P. U. 52 – Bill Cardoso

Mis en avant

K O à la 8ème reprise de Bill Cardoso, aux éditions Allia est la Pièce Unique n° 52.
Bill Cardoso (1937-2006), écrivain, reporter, proche de Hunter S.Thompson a, comme lui, fait du « nouveau journalisme » : il apparait donc dans les histoires vraies qu’il raconte.
Ici, en 1974, à Kinshasa (RDC),c’est le combat pour le championnat du monde poids lourd de boxe de Mohammed Ali contre George Foreman que Cardoso est censé couvrir pour le New York Times. Prévu le 24 septembre, le combat est repoussé ; le journaliste doit rester plus de 50 jours dans le Zaïre de Mobutu et c’est autant de cela qu’il est question dans le livre : la toute puissance du dictateur, l’atmosphère du pays, l’impression d’être piégé.

Quelques « poèmes express » de cette Pièce Unique :
Billets et peau de léopard dans tous les halls d’hôtel et dans la chambre 263.
– Sur la 55 ème rue orwellienne rentre un vol de nuit.
– Tu places un gars face à lui, au 6 ème round, il peut devenir psychologue.
– Pour finir le Congo belge, N. ne cessait de répéter « dehors, dehors ».
– Cinquante nuits m’ont accueilli. Un membre m’a pris.
– Le gorille tout droit sorti de la villa balbutia : Quel ambassadeur ?… Le bleu.

Cette P.U. 52 est offerte à Ludovic Pacot-Grivel, responsable artistique du joli petit théâtre des Bains Douches (Le Havre) depuis 2006. Comédien, metteur en scène, programmateur et professeur, il fait partie de l’aventure Terres de Paroles depuis 2016 et, dans ce cadre, monte cette année J’appelle mes frères, une superbe pièce de Jonas Hassen Khemiri.

Nos Salons :

Mis en avant

Voilà quelques événements auxquels nous devons participer dans les prochains mois :

– Salon Le Livre et ses Métiers d’Art, à Montreuil-Bellay en Anjou (49), les 23, 24, 25 février.
C’est la quatrième édition mais une première pour nous, permise par la belle rencontre avec Evelyne Sagot, relieuse. (www.anima-libri.fr).

– Salon l’Autre Mars, à Paris, au Palais de la Femme -Charonne, les 16-17-18 mars.

– Salon à Montivilliers (76) le 24 mars.

– Salon Epoque, à Caen (14), les 26 et 27 mai.

– Festival Le Polar à la Plage, Le Havre (76), les 16 et 17 juin.

Mais nous en reparlerons !

Chat Bleu de février

Mis en avant

Cette fois, nous pouvions choisir entre beaujolais et beaujolais. Rouge et blanc. Les deux étaient du même producteur : château de Belleverne, d’agriculture biologique, travaillant de petites parcelles. Le rouge : un Saint Amour, cuvée « La Madone » : un vin souple, dans le fruit, assez vif. Le blanc, sec, avec une petite pointe de fruit.
Les livres :
– de la S.F. :Le pense-bête de Fritz Leiber (1910-1992), publié la première fois en 1962 aux USA, maintenant trouvable aux éditions Le Passager Clandestin, collection Dyschroniques. Cette collection a pour programme : « Lorsque les futurs d’hier rencontrent notre présent… ». Leiber imagine l’homme assisté par ordinateur, ici appelé « mémoriseur ». Greffé sur l’épaule, il prend bientôt le pouvoir sur la société et les cerveaux qui croient l’utiliser.
– un document : Dans la peau d’un chef de gang de Sudhir Verkatesh, texte de 2008 aux USA, édité chez 10-18. L’auteur est, au moment où commence ce livre, étudiant en sociologie à l’université de Chicago. Allant à l’encontre du mode opératoire habituel de l’étude sociologique et même de la légalité, il est au contact d’un jeune chef de gang vendeur de crack et il raconte tout ce qu’il voit, ce qu’on lui permet de vivre et de comprendre du fonctionnement du territoire de ce gang : règlements de compte, discipline, place des femmes etc.

Puis,
– liée à la sortie du film, relecture de La Promesse de l’aube de Romain Gary et, dans la foulée, du même auteur, une chronique, Chien blanc », en Folio.
Le diable par la queue de Paul Auster, 1996, Actes Sud, suite à sa venue au festival le Goût des autres.
Dankala d’Isabelle Sivan, éditions Serge Safran, 2018 : un premier roman se passant dans un pays (imaginaire) d’Afrique, continent où l’auteure a passé son enfance, un focus sur les expatriés qui s’y ennuient alors que des assassinats ont lieu.
Paysage perdu de Joyce Carol Oates, édition Philippe Rey : la vie de cette grande et prolifique écrivain jusqu’en 2006, par petites touches.
La beauté des jours de Claudie Gallay, Actes Sud 2017 : une femme, sa vie ordinaire croise celle de l’artiste Marina Abramovic. Fascination.
la femme de l’ombre d’Arnaldur Indridason, Métailié, 2017 : histoires qui s’enchevêtrent dans l’Islande, occupée par les Américains, des années 1940.
Eclipses japonaises d’Eric Faye, Seuil, 2016, trouvable en Points : des personnes qui se volatilisent…
– enfin, un essai : Internet rend-il bête ? de Nicholas Carr, 2011, éditions Robert Laffont : nos développements cérébraux sont modifiés par l’ordinateur… (Eh Eh ! on revient au Fritz Leiber du début…)

Prochain Chat Bleu : jeudi 22 mars.

Noëlle Châtelet – n° 51

Mis en avant

Noëlle Châtelet a écrit La dernière leçon en 2003. Un livre témoignage dont elle espérait peut-être qu’il ferait changer la loi sur la fin de vie. Un livre sur la mort voulue, programmée, mise en place par sa mère de 92 ans, calmement, de manière réfléchie, sans pathos.
Ce livre, s’il n’a pas changé la loi, a été prix Renaudot des lycéens 2004.
Noëlle Châtelet est philosophe mais ce n’est pas sous cette étiquette qu’elle a écrit ce texte. C’est sous celle de fille immensément proche de sa mère qu’elle raconte la préparation, les mois passés à entendre, comprendre puis accepter le geste définitif que VEUT cette personne, ancienne sage-femme, le droit qu’elle revendique : mourir dans la dignité, au moment où elle sent ses forces s’en aller, où elle sait qu’elle ne sera plus ce qu’elle a été, un être responsable, entier et qu’elle refuse cet état de chose.

J’avais acheté ce livre en collection Points en pensant pouvoir le travailler avec des élèves allant en EHPAD. Je ne l’ai pas fait car, plus qu’un livre sur la fin de vie ou la personne âgée, il s’agit d’une incroyable lettre d’amour, fusionnel, rare. Un amour qui accepte la décision définitive de l’autre.

Il est devenu la Pièce Unique n° 51 sous le titre de Le non carre le délit.
En voilà quelques poèmes express :
Je t’avais fait dans les bras aimants à bords coupants.
– Un flocon de neige envie la brousse et le crocodile.
– C’était ma liberté de m’empêcher.
– Sous le vent de novembre et le ciel trop bas, Dieu a un peu raison.
– Manquement, petites trahisons, liste en toute lucidité.
– A chacune de mes pierres, tu voyais des diamants.

Comment offrir ce livre ? A qui ? Le hasard -d’une boîte à livres ou d’une loterie au Chat Bleu- en décidera.