Pièce unique n° 20 et éditions Impeccables

Boucher_de_koutaLa pièce unique n° 20 est faite à partir du roman LE BOUCHER DE KOUTA (1982, éditions Hatier) de Massa Makan Diabaté, auteur malinké (1938-1988). Ce livre fait partie d’une trilogie qui lui valut le Prix international de la fondation Leopold Sedar Senghor. D’une famille de griots, il a étudié la sociologie, les sciences politiques et l’histoire, a occupé des postes dans l’administration au Mali et au Sénégal. Ses premiers écrits étaient des traductions en français de textes traditionnels oraux et on retrouve cette oralité dans son BOUCHER.
Des « frères de case » de la même « société d’âge » vivent la sécheresse, le manque de viande après la décolonisation et l’arrivée au pouvoir d’un dictateur et ses milices. On y voit la place des femmes, du religieux et le ton est plein de verdeur et de gouaille.

C’est devenu aussi LA RUCHE BOUDE ET OK. Voilà quelques exemples de poèmes express sur chaque page de droite :
– Le vestibule se retourne pour se satisfaire de croupes, de lèvres.
– Voici que par la canicule de midi, s’en va un pet de bourrique qu’il faut refroidir.
– Quand soupire le vent, une grande tristesse s’empare du boubou pris de froid.
– Les pires ennuis menaçaient : école coloniale, mission chrétienne, impôt.
– Climatiseurs dans leur tombe, à la place du Père, les speakers ressuscitèrent.
– Tu sais que le saint repose dans les pintades, l’âne dans la femme sans enfant.

On offre LE BOUCHER DE KOUTA / LA RUCHE BOUDE ET OK à Valérie Rochet, photographe et membre du collectif de travail des éditions Impeccables que nous  avons côtoyées plusieurs fois aux Salons du livre de Paris et de Caen. Leur maison est implantée à Mise en page 1Falaise depuis 2010. Ils publient surtout de la poésie (de Sanda Voïca, Gôzô Yoshimasu…) mais pas que, des lettres : à Fernando Pessoa du poète Mario de Sa-Carneiro (1890-1916), des textes sur l’art d’Alain Jouffroy, des récits de voyage, en Grèce, en 2009, de Nadine Laporte, des romans. Leur spécificité – l' »impeccabilité » de leur maquette, le côté très graphique de leurs couvertures – traduit leur exigence.

Autre chose : Rue des Ateliers

Autre chose et pourtant non. Rue des Ateliers est un magasin d’optique. Sans les yeux, pas de lecture. Sans les livres, pas d’idées. Sans esthétique, pas de vie. Sans pensée sur le vivre ensemble, pas d’avenir.

L’opticien Stéphane Brasse est un artisan, un homme qui croit en l’invention, en la création.
En plus de Rue des Ateliers, il met en place des évènements (fausse vente aux enchères de « bidons » d’artistes, Arty-show), est à l’origine d’un marché bio et circuit court , le samedi aux Gobelins. Un commerçant oui, mais un peu rare, qui pense à l’interaction, à la vie de sa ville. En 2017, on veut fêter en très très grandes pompes les 500 ans du Havre et ce sera fait avec des centaines de milliers d’euros, avec des personnalités venant de plus ou moins loin, du Nantais Jean Blaise au Néerlandais Karel Martens en passant par les plasticiens Vincent Lamouroux, Marc-Olivier Walher, Vincent Ganivet, le collectif Art Point M de Roubaix… De MEGA-projets. Avant cela, à côté, au quotidien, il faut aussi penser le centre ville avec les forces vives d’ici, les écouter. L’un n’empêche pas l’autre. La reconnaissance nationale ou internationale passe par celle des énergies positives sur le plan local, sans mépris.

mazzuchelliAutre chose et pourtant non. Stéphane Brasse travaille avec des designers fabricants comme le petit-fils du peintre Nicolas de Staël, Lucas, installé à Paris ou la marque Anne et Valentin à Toulouse. Les formes sont pensées, les matières nobles, naturelles et originales, la fabrication est en Europe, voire en France.
Autre chose et pourtant non. Défense d’un savoir-faire ancestral, d’entreprises  nationales ou européennes (photo : Mazzucchelli : producteur italien de plaques dans lesquelles sont découpées les lunettes. Ils ne sont plus que quatre ou cinq sur le continent.)

Autre chose et pourtant non. Rue des Ateliers tient les deux bouts de la chaîne : la défense du local et de l’européen, d’une culture, non du moins disant mais de la qualité.

