Nouveauté : « Entravés » dans notre collection Voyageur

Mis en avant

Entravés  de Samia Kachkachi et Marie Thémenet est prêt. Prêt pour le salon Livre Paris ! Comme toujours, c’est un peu à l’arrache mais tellement beau !
Nous avons transformé la collection Voyageur. Nous en gardons le format, la couverture, la carte mais ce n’est plus un CARNET-livre, Pourquoi ? Parce que tout le monde trouvait ça super… APRES… explication orale…malgré le texte de la 4è de couv… Quel libraire a le temps d’expliquer ? Aucun. Donc plus de carnet mais un petit livre d’art et poésie.

Entravés est né des lino-gravures de Samia Kachkachi, Nous aimons cette épaisseur du trait, cette qualité du noir, proches des couvertures de la collection Voyage noir. Nous aimons leur côté enfantin démenti par leur sens :  nous sommes entravés, enserrés, empêchés par les autres, ceux qui nous aiment ou pas, par nous-mêmes souvent.
(Ah Ah ! cette image n’apparaît pas dans Entravés…

Les très courts textes qui  accompagnent les Entravés ont été choisis par S. Kachkachi. Ils parlent aussi du corps, ont aussi une forme d’humour. Ils sont écrits à la manière des « poèmes express » de Lucien Suel.
Marie Thémenet a rencontré Lucien Suel au festival de Pirouésie animé par Robert Rapilly autour d’Oulipiens (Jacques Jouet, Olivier Salon, Frédéric Forte…) et d’ouliphiles (Amélie Charcosset, Jany Pineau…).

 

Pièce unique n° 30 : un Jérémy Guez

  Paris la nuit de Jérémy Guez est la pièce unique n° 30.
Jérémy Guez est auteur, scénariste surtout. Ce livre est son deuxième, paru chez La Tengo éditions en 2010, trouvable en poche chez J’ai lu. A 18 ans, il écrit les premières pages de ce court roman, la dérive d’un jeune sans idéal. Ce petit dealer veut devenir grand bandit et il s’attaque à plus gros que lui…

Passé à la moulinette des Poèmes Express, Paris la nuit devient : Tu liras, Pina !
En voilà quelques exemples (en plus des 4 reproduits dans Entravés qui vient de sortir aux éditions Rue du Départ) :
Je jure sur un cil que je ne joue plus.
– Il n’y a personne quand tout le monde est là.
– Sa jupe jouit avant elle; envie de plaisir en vitesse.
– Des chauves-souris à épuiser, la rue à évacuer, le boulevard à recracher.
– Ca te dirait qu’on voie un visage, ses cernes, ses joues creusées, son regard basculé ? 

Il est envoyé à Sophie Peugnez, libraire, chroniqueuse littéraire dans Zonelivre, https://polar.zonelivre.fr/, magazine internet sur le livre policier dont elle est co-fondatrice. Cette association créée en 2009, est aussi partenaire média du très bon festival Les Boréales, à Caen.

Au Chat Bleu, en mars : Non Standard et autres…

Pour accompagner nos lectures, Nsenga nous proposait :
un Ter Raz, un rouge à tanin soyeux, délicat, pas trop capiteux. Ce côte de Gascogne, mélange de deux cépages : Malbecq et Merlot a une finale un peu épicée.
Le blanc était aussi un Gascogne : cépages Chardonnet et Colombart mêlés, apportant beaucoup de fruit.

Les livres maintenant :
– D’ Alberto Barrera Tyszka, Balles perdues (46 p.) : les suites d’une manifestation et La correspondance des autres ( 26 p.) : autour d’un écrivain visiteur de prison. Elles sont parues en deux volumes en 2013 aux éditions Zinnia de Lyon. Tyszka, Vénézuélien, est également scénariste et journaliste. Ces deux courts textes donnent envie de lire ses romans traduits: Rating, aussi chez Zinnia et La maladie (2010), chez Gallimard.
– Les livres prennent soin de nous de Régine Detambel, ed. Babel. Régine Detambel est romancière mais elle écrit ce texte en tant que « bibliothérapeute ». Elle fait l’histoire de cette « discipline » : expérimentée en 1916 en Alabama pour traiter les troubles psychologiques des soldats rentrant d’Europe, et en montre les différentes obédiences. Quant à elle, contre le « biblio-coaching » aux livres faciles, elle prône le livre « plurivoque, un épais feuilletage de sens »…ayant le « pouvoir de nous maintenir la tête hors de l’eau et nous permettre de nous recréer. « , parce que « la littérature peut toucher au corps ! ». Elle parle de : « l’histoire de chaque soir qui répare le psychisme des enfants et les prépare aux inévitables anicroches du lendemain. ». Lis, lisons, lisez pour aller bien ou mieux !
Non-Standard-630x0– Toujours la même histoire de Jean Ségui et Elodie Boyer, aux éditions Non Standard, 2017.  Avec les illustrations de Josephin Ritschel, un beau cadeau à la ville du Havre pour ses 500 ans. Comme toujours chez eux, c’est un bel ouvrage, un travail sur la typographie, les papiers, et Le Havre donc ; mais, cette fois, le livre a un côté oulipien : la même histoire racontée trois fois, à un petit enfant, à un adolescent, à un adulte. La complexification d’une histoire simple : la rencontre d’un homme seul et d’un pigeon mais …en partant de la création de l’univers….Si les notes en bas de page du livre pour ado font rire (ainsi, dans la définition de « terroriste », on trouve : « Les terroristes d’aujourd’hui disent obéir aux écrits sacrés d’un dieu. Ils ont toujours eu des problèmes avec la lecture. »), d’autres pages, sur le personnage, sa solitude, sa vision de la vie, de la mort sont émouvantes.

On a aussi évoqué :
– Dossier 64 d’Alder Olsen, ed. Albin Michel, un polar aux enquêteurs improbables.
51gE82PZMaL._SX210_– Le bureau des jardins et des étangs de Didier Decoin : un personnage de femme dans le Japon ancien. Un « livre d’odeurs », poétique, érudit, écrit parallèlement à d’autres, en 12 ans.
– la trilogie de Pennac : « L’époque demande Pennac et ses Malaussène »…
– des Nancy Huston,
– des Russell Banks,
– Jérôme de Jean-Pierre Martinet, un « maudit » de la littérature qu’a réédité Finitude.
– A quoi rêvent les loups de Yasmina Khadra sur les années 1980 en Algérie, mais toujours d’actualité.
– La démocratie des crédules, un essai de Gérard Bronner aux P U F, 2013, sur la radicalisation par internet, l’information en silo où on ne trouve que ce qu’on cherche…

Nos prochains rendez-vous sont :
– sur le stand Normandie au Salon Livre Paris, entre le 23 et le 27 mars,
– Au Chat bleu, le jeudi 6 avril.

Salon Livre de Paris 2017

Mis en avant

logo-14-efef4C’est du jeudi 23 mars au soir (Inauguration) au lundi 27 mars au soir.

Et Rue du Départ y sera, sur le stand de la région Normandie. Avec nos livres bien sûr – certains auteurs passeront-. Avec, dans la collection Voyageur, une nouveauté  : Entravés de Samia Kachkachi et Marie Thémenet.