :
Nationale 20, un hommage à Jean-Marc Rainsant que nous voyions là chaque année, féru de mots et de piano.
– deux soirées Thomas Suel : !!!!!
– Comme chaque année, le travail théâtral de Jeanne Carillon avec les enfants : cette fois, Histoires de famille. Toujours incroyable !

Puis, final convivial : le bal de La vandale.