Pièce unique n° 29, un Haruki Murakami

Mis en avant

cvt_Apres-le-tremblement-de-terre_9573Après le tremblement de terre de Haruki Murakami, paru en 2002 en France, est un recueil de six nouvelles qui évoquent toutes le tremblement de terre de Kobe de 1995, sans jamais se vouloir documentaires. Le séisme peut être central mais de manière totalement fantastique comme dans Crapaudin sauve Tokyo ou, le plus souvent, en marge de la vie des personnages : quelqu’un qu’ils ont connu vit à Kobe ou c’est une menace qui les perturbe.
Murakami est lui-même né dans cette ville.

C’est devenu : Prêt. La mer ment, bêle, se terre et voilà quelques uns des poèmes express qui le constituent :
– Le pare-chocs arrière fut saisi par un froid à fendre les oreilles.
– Le calme ne se produit pas avec n’importe quel rivage.
– J’ouvre la porte du moment noir, je plonge à l’intérieur, je ne contrôle plus rien.
– Le préservatif a été au courant de ma naissance.
– Je perds mes pieds. Ça fait trois mois que je n’ai pas couché avec une ville, son plan.
– Un mort est, une fois mort, si occupé par son passé qu’il n’évoque pratiquement jamais le futur.

Unknown-1Ce livre 2 en 1 venant d’Asie… est envoyé à une spécialiste de la littérature espagnole d’Amérique latine, Anne-Claire Huby. Professeure d’université, maintenant traductrice et éditrice, elle a créé en 2013 les éditions Zinnia, à Lyon. Nous n’avons lu pour le moment que deux de ses auteurs : Alicia Kozameh (Argentine) – voir Chat Bleu, décembre  2016- et deux nouvelles d’Alberto Barrera Tyszka (Venezuela) : Balles perdues et La correspondance des autres et nous les avons vraiment appréciés.

Au Chat Bleu en février

Mis en avant

Nous pouvions boire en rouge du Saint Amour du domaine du Paradis, un petit gamay, un cépage assez simple mais bon !
En blanc, c’était un chardonnay d’Afrique du Sud, Colombard. Un vin très expressif, cépage côtes de Gascogne.

Il a surtout été question de livres de la rentrée de septembre 2016 :
Wet Eye Glasses– Désorientale de Négar Djavari, ed. Liana Levi : Un livre qui nous fait passer de l’ Iran à l’ Europe mais surtout d’un temps de l’ andarouni (harem) à celui de la F.I.V. En trois générations. La narratrice est d’un milieu aisé, intellectuel, dissident aussi bien vis à vis du Shah que des mollahs. Si elle présente des moments cocasses de la vie des femmes iraniennes : l’arrivée à l’hôpital avant l’accouchement (p. 96), les réunions de femmes parlant de leur  » vâjan, vâdjan ou vadjin » (p. 106), elle dit aussi la difficulté de vivre dans un autre pays : « Car, pour s’intégrer à une culture, , il faut, je vous le certifie, se désintégrer d’abord, du moins partiellement, de la sienne. Se désunir, se désagréger, se dissocier. »
– 
Le grand jeu de Céline Minard, aux éditions Rivages. Présente au Goût des autres pour une rencontre avec Bertrand Tavernier à propos du western (son Faillir être flingué en 2013), elle passe de genre en genre. Là, on croit d’abord être dans le nature writing puis on se retrouve à la limite du taoïsme et du film chinois. Une femme s’est installée seule dans un « tube de vie »  » à demi-appuyé, à demi suspendu à un éperon granitique »  dans la montagne qui est le personnage principal du livre. La femme marche, escalade puis s’aperçoit que quelqu’un d’autre est là…
Nous étions deux à l’avoir lu, quelqu’un totalement pour, l’autre contre…
Unknown-1– Détroit, dit-elle, ed. Verticales, de Marianne Rubinstein, elle aussi invitée du Goût des autres. M. Rubinstein écrit mais enseigne aussi l’économie ( Paris VII) et c’est de là qu’elle parle de la ville ruinée et résiliente, Détroit. Il s’agit d’un documentaire sur l’histoire de la ville de l’automobile, sa population de plus en plus noire, la crise des subprimes, son abandon, sa réinvention, les raisons de tout cela. Une lecture qui complète bien le roman de Reverdy.
De nos frères blessés de Joseph Andras, Actes Sud. Un texte qui se veut réhabilitation. Celle de Fernand Iveton, le seul Européen décapité en 1957 pour terrorisme. Pour son engagement dans le F L N et une bombe non explosée.

turquoise-1861785__340Les rencontres du Chat Bleu : les jeudis 2 mars, 6 avril, 4 mai, 1er juin et 6 juillet …

Pièce Unique n° 28 dédiée à « L’Autre Livre »

livre-la-moustache1La Pièce Unique N° 28 vient de La moustache, le troisième livre d’Emmanuel Carrère, paru chez P O L en 1986 et qu’il a adapté au cinéma en 2005. Une histoire de poils existant ou pas, rien donc mais qui enfle sur plus de 180 pages et se termine de manière tonitruante. Et étonnante. «  …tout le monde était persuadé que moi, je détenais le fin mot de l’histoire et en gardais délibérément le secret. J’avais beau dire que non, et que c’était même cette ignorance qui me permettait de la raconter, on ne me croyait pas. » . Ainsi en parlait Carrère au moment de la sortie du film.

La Pièce Unique n° 28 se nomme au choix : Au sachet mol ou Lâche ta sumo.
En voilà quelques poèmes express :
– Tant pis s’il avait bien failli cesser d’avoir peur.
– Ses yeux enregistrèrent le vide d’une vie normale, un truc irrattrapable.
– Le troisième jour, un pont relia deux petites îles. L’une d’elles refusa poliment.
– Sous leurs regards à écrous, des bouts d’immeubles se détachaient.
– Il aurait aimé cette vie, celle du Japonais dont les épaules ne transpirent pas.
– Gommer le ciel, faire confiance à l’après-midi puis caler les passerelles au-dessus des avenues.

La  Pièce Unique n° 28 est offerte à Eric Maclos, libraire, chargé de mission de l’Autre Livre, salon  de l’édition indépendante qui a lieu en novembre, (le prochain : les 17-19 novembre 2017) à l’espace des Blancs Manteaux à Paris. Ce salon rassemble 170 maisons d’éditions indépendantes francophones de petite ou moyenne taille. Par ailleurs, plus récemment, l’Autre Livre a ouvert une librairie au 13 rue de l’Ecole Polytechnique, 75005 Paris. Allez-y; on y trouve nos livres !Unknown