 

 

Réactions à la lecture de VAUT MIEUX PARTIR :

Mis en avant

D’autres disent ce qu’ils pensent de Vaut Mieux Partir :

  • une blogueuse littéraire, Nathalie Manceau, qui a créé :  Chez Mark et Marcel (Mark pour Twain et Marcel, évidemment, pour Proust).
    Ce qu’elle pense de Vaut mieux partir
    Elle en dit aussi : « une écriture perturbante au premier abord mais qui se révèle prenante à la lecture. Il faut s’y plonger. »
  • une autre lectrice : « Le départ m’a moyennement plu (absence de ponctuation) (…) mais j’ai trouvé excellente cette trouvaille des petits mots écrits par le frère qui ne peut plus parler. »
  • un lecteur :  » Un rythme à prendre dans lequel, ensuite, on se sent bien. C’est une histoire universelle, qui nous touche tous, même si nous ne sommes pas dans les conditions de vie des personnages. »

Suite de Libralire et des salons de Caen et du Havre

Mis en avant

libralireJeudi soir, 116 rue St Maur, 75011, Françoise Truffaut signait VAUT MIEUX PARTIR, comme elle l’avait fait au salon Epoque de Caen et au festival du roman noir du Havre. Un succès chaque fois pour un livre porté pendant 30 ans, un premier roman, un OLNI.

Voilà trois exemples de retour sur le livre et Rue du Départ:
– une lectrice amie :  » Je viens de terminer ton livre que j’ai trouvé dur et haletant… Je suis entrée tout de suite dans ton univers. Tu as réussi à écrire ton tourment et cette épreuve de ta vie, tu as réussi ! »
– Mo Silly-Lechevalier : « j’aime beaucoup le livre de Françoise Truffaut avec ce style tellement ramassé qu’il s’apparenterait à des croquis, denses, rapides. »
– V. Schmitt, CRL de Normandie :
« J’ai lu les deux livres que je vous avais achetés au salon de Caen et beaucoup aimé les deux. Vous avez un catalogue très intéressant. »

Les compliments font du bien. Comme la presse n’est pas encore là, ce n’est pas elle qui nous en fait et elle a tort… Vous savez bien, les absents…

Signature à Libralire

Mis en avant

Jeudi 16 juin, à 19h, à la librairie Libralire, 116 rue St Maur, 75011, Françoise Truffaut signe VAUT MIEUX PARTIR et un comédien en lit quelques passages. Parce que c’est un livre qui se lit aussi à voix haute, parce que, en plus d’une histoire vraie, c’est un rythme, une oralité.

Le 14 ème « Polar à la plage » (s’) est (super bien) passé !

Mis en avant

Cette 14 ème édition ouvrait avec des films : mercredi : LA FELINE (1942) de Jacques Tourneur, superbement présenté par Ludovic Lecomte, de Cannibal Peluche, asso qui promeut les films de genre, jeudi : en compétition, des courts-métrages noirs d’amateurs, vendredi : en la présence du réalisateur, Guy Myhill, THE GOOB qui avait été montré à la mostra de Venise en 2014 : un jeune, coincé un été, dans le Norfolk – plat pays, champs de betteraves, snack bar pour routiers – entre une mère qu’il adore et un beau-père macho, jouisseur et tout puissant, qui se la joue cow-boy.
le soir, le théâtre de l’Impossible emmenait des spectateurs au « bout du monde ».
Des élèves du Havre, Nantes, Redon, Flers etc…de collèges ou de lycées, qui avaient créé films, bd, ou nouvelles à partir de textes ou de dessins, en français, anglais, allemand ou italien, recevaient vendredi leurs prix.
Le samedi, les auteurs arrivaient. Deux absents et un retard de 20 minutes seulement… Et là, on est heureux de voir combien des auteurs de thrillers inquiétants comme  le Suédois méga-connu Johan Theorin, ou le jeune Sire Cedric sont en fait plus qu’urbains . On peut aussi comparer les façons d’envisager le métier d’écrivain : ceux qui ne font que cela et ceux qui, même chez de grands éditeurs, continuent à travailler comme libraire (Hervé Commère), enseignant (de maths… Olivier Martinelli) ou journaliste (Naïri Nahapétian). Et le soir, au Tetris, on peut entendre les textes de chanson que certains ont écrits : hommage à H. Mankell de Theorin, écologique de Laurence Biberfeld, politique de Ian Manook, sociétal d’Anouk Langanay ou Dominique Delahaye, etc… L’occasion encore une fois d’entendre, par les auteurs, que ce concert et le CD sont vraiment la spécificité de ce festival, que Mauves en noir, le Goéland masqué ou d’autres lui envient.
Le dimanche, remise des prix aux « écrivants » de nouvelles – qui feront l’objet d’une édition en novembre – et à Philippe Huet pour LES EMEUTIERS, ed. Rivages, 2015 : Le Havre, 1922, les ouvriers métallurgistes font grève, longtemps, contre un patronat qui veut revoir à la baisse les salaires : un roman social, historique.
L’occasion, à ce moment-là, d’évoquer DIAMANT NOIR , film actuellement sur les écrans de Arthur Harari, pour le petit rôle qu’y tient Hafed Benotman – disparu en 2015,  il était au festival en 2014 -.
P1030242Last but not least, Rue du Départ avait un stand au Polar à la plage et Françoise Truffaut signait VAUT MIEUX PARTIR : « roman vrai », hommage, « poésie rêche », ovni  qui se passe au Havre.

Beau travail d’équipe. Merci à tous et à J.P.Carnet pour la photo.

Au Havre, Le Polar à la plage, du 8 au 12 juin

AFFICHE 2016 (Large)Le festival du polar à la plage commence avec des films, au Studio le 8, au Gaumont le 9 puis encore au Studio le 10, chaque fois à 20h30.
Puis c’est sur la digue promenade surtout, les 11 et 12 juin, avec des auteurs de polar et de roman noir. Parmi les nouveaux, sont attendus avec impatience Johan Theorin (si, si, Johan Theorin, vous avez bien lu, vous, amateurs de thrillers !), Paul Lynch (là, désolée, rien à voir avec David…, mais NEIGE NOIRE est  un beau bouquin, pas gai, c’est vrai mais beau), Gilles Verdet, l’auteur turc Alper Caniguz, le roumain George Arion et d’autres. Sont attendus avec autant d’impatience, des écrivains déjà venus dont Patrick Bard (prix Ancres noires avec LA FRONTIÈRE, super roman), Pascal Dessaint, évidemment Philippe Huet, Dominique Delahaye, et de plus jeunes comme Hervé Commère.
Un beau palmarès comme chaque année depuis 14 ans. Du polar historique, mais XXème siècle, comme LES MORTS RENAÎTRONT UN JOUR de l’Allemand Christoph Ernst ou les romans de Maurice Gouiran, d’ Olivier Martinelli. Du thriller, du « whodone’it », du roman noir, social : il y en a pour tous les goûts.
Dans ce cadre, vous retrouverez également, sur le site, à la plage,  les livres de Rue du Départ Éditions, et avec son auteure : VAUT MIEUX PARTIR, sorti en mai.
Venez nombreux. Ils signent. Ils parlent dans le bus, ils déjeunent avec vous le dimanche 12 aux Régates si vous voulez (mais pressez-vous, il n’y a plus beaucoup de places). Ils ont, pour certains, écrit des textes de chanson et vous pouvez les entendre soit au Tetris, le samedi 11 juin vers 21h soit sur les scènes de la plage en journée les 11 et 12.

Nous étions à EPOQUE les 28 et 29 mai :

Mis en avant

epoqueÉPOQUE, c’est le nouveau nom du salon du livre de Caen, sur son nouvel emplacement, la place St Sauveur. Enfin, depuis l’an dernier mais nous n’y étions pas. Si nos auteurs, Nicolas Jaillet, Dominique Delahaye, Thierry Crifo, Pascal Millet sont invités dans des salons, les éditions RUE DU DÉPART n’avaient pas pu se montrer en  intégralité depuis l’an dernier.
C’était vivant, convivial. Nous retrouvions des éditeurs amis, la Renverse, les Impeccables, Dadasco, le Vistemboir pour ne citer qu’eux. Nous étions d’autant plus heureux d’y être que, presque jusqu’au bout, nous ne savions pas si nous pourrions y accéder du fait des blocages et de la pénurie d’essence.
Nous avons revu des lecteurs, venus nous prendre les livres qu’ils ne connaissaient pas  , le Nadia Bouzid : TOUJOURS MOINS et le petit dernier, VAUT MIEUX PARTIR de Françoise Truffaut, à peine sorti. Nous avons reçu beaucoup de compliments sur l’esthétique de nos couvertures, sur l’homogénéité de la collection. Et cela fait du bien !

Vaut-mieux-partir_lightFrançoise Truffaut signait Françoise Truffautsamedi après-midi.
Sortir un nouveau livre, c’est avoir à trouver les mots pour le définir. Que l’on en soit l’auteur ou l’éditeur, c’est un défi. Il faut être vrai, concis, savoir faire passer le contenu d’une centaine de pages ou plus en quelques phrases.
VAUT MIEUX PARTIR : ce texte, porté 30 ans avant d’être complètement écrit et publié, est un monument élevé à un homme qui refuse d’entrer dans le moule, un homme tonitruant, même sans voix. C’est un « roman vrai », une langue, un rythme